L'immobilier adore les sushi !

Architecture | 01.06.06
Partager sur :
L'immobilier adore les sushi ! - Batiweb
Les mises en chantier de logements au Japon ont connu en avril une envolée spectaculaire, les perspectives de hausses des taux d'intérêt et des prix des terrains incitant les Japonais à investir dans la pierre avant que cela ne devienne trop cher, selon les économistes. Un scénario possible pour notre bulle !
Les mises en chantier ont augmenté de 15,0% sur un an, soit près de quatre fois plus que prévu et la plus forte hausse depuis six ans, portées par les constructions d'immeubles collectifs, a annoncé mercredi le gouvernement.

Un total de 111.260 immeubles ont été mis en chantier en avril, a précisé le ministère de la Construction, des Infrastructures et des Transports. Il s'agit de la troisième hausse mensuelle d'affilée. Cette poussée a constitué une surprise de taille pour les économistes, qui ne s'attendaient en moyenne qu'à une progression de 4,3%, selon un sondage réalisé par le quotidien économique Nikkei auprès de 21 instituts de recherche. La fourchette était très disparate, allant de -4,1% à +9,1%. L'excellent résultat d'avril, dans un secteur longtemps sinistré au Japon depuis l'éclatement d'une bulle spéculative immobilière au début des années 1990, est dûe principalement à une augmentation en flèche des mises en chantier d'immeubles collectifs d'habitation (+30,0%).

Les constructions de maisons individuelles destinées à la location ont également fortement progressé (+14,3%). Celles de logements destinés à être habités par leur propriétaire ont plus faiblement augmenté (+2,6%). Ces statistiques sont "le signe d'un boom de l'immobilier", affirme Richard Jerram, économiste chez Macquarie Securities, selon qui "cela pourrait constituer une nouvelle source significative de demande intérieure".

Or, la demande intérieure est actuellement le principal moteur de la croissance économique du Japon, alors que le commerce extérieur, tout en restant très dynamique, pâtit de la flambée des prix du pétrole. Pour le Crédit Suisse, c'est la sortie de la déflation, qui rongeait l'économie nippone depuis 1998, et les perspectives de hausse des taux d'intérêt qui ont provoqué cette ruée inattendue sur l'immobilier. Les prix des terrains dans les grandes villes, après avoir longtemps chuté, sont en net redressement depuis la fin 2005.

Un phénomène qui, "allié à l'embellie du marché de l'emploi et aux perspectives de hausses des taux d'intérêt, contribue à convaincre beaucoup de gens que c'est maintenant leur dernière chance d'acheter un logement à un prix raisonnable", ajoute la banque, qui prédit que cette tendance "s'accélèrera au cours des prochains mois".

Le taux de chômage au Japon est, depuis trois mois, à son niveau le plus bas depuis près de huit ans (4,1%). Et la Banque centrale devrait prochainement abandonner sa politique de taux d'intérêt zéro pour procéder à la première hausse du loyer de l'argent depuis cinq ans.

Selon M. Jerram, le bond des mises en chantier d'avril est d'autant plus solide qu'il s'appuie sur un effet de base qui n'est pas particulièrement favorable, avril 2005 ayant déjà été un bon mois pour les entreprises de construction nippones. L'économiste fait remarquer que, sur les trois derniers mois, les mises en chantier ont progressé de 10,7%.

"C'est la première fois que l'on observe une croissance à deux chiffres depuis 1996, quand la demande avait flambé en anticipation d'une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée", souligne-t-il. Au Japon, "les perspectives sont positives dans tous les domaines pour la demande intérieure: investissement, consommation et construction. Une assurance utile, à un moment où les craintes d'un ralentissement mondial augmentent", conclut M. Jerram.

Redacteur