Arles : La Halle Lustucru ne sera finalement pas détruite Collectivités territoriales | 10.01.18

Partager sur :
Dans un communiqué, le ministère de la Culture et de la Communication indique que la halle Lustucru ne sera finalement pas détruite mais démontée, stockée et transportée vers un autre site. L'initiative devrait permettre « une meilleure mise en valeur » de cette structure métallique laissée à l’abandon. Pour rappel, le bâtiment devait être démoli et remplacé par un centre commercial.
« Témoignage rare de l’histoire de la construction métallique du XXe siècle », la halle Lustucru sera conservée. Ce mercredi, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen a indiqué avoir demandé au groupe Frey, aménageur du centre commercial qui devait venir remplacer la structure, « de procéder au démontage de cette halle pour la déplacer ».

Edifiée à l’occasion de l’exposition coloniale de 1906 par la société de construction de Levallois-Perret (anciennement Compagnie des établissements Eiffel), la halle Lustucru constituait le vaisseau central de l’ancien Grand Palais de Marseille.

Baptisée « cathédrale d’acier », elle avait été déplacée et remontée à son emplacement actuel à Arles en 1951. Elle avait alors abrité les usines de riz Lustucru avant de tomber en friche, à la fermeture de l’établissement, suite à des inondations en 2003.

La halle sauvée de la destruction

La structure en acier, haute de 20 mètres sur 99 mètres de long et 44,50 de largeur, était promise à la destruction. Fin octobre 2016, la mairie d'Arles avait en effet cédé au groupe Frey, spécialiste de l'urbanisme commercial, pour y construire un centre de 20 enseignes, sur 19.000 m2.

Suite à cette annonce, plus de 3 000 personnes avaient signé une pétition et écrit à la ministre de la Culture pour demander la sauvegarde de la halle et son classement en monument historique. Françoise Nyssen avait alors répondu : « Je souhaite avant de prendre une décision (...) que tous les enjeux du dossier, à la fois du point de vue de la préservation du patrimoine, mais également du point de vue économique, soient soigneusement étudiés ».

Ce mercredi, le ministère a indiqué que la communauté d’agglomération, en accord avec l’Etablissement Public Foncier régional avait accepté « que l’ensemble de la structure soit déposée sur le site des – papeteries d’Etienne – pour y être entreposée dans de bonnes conditions de sécurité et de préservation ». L’idée étant d’imaginer une nouvelle vie pour la halle : un nouveau projet pourrait bien être développé sur le site qui a vocation à devenir un nouveau pôle économique, dédié à l’économie créative et aux industries culturelles et patrimoniales. Ce projet « ambitieux » pourrait dans un premier temps « accueillir dans une halle ombrelle des expositions temporaires », précise le ministère. 

« Je souhaite naturellement que soient associés les habitants de la ville (d'Arles) et les acteurs culturels qui le désireraient dans une consultation citoyenne organisée afin d'imaginer un projet partagé qui devra répondre à des enjeux locaux comme nationaux et internationaux », indique Françoise Nyssen. 

Ajoutant que « ce déplacement constitue une opportunité pour les Arlésiens et les amoureux du patrimoine puisqu'il permet la conciliation de la préservation du patrimoine et le développement économique d'une zone commerciale ».

R.C
Photo de une : ©Philippe Piron (CP - ministère de la Culture)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Un abondement de l’État » pour soutenir l’An 2 de la Mission Patrimoine

« Un abondement de l’État » pour soutenir l’An 2 de la Mission Patrimoine

La première édition du Loto du Patrimoine avait connu un franc succès. Au terme de cette initiative menée tambour battant par Stéphane Bern, 18 sites emblématiques ont été sélectionnés pour bénéficier d’un soutien financier visant à préserver les bâtiments concernés. Poursuivant sur cette lancée, Franck Riester, ministre de la Culture, a confirmé ce 11 mars que l’État continuerait de soutenir la Fondation du patrimoine, selon les gains du Loto associé.
Le Sénat adopte en première lecture le projet de loi création

Le Sénat adopte en première lecture le projet de loi création

Le Sénat a finalement adopté ce mardi, en première lecture le projet de loi liberté de la création, architecture et patrimoine par 174 voix « pour » et 30 « contre ». Quelques 400 amendements ont été examinés, qui modifient notamment certaines règles pour les architectes. L'assemblée nationale doit se saisir du texte dans les 15 jours prochains.
Maisons Paysannes de France lance l’édition 2017 du concours « Architecture & Patrimoine »

Maisons Paysannes de France lance l’édition 2017 du concours « Architecture & Patrimoine »

L’association Maisons Paysannes de France a annoncé le lancement de la 32e édition de son concours « Architecture et Patrimoine ». Organisé chaque année depuis plus de 30 ans, il couronne des travaux de restauration ou des constructions contemporaines harmonieusement intégrées « faisant dialoguer ancien et moderne ». Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 juin 2017.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter