Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Services du BTP - Prévenir

L’OPPBTP est l’organisme spécialisé dans le conseil en matière de prévention, de protection de la santé et d’amélioration des conditions de travail du secteur de la construction,
grâce à un réseau national de quelque 300 professionnels, ingénieurs et techniciens, au service des entreprises, quelles que soient leur implantation, leur taille et leur activité.

Présent sur tout le territoire national avec 28 agences et bureaux, l’OPPBTP assure 3 grandes missions :

point

Développement durable : les nouveaux risques de l'éco-construction
panneaux-solaire

Si le Grenelle de l’environnement a un impact sur l’emploi dans le BTP, il attire sur le marché des acteurs insuffisamment sensibilisés et formés à la mise en sécurité de leur personnel. D’où le premiers engagements entre professionnels et institutionnels.

Le 23 juin dernier, les représentants du bâtiment ont signé avec Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie et du Développement durable, un nouvel engagement devant conduire à la formation de 120 000 artisans, salariés et chefs d’entreprise d’ici à fin 2012.

20 000 stagiaires ont déjà été formés. Le but ? Faire face aux exigences du Grenelle de l’environnement, en l’occurrence réduire de 38 % les consommations énergétiques sur les dix prochaines années grâce à des rénovations thermiques et énergétiques.
Cette ambition fait suite à un autre partenariat, engagé quelques jours plus tôt, visant la révision générale des règles de l’art de la construction, ainsi que la formation aux économies d’énergie.

 

Inhalation d'éthanol : pas de risque à long terme

L’Anses a publié le 16 juillet les résultats d’une expertise collective sur les risques, pour la santé des travailleurs, de l’exposition à l’éthanol par voies cutanées et respiratoires. Les conclusions montrent qu’il n’y a pas de risque sanitaire à long terme.

Plus de 650 000 professionnels seraient potentiellement exposés à ce produit par contact et/ou par inhalation, selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). En dehors des boissons alcoolisées, l’éthanol est effectivement présent dans de nombreux produits professionnels tels que les peintures, vernis, encres, produits hydro-alcooliques ou agrocarburants.

Si les effets associés à la consommation d’alcool sont bien connus (cancer, fertilité), l’étude révèle que, contrairement à l’ingestion, l’inhalation ne conduit pas à l’augmentation significative de la concentration d’alcool éthylique dans le sang, responsable de la plupart des effets toxiques connus.

Les concentrations atmosphériques d’éthanol sur les lieux de travail restent 6 à 20 fois inférieures à la valeur limite d’exposition professionnelle française sur 8 heures (soit 1 900 mg.m-3) actuellement en vigueur. Si des dépassements peuvent être observés à certains postes de travail, notamment dans le secteur des distillations industrielles et de la vinification, l’éthanolémie (concentration d’éthanol dans le sang) résultant de l’inhalation dans un cadre professionnel est en général très en dessous du seuil de 0,5 g par litre fixé par le Code de la route.

 

Baisse des accidents graves en 2009 dan sle BTP

Le dernier bilan de l’assurance maladie fait état d’une baisse significative des accidents du travail en 2009, tous secteurs confondus. Une tendance positive à nuancer, cependant, par la diminution du nombre de salariés dans le secteur du BTP, crise oblige.

C’est un record : en 2009, le nombre d’accidents du travail (AT) tous secteurs confondus a reculé de 7,5 %, touchant environ 650 000 salariés contre plus de 700 000 en 2008. L’indice de fréquence des AT est également le plus bas que la France ait connu ces dernières années s’établissant à 36 accidents pour 1 000 salariés. Les accidents mortels ayant pour leur part connu une baisse de 5 % avec un peu moins de 550 cas recensés. Dans le BTP, secteur accidentogène, le taux de fréquence des accidents graves avec incapacité permanente enregistre, lui, une baisse de 6,5 % entre 2008 et 2009.

Seuls les accidents de trajet domicile-travail (hors accidents routiers) poursuivent une hausse entamée depuis 2004 (+6,8 % en un an). Ces bons résultats sont à mettre en partie au crédit du Plan national d’actions coordonnées de l’assurance maladie, élaboré en 2008, et qui est un élément majeur du Plan de santé au travail 2 (PST 2) du ministère du Travail, et de l’amélioration constante des mesures de sécurité dans les entreprises et sur les chantiers.

Mais cette baisse résulte également d’éléments conjoncturels. La crise a en effet particulièrement affecté l’emploi dans des secteurs traditionnellement exposés aux accidents du travail comme le BTP, qui a connu une baisse de 2 % de ses salariés. « Certes il y a moins de chantiers, donc moins de salariés et automatiquement moins d’accidents, dans le secteur du bâtiment, confirme Philippe Bourges, ingénieur-conseil à la Cnam AT-MP. Pour autant, l’indice de fréquence baisse également, ce qui prouve que la tendance s’est véritablement inversée . »

 

Aéroport Charles-de-Gaulle : des grues au beau milieu des pistes
panneaux-solaire

Léon Grosse qui construit actuellement le nouveau satellite de l’aéroport parisien a demandé au leader des systèmes d’anticollision, Smie, de s’adapter aux spécificités de ce chantier en développant un nouveau système.

Le chantier du nouveau satellite de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, le S4, dirigé par Léon Grosse, a dû faire face à un dilemme de taille lors de son lancement. En effet, les dix grues à tour (Potain) de ce chantier ont la particularité de se situer en plein milieu des pistes qui restent en activité pendant toute la durée des travaux.

L’entreprise de construction a donc dû adapter chaque grue afin qu’elle interfère le moins possible avec le bon fonctionnement du trafic. Si, au nord du chantier, il a fallu faire en sorte que les contrôleurs aériens ne perdent jamais de vue un avion circulant au sol en surélevant les grues, au sud, en revanche, elles ont été positionnées au plus bas pour ne pas masquer la visibilité des avions décollant et atterrissant. Un véritable casse-tête, d’autant qu’une fois la limite basse atteinte, ces grues ont été remplacées par des grues mobiles à poste fixe afin d’achever la construction des bâtiments.

Or, ces dernières interfèrent avec les grues à tour restantes et le risque de collision devient important. C’est dans ce cadre que Léon Grosse a demandé à l’entreprise spécialisée Smie de concevoir un système anticollision spécifiquement adapté à ce chantier pour renforcer la sécurité.

 

Gros oeuvre : Gustave Bâtiment TP joue dans la cour des grands

L'entreprise normande Gustave Bâtiment TP répond sur des marchés souvent destinés à des structures plus importantes. Méthodologie et organisation lui permettent de jouer dans cette cour.

 

La formation du mois : "conjoint collaborateur"

Pour appuyer le chef d’entreprise dans sa politique de prévention, un relais peut s’avérer utile. Pour cela, l’OPPBTP a développé une formation de deux jours non consécutifs dédiée au conjoint(e), à l’associé(e), l’adjoint(e), l’assistant(e) du chef d’entreprise.

Après s’être approprié les incontournables en matière d’hygiène, de sécurité et de conditions de travail, les stagiaires travaillent sur des études de cas et définissent des outils pratiques qu’ils pourront utiliser au quotidien : encadrement du personnel, gestion des EPI et des équipements de travail, gestion administrative des chantiers.

Un accompagnement après le stage est proposé et assuré par un conseiller de l’OPPBTP.

 

Archives

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

K-LINE CITY, le nouveau système prêt-à-poser...


K LINE

Avec K-LINE CITY, K-LINE propose une nouvelle approche du tertiaire: un système modulable sur-mesure et prêt-à-poser,...
Visuel Dossiers partenaires

GAGNER EN EFFICACITE AVEC LES SOLUTIONS CHANTIERS DE TOUPRET


TOUPRET SA

Toupret G et Toupret F : 2 nouvelles références pour enduire en plein conçus avec des entreprises partenaires...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :