Le Rizomm, une réhabilitation entre ciel et terre… cuite Architecture | 31.05.18

Partager sur :
Le Rizomm, une réhabilitation entre ciel et terre… cuite
Faisant l’objet d’une importante rénovation depuis plusieurs années, l’École des Masters du Rizomm, au sein des Facultés de l’Université Catholique de Lille, devrait devenir d’ici peu un bâtiment exemplaire. En effet, au terme des travaux, attendu pour juillet 2018, l’édifice sera en mesure de produire et auto-consommer une grande quantité d’énergie. Pour l’occasion, sa façade a été entièrement refaçonnée et habillée d’un bardage en terre cuite.
C’est un beau projet que s’apprête à livrer en juillet prochain MAES Architecture. L’agence intervient en effet sur la rénovation du Rizomm, qui abrite les masters de la Faculté de Gestion, Économie et Sciences de l’Université Catholique de Lille.

La réhabilitation, entamée fin 2016, a des objectifs particulièrement ambitieux : faire de ce bâtiment un véritable démonstrateur de la transition énergétique. Le projet s’inscrit ainsi dans la démarche LIVE TREE (Lille Vauban-Esquermes en transition énergétique, écologique et économique) et devrait atteindre le niveau BEPOS.

Un bâtiment respectueux de l’environnement

Pour ce faire, rien n’a été laissé au hasard pour que ce bâtiment soit à la fois producteur, auto-consommateur, et même fournisseur d’énergie. Une attention particulière a également été portée sur la maîtrise du confort thermique par les usagers de l’édifice.

« La réhabilitation concerne le bâtiment à l’angle de la rue du Port et de la rue de Toul. L’entité comprend également un amphithéâtre qui reste en l’état », détaille MAES Architectes Urbanistes. « Elle hébergera les espaces pédagogiques mutualisés pour les activités d’enseignements, des espaces dédiés aux utilisateurs ainsi qu’à une activité tertiaire. »

Pour mener à bien ce projet de grande envergure, la maîtrise d’ouvrage a rapidement choisi de se tourner vers le BIM « pour améliorer le déroulement » du chantier et « minimiser les erreurs et les pertes de temps associées ainsi que pour améliorer la coordination et la planification. »

Une nouvelle façade minérale

Bien que l’enjeu environnemental du projet ait fait l’objet de nombreuses réflexions, son aspect esthétique n’a pas été négligé pour autant. Souhaitant donner une nouvelle identité visuelle forte à l’École des Masters du Rizomm, MAES Architecture a fait le choix surprenant de se tourner vers des matières minérales pour habiller la façade du bâtiment.

Celle-ci a finalement été dotée d’un bardage en terre cuite, dont l’utilisation « a été logiquement privilégiée pour évoquer l’historique et la tradition du site », d’après Thomas Druon, de l’agence d’architecture. « Quelque 3 900 heures de travail ont été nécessaires pour poser 6 km de bardeaux et 240 m3 de laine minérale », ajoute Loïc Lemesre, de l’entreprise Ecolopo, qui a réalisé la façade.

6 kilomètres de bardeaux composent la façade du Rizomm.

Afin de donner à l’ensemble une certaine modernité, MEAS Architecture a eu l’idée de jouer sur un effet aléatoire avec 6 teintes différentes de bardeaux et 4 formats de modules. « Avec les architectes des Bâtiments de France, nous avons choisi de réaliser une composition dans les tons ocre, brun, gris et blanc. Alors que la majorité des bardeaux sont mats, les blancs sont émaillés. Ainsi, lorsque le soleil se reflète sur la façade, ces lames ressortent et donnent l’impression d’être métalliques », explique Thomas Druon.

À chantier de qualité, produits de qualité

L’effet aléatoire de la façade a, en outre, été rendu possible grâce aux Barro de la marque Argeton de Wienerberger. Se voulant modernes et déclinés en une grande variété de formes de teintes, ces brise-soleils se sont tout naturellement imposés comme le meilleur choix pour ce chantier.

« La pose des Barro est extrêmement simple sous réserve de disposer d’une ossature primaire adaptée au type de fixation prévue. Les éléments de la gamme standard se fixent horizontalement sur l’ossature primaire par l’intermédiaire d’un profilé spécifique 5S sur lequel sont vissées des attaches en aluminium à chaque extrémité. Des joints en EPDM viennent ensuite se placer aux extrémités du Barro afin d’éviter tout contact entre les éléments de terre cuite entre eux ainsi qu’avec les éléments métalliques », détaille l’entreprise autrichienne.

La toiture a elle aussi été totalement ré-imaginée par l’agence d’architecture. Posés comme un dôme au-dessus du bâtiment, 557 panneaux photovoltaïques pourront permettre au Rizomm de produire 138,4 MWh/an. De quoi répondre parfaitement aux besoins énergétiques du futur démonstrateur.

F.C
Photos : ©MAES Architectes Urbanistes
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Layher fournit 72 tonnes d’échafaudage pour la réhabilitation d’un clocher

Layher fournit 72 tonnes d’échafaudage pour la réhabilitation d’un clocher

La commune de Beaulieu-lès-Loches a lancé, en septembre 2016, la réhabilitation du Grand Clocher de l’église abbatiale, construite il y a plus de 800 ans et classée Monument Historique. La première phase a consisté en la dépose et la remise en place de 5 000 pierres de taille. Pour permettre aux compagnons de travailler en toute sécurité, Layher a fourni 72 tonnes d’échafaudage. La structure, qui atteint les 64 mètres de hauteur, sera démontée au fur et à mesure de l’avancée des travaux.
Marteau prend de la hauteur avec les tours Rimini et Ferrare

Marteau prend de la hauteur avec les tours Rimini et Ferrare

C'est un défi de taille (littéralement) qu'a relevé Marteau, spécialiste du ravalement de façade. En effet, l'entreprise a été choisie pour réaliser les travaux de réhabilitation thermique de deux tours, Rimini et Ferrare, situées dans le XIIIème arrondissement de Paris. Pour mener à bien ce projet, Marteau s'est notamment muni d'échafaudages bi-mat, dont les consoles étaient fixées aux façades, permettant aux ouvriers de monter et descendre le long de la bâtisse.
Enedis s’engage en faveur de l’autoconsommation

Enedis s’engage en faveur de l’autoconsommation

En matière d’autoconsommation électrique, c’est l’ordonnance du 27 juillet 2016 qui fait foi, encadrant son statut et donnant à cette pratique un cadre législatif viable. Bien que cette réglementation attende encore un décret d’application, Enedis (ex-ERDF), filiale d’EDF, a d’ores et déjà affirmé son soutien au développement de cette pratique, la considérant comme un aspect essentiel de la transition énergétique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter