Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > Vague de chaleur : des mesures de prévention s'imposent sur les chantiers

Vague de chaleur : des mesures de prévention s'imposent sur les chantiers

Vague de chaleur : des mesures de prévention s'imposent sur les chantiers
A partir de ce mardi, Météo France prévoit de fortes chaleurs sur toute la France, avec des pics à 40°C dans certaines régions. Les employeurs sont tenus de prendre des mesures appropriées, afin d'éviter tout risque pour leurs salariés exposés à la chaleur et au soleil. Quelques recommandations pour mieux supporter le travail dans ces conditions.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

La France n'a pas connu de vague de chaleur avec des températures aussi élevées depuis juillet 2006, prévient Météo France. Autant dire que l'épisode caniculaire qui touchera la France à partir de ce mardi et qui s'étendra tout au long de la semaine est à prendre au sérieux, notamment pour les employeurs et employés du BTP particulièrement exposés.

Cette vague de chaleur touchera d'abord le Sud-Ouest, précise le communiqué de l'organisme météorologique. Sur les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, en particulier, les températures minimales et maximales seront remarquablement élevées, parfois proches des records pour un mois de juin ou de juillet. Sur ces régions, les températures maximales devraient en effet être comprises entre 36 et 40 °C. La nuit, le thermomètre ne descendra pas sous la barre des 20 °C. Sur le Centre et l'Île-de-France, mardi 30 après-midi, les températures se situeront autour des 35 °C.

« Il n’existe pas de définition réglementaire du travail à la chaleur. Toutefois, au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés », explique l'INRS dans son dossier spécial « Travail à la chaleur ».

Aménager le travail pour ménager le travailleur

Insolation, crampes, épuisement, coup de chaleur, effets psychologiques... les risques pour les salariés sont réels. Afin d'éviter les accidents du travail liés aux conditions climatiques, plusieurs dispositions relatives aux ambiances thermiques existent dans le Code du travail et ont été renforcées via un décret en 2009.

L'employeur est tout d'abord tenu d'intégrer au « document unique » les risques liés aux ambiances thermiques et d' informer le CHSCT des mesures prises en cas de fortes chaleurs.

Les dispositions prises pour assurer la protection des salariés contre les intempéries nécessitent l’avis du médecin du travail. Certaines personnes à risque ou fragiles pourront de fait être déclaré partiellement inapte au travail, après examens médicaux. Le médecin de travail préconisera alors soit l'aménagement ou la transformation du poste de travail, ou la mutation du salarié à un autre poste.

En cas de forte chaleur, le travail physique pourra également être réaménagé. « Dans un contexte de grande chaleur, il faut être vigilant quant aux tâches à exécuter. Cela implique par exemple de limiter le travail physique et de réaliser les tâches lourdes tôt le matin, de prévoir et de fournir des aides à la manutention (des abris et des brumisateurs) et enfin, une vigilance renforcée face à certains types de travaux comme les interventions sur les toits pour les couvreurs ou sur les enrobés pour les ouvriers des travaux publics », préconise l'OPPBTP.

Un local de repos adapté et de l'eau

Dans le secteur du BTP, l'employeur est tenu de mettre à la disposition des travailleurs un local de repos adapté aux conditions climatiques ou d'aménager le chantier de manière à permettre l’organisation de pauses dans des conditions de sécurité équivalentes (zones d'ombre, abris pour l'extérieur, aires climatisées).

Le Code du Travail prévoit également plusieurs autres mesures : la mise à disposition à titre gracieux de 3 litres d’eau au moins par jour et par travailleur, le renouvellement de l'air des locaux de travail fermés pour permettre d'éviter l'élévation exagérée de la température. Dans certains cas, il sera nécessaire d'adapter les vêtements de travail, notamment en optant pour des couleurs claires. Le bermuda reste interdit sur les chantier, tout comme l'option ''torse nu" dangereuse en cas de soleil intense. Les chaussures de sécurité et le casque doivent être conservés quelles que soient les conditions atmosphériques. 

Précocité et intensité de la vague

« Cet épisode de chaleur devrait s'étendre à partir du mercredi 1er juillet vers le nord et l'est du pays. Les températures maximales devraient souvent dépasser 35 °C, avec de probables pointes à 40 °C, notamment en région Rhône-Alpes. Les températures nocturnes devraient être comprises entre 19 et 23 °C. De tels niveaux sont également exceptionnels pour ces régions », précise Météo France.

Jeudi 2, un épisode orageux sur le nord-ouest devrait faire baisser temporairement les températures sur la moitié ouest du pays. Mais dès vendredi 3, à la faveur d'une nouvelle bouffée d'air chaud en provenance d'Espagne,  elles devraient remonter vers des valeurs extrêmement élevées, qui devraient persister tout le week-end.

Cette vague de chaleur se caractérise par sa précocité et son intensité. Les vagues de chaleurs importantes qui ont touché la France dans le passé se sont généralement produites plus tardivement dans l'été.

 

Quid des travailleurs pratiquant le Ramadan

Déshydration, fatigue, baisse de vigilance... La pratique du ramadan qui a débuté ce 29 juin, peut présenter plusieurs risques chez les ouvriers de confession musulmane notamment pendant cette épisode caniculaire. L'absorption de nourriture et d'eau étant prohibée du lever au coucher du soleil.

Si les ouvriers concernés ne peuvent aménager leur jeûne ou le rattraper plus tard, l'OPPBTP évoque plusieurs pistes de compromis : prendre des vacances, accepter un assouplissement de la règle, aménager les postes et les horaires ou encore intégrer les équipes de nuit lorsque c'est possible.

Autant de pistes qu'il est nécessaire d'évoquer entre responsables et ouvriers dès le début du jeûne, l'entreprise pouvant être tenue responsable en cas d'accident. 

Claire Thibault
© Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Information prévention : Chute de hauteur – prévenir...


OPPBTP

L’OPPBTP vous accompagne dans votre métier en mettant à votre disposition un mémento prévention...
Visuel Dossiers partenaires

Laissez libre cours à votre imagination avec Ecophon...


ECOPHON

Ecophon dévoile sa nouvelle gamme d’îlots flottants. Votre palette de création a été...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :