Amplification des travaux aux Antilles pour réduire le risque sismique Collectivités territoriales | 27.07.16

Partager sur :
Dans le cadre de la seconde phase du plan « Séismes Antilles », le gouvernement attribuera une enveloppe de 450 millions d'euros pour la période 2016-2020 aux collectivités. L'objectif est d'amplifier les travaux de construction et de renforcement parasismique pour réduire les risques, dans une région très exposée. Explications.
Pour cette seconde phase, le budget dédié au plan « Séisme Antilles » est 30 % supérieur à celui de la première période 2007-2015, soit une enveloppe de 450 millions d'euros pour les collectivités.

En effet, « devant l’importance des travaux à conduire, le rythme d’avancement des opérations de confortement parasismique devra être amplifié », ont expliqué les ministres de l'Environnement Ségolène Royal et des Outre-Mer George Paul-Langevin, mercredi, en conseil des ministres.

Les « Antilles françaises sont très exposées au risque sismique et ne sont pas à l'abri d'un séisme majeur tel que celui du 12 janvier 2010 en Haïti », (plus de 200.000 morts, ndlr), ont-elles rappelé.

Ce budget permettra de « conforter ou reconstruire 120 établissements scolaires, une quinzaine de casernes de pompiers et près de 3000 logements sociaux », a précisé Ségolène Royal.

Quel bilan pour le premier plan ?

Entre 2007 et 2015, l’État avait déjà contribué à hauteur de 350 millions d'euros, pour « la construction et à la réhabilitation de logements sociaux, d’établissements de santé et de centres de gestion de crise aux normes sismiques, en mobilisant ses crédits budgétaires ainsi que le fonds de prévention des risques naturels majeurs », précise les deux ministères dans un communiqué commun.

Au total, 36 écoles et 2 collèges ont fait l'objet de travaux. Le plan avait aussi permis de mettre en sécurité les habitants de 2 300 logements sociaux et de reconstruire des casernes de pompiers et les deux états-majors de Guadeloupe et de Martinique.

Ont également été lancées des mesures d'éducation au risque, de formation professionnelle, de sensibilisation et de préparation à la gestion de crise, selon Mme Pau-Langevin.

La ministre rappelle que le plan lancé en 2007 évaluait à « environ six milliards d'euros l'investissement nécessaire sur le bâti public pour une durée d'une trentaine d'années ». 2,4 milliards d'euros ont déjà été investis ou programmés lors de la première phase.

La concertation va se poursuivre, sous le pilotage des préfets, dans les semaines qui viennent avec les collectivités territoriales pour boucler le plan, ses objectifs et les financements complémentaires à ceux de l'Etat, comme les fonds européens et ceux des collectivités territoriales.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Début explosif pour la construction du plus grand télescope optique du monde

Début explosif pour la construction du plus grand télescope optique du monde

Au Chili, la construction de l'European Extremely Large Telescope (E-ELT) le plus grand télescope optique au monde vient de débuter. Pour faciliter son implantation, le sommet du Cerro Armazines, qui culmine à 3000 mètres d'altitude, a été en partie dynamité. Cette première étape ouvre la voie à un chantier de plus de dix ans.
L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

Le géant français de BTP et de concessions Vinci a révélé un chiffre d'affaires en baisse de 5,3 % à 8,2 milliards d'euros au premier trimestre 2015. Sur la branche construction plus précisément, le chiffre d'affaires est en baisse de 12 %, cette contraction marquant la fin des grands travaux de la LGV et la décroissance du marché français du BPT. Au vu des résultats de ce début d'année, le groupe prévoit une « légère baisse » de son chiffre d'affaires pour l'année 2015.
La FFB et la Capeb prêtes à travailler avec Emmanuel Macron

La FFB et la Capeb prêtes à travailler avec Emmanuel Macron

La FFB et la Capeb, deux syndicats majeurs du monde du BTP, ont publié deux communiqués les 10 et 11 mai. Dans ces derniers, signés par Jacques Chanut et Patrick Liébus, les organismes interpellent le nouveau président de la république, Emmanuel Macron, sur les nombreux gestes attendus par le monde du BTP, et signalent être prêts à travailler avec lui pour le bénéfice du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter