Le Corbusier inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco Architecture | 18.07.16

Partager sur :
Lors de la 40e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco organisée à Istanbul (Turquie), dix-sept réalisations de l’architecte franco-suisse Le Corbusier, ont été inscrites au patrimoine mondial de l’Humanité. Ces oeuvres se veulent une réponse aux enjeux fondamentaux de la société « moderne ». Elles témoignent de « l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé ».
Après deux échecs, l’œuvre architecturale de Le Corbusier a finalement été inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité : « une bonne nouvelle qui survient après plus de dix ans de travail et de concertation », s’est félicité dans un communiqué Benoît Cornu, premier adjoint à Ronchamp (Haute-Saône), qui préside depuis 2016 l'Association des Sites Le Corbusier créée en 2010.

« Cette étape n'est pas un aboutissement ! Il s'agit, désormais, de valoriser ce patrimoine devenu mondial, de le protéger et de le léguer à nos héritiers dans les meilleures conditions, pour qu'ils en fassent de même », a-t-il ajouté.

Dix-sept sites ont été choisis parmi les ouvrages de l’architecte franco-suisse, des sites situés dans sept pays et trois continents. Ils témoignent « de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé », a souligné l’Unesco dans un communiqué.

« Ils ont été réalisés sur un demi-siècle, tout au long de ce que Le Corbusier a nommé une « recherche patiente ». Ces chefs d'œuvre du génie humain attestent également de l’internationalisation de la pratique architecturale à l’échelle de la planète », a poursuivi l’organisation.

Une réponse aux enjeux de la société

Parmi les réalisations classées, on retrouve le complexe du capitole à Chandigarh (Inde), le musée national des beaux-arts de l’Occident à Tokyo (Japon), la maison du docteur Curutchet à La Plata (Argentine) ou encore l’Unité d’habitation de Marseille (France).

« Elles reflètent les solutions que le mouvement moderne a cherché à apporter aux enjeux de renouvellement, au cours du 20e siècle, des techniques architecturales afin de répondre aux besoins de la société », a relevé l’Unesco.

   
Cemal Emden ©FLC/ADAGP 

La Fondation Le Corbusier a indiqué qu'elle allait poursuivre ses efforts sur l’ensemble de l’œuvre de l’architecte « construit pour maintenir ce patrimoine vivant et le transmettre aux générations futures ».

Il s’agit également de « favoriser la connaissance de cet héritage complexe et fragile et le faire partager au plus grand nombre », a précisé Antoine Picon, président de la Fondation Le Corbusier, cité dans un communiqué.

La ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, s'est également réjouie de la décision de l'Unesco. « Les sites composants la série sont tous novateurs dans la manière dont ils reflètent de nouveaux concepts ; tous eurent une influence importante sur de vastes aires géographiques et, ensemble, ils sont envisagés comme ayant permis la diffusion des idées du Mouvement Moderne dans le monde entier », a-t-elle déclaré.

Elle a par ailleurs indiqué que « la reconnaissance de l’œuvre de Le Corbusier souligne l’importance de la préservation et de la valorisation du patrimoine récent » avant de conclure : « La loi du 7 juillet dernier relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine a ainsi créé un label spécifique permettant de veiller sur cet héritage architectural récent, que le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco vient lui aussi de mettre en lumière ».

Les 17 oeuvres inscrites :


Allemagne
 :
- Maison de la Weissenhof-Seidlung à Stuttgart

Argentine
 :
- Maison du docteur Curutchet à La Plata


Belgique :
-Maison Guiette à Anvers

France
 :
- Cabanon de Roquebrune

- Chapelle Notre Dame du Haut à Ronchamp

- Cité Frugès à Pessac

- Cité radieuse à Marseille
- Couvent Sainte Marie de la Tourette à Eveux

- Maison de la culture à Firminy
- Immeuble locatif Molitor à Boulogne-Billancourt
- Maisons La Roche et Jeanneret à Paris

- Villa Savoye et loge du jardinier à Poissy

- Manufacture à Saint-Dié des Vosges

Inde :
- Palais de l’assemblée à Chandigarh 
(ensemble de trois bâtiments du Capitole)


Japon : 

- Musée National des Beaux-Arts de l’Occident à Taito-Ku

Suisse
 :
- Immeuble Clarté à Genève

- Petite villa au bord du Lac Léman, à Corseaux

R.C
Cemal Emden ©FLC/ADAGP (Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'oeuvre de Le Corbusier soumise à l'Unesco en 2016

L'oeuvre de Le Corbusier soumise à l'Unesco en 2016

Le classement de l'oeuvre de l'architecte Le Corbusier au Patrimoine mondial de l'humanité sera une nouvelle fois soumis à l'Unesco en 2016, a annoncé mardi le maire de Firminy, qui préside l'Association des sites Le Corbusier. Le Comité du patrimoine mondial de l'Unesco statuera sur cette nouvelle candidature en juin 2016. Détails.
La restauration de façades d'immeubles dans un site classé

La restauration de façades d'immeubles dans un site classé

Une opération de restauration des façades dans le respect de leur état d’origine, à l’identique de la construction achevée en 1955 (même aspect, granulométrie, couleur), est en cours au Havre. Cet ensemble de bâtiments de copropriété conçu par l'architecte André Blanc est établi dans le centre-ville, inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.
Le classement des toits de Paris au patrimoine de l'Unesco fait débat

Le classement des toits de Paris au patrimoine de l'Unesco fait débat

La Maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a désapprouvé lundi le souhait de la maire du IXe arrondissement Delphine Bürkli (UMP) de faire classer les toits de Paris au patrimoine mondial de l'Unesco, affirmant ne pas vouloir « mettre Paris dans le formol ». Ce classement empêcherait en effet un certain nombre de transformations de s'effectuer, notamment en lien avec la transition énergétique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter