Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > L'immobilier, un secteur sursubventionné selon Cécile Duflot

L'immobilier, un secteur sursubventionné selon Cécile Duflot

L'immobilier, un secteur sursubventionné selon Cécile Duflot
La député écologiste et ancienne ministre du Logement Cécile Duflot dénonce un secteur de l'immobilier « sursubventionné » qui conduit à des logements au prix « insoutenable », dans un entretien aux Echos mis en ligne mardi où elle défend sa loi Alur. Elle estime que cela pèse sur la compétitivité française. Explications.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

« La France souffre d'avoir les prix de l'immobilier les plus élevés d'Europe" et qu'il s'agit d'un des éléments qui pèse le plus sur la compétitivité française, des entreprises comme des ménages », a estimé l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot.

« Le prix de l'immobilier français est insoutenable, insiste-t-elle reconnaissant que les ministres du Logement, y compris (elle-même), n'osent pas assez dire cette réalité ».

Des aides inflationnistes

Selon l'ancienne ministre, « les aides, qu'il s'agisse du prêt à taux zéro appliqué à l'immobilier ancien ou de la défiscalisation du locatif neuf, sont inflationnistes. On a sursubventionné le secteur du logement pendant des années ».

La loi Alur, qu'elle a fait adopter et qui est en attente de nombreux décrets d'application, « permettra aussi d'en finir avec les effets de rente qui maintiennent ces prix élevés », assure-t-elle.

La GUL au coeur des tensions

« Alur est une loi structurelle qui s'attaque à des problèmes de fond. Je veux revendiquer cette nécessité de mettre du long terme dans la politique », poursuit-elle avant de s'en prendre au changement voulu par Matignon sur la Garantie universelle des loyers.

« La GUL doit rester universelle », demande-t-elle, alors que Matignon veut la limiter aux jeunes. « Quand la garantie se limite aux publics les plus fragiles, elle est très coûteuse et quasiment impossible à mettre en oeuvre », souligne-t-elle.

Ce mardi, l'Assemblée a autorisé le gouvernement à légiférer par ordonnance pour « ajuster » des dispositions de la loi Alur dans le domaine des transactions immobilières, via un amendement au projet de loi sur la simplification de la vie des entreprises.

C.T (avec AFP)
© hywards - Fotolia.com

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 2 réactions

1 - bioclim le 24 juillet 2014

LE BÂTIMENT COULE À DU FLOT

Elle peut toujours causer, elle a mis des dizaines de milliers d'emplois au chômage sans remplacer le système, peut être critiquable, qui fonctionnait avant elle

 

 

2 - Lagarnaudie le 25 juillet 2014

BON SENS

Ce qui est rare est cher, il faut former nos ministres au mécanisme de formation des prix, entre autres. Et la France regorge de lieux ou l'immobilier identiquement "sursubventionnable" ne voit pas ses prix augmenter depuis des années, pourquoi ? A cause d'une demande trop faible, face à une offre trop abondante.

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Formations AIPR - Autorisation d’intervention à...


Ginger formation

Nouvelle réglementation - À compter du 1er janvier 2018, la réglementation française obligera...
Visuel Dossiers partenaires

Filtre compact Biomeris à culture fixée sur média naturel


SEBICO

Le ltre compact Biomeris est destiné à l’assainissement non collectif des résidences principales ou secondaires....

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :