La Seine-et-Marne teste le recyclage de ses routes

Collectivités territoriales | 18.04.19
Partager sur :
La Seine-et-Marne teste le recyclage de ses routes - Batiweb
Le département de la Seine-et-Marne a recyclé un kilomètre de route en 2017, avec la technique de la brumisation sous cloche. Cette initiative éco-responsable a été récompensée cette semaine par le prix régional 2019 de la transition écologique, décerné par la Fédération régionale des travaux publics d’Ile-de-France. Fort de cette première expérience, le département compte renouveler cette technique durant l’été 2019.

L’entretien des routes engendre des déchets et des nuisances pour les ouvriers et le voisinage. Un kilomètre de route représente 1 000 tonnes de matériaux pollués qui sont évacués par camion de 25 tonnes. Cette opération soulève des poussières polluées sur le chantier et emplit toujours plus les décharges de produits dangereux… En testant le procédé Recyclean, mis au point par Eiffage Route, la Seine-et-Marne contribue à son expérimentation, tout en faisant un pas vers des chantiers routiers durables.

 

Une expérimentation

 

« Le département a une problématique : il ne sait pas quoi faire de ses chaussées polluées », explique, pour Batiweb, Dominique Pernier, chef de service patrimoine à la direction des routes du département. En 2017, il répond à l’appel du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), en expérimentant une technique de recyclage de bitume usagé, sur une portion routière d’un kilomètre. « On a eu cette possibilité de le réutiliser, en plus de l’aspect sanitaire et environnemental très intéressant de la technique, se souvient Dominique Pernier. Nous avons travaillé avec le Cerema, mandaté par l’Etat, car cette technique a besoin d’être expérimentée ».

Recyclean a gagné, en 2015, le Trophée des Travaux publics et du Comité innovation routes et rues mais pour être expérimenté et validé ce procédé a besoin d’être testé. Traditionnellement, chaque chantier routier est soumis à des contrôles : présence d’amiante et taux des Hydrocarbures aromatiques polycycliques, les fameux HAP très polluants. La technique de réemploi employée sur un kilomètre de route, en Seine-et-Marne, est faite à froid, avec « brumisation sous cloche », explique Germain Brun, chargé d’études chaussée. Le matériau non chauffé ne dégage alors pas de vapeur d’HAP ; la brumisation quant à elle, empêche les poussières de s’échapper.

 

Un nouveau chantier pour l’été

 

Tout le chantier a été suivi de près avec la mesure du taux de HAP dans l’air et la terre, en temps réel. Les ouvriers eux-mêmes portaient des capteurs afin d’évaluer l’impact sur leur santé.

Le recyclage de bitume s’effectue directement sur le chantier. « Il n’y a pas de déchet, pas de camion qui partent et reviennent… Tout est fait sur place avec un seul atelier et il n’y a plus d’émanation de HAP sous forme vapeur, résume Germain Brun. C’est même plus rapide qu’un chantier classique ! ». La seule contrainte que relève le chargé d’études est que cette technique doit être utilisée pour des chaussées avec « un trafic faible » car « il faut dévier la route, on ne peut pas faire d’alternance ».

Qu’à cela ne tienne, les avantages semblent avoir pesé plus fort dans la balance : le département de la Seine-et-Marne a déjà projeté de renouveler l’expérience à l’été 2019.

 

Propos recueillis par Lise Chastang

Photo de Une : © Département Seine-et-Marne

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Eurovia signe la première route recyclée au monde - Batiweb

Eurovia signe la première route recyclée au monde

La route de demain fera-t-elle la part belle à l’économie circulaire ? Les problématiques environnementales ayant de plus en plus d’importance, Eurovia, filiale du groupe Vinci, a conçu la première route (presque) totalement recyclée au monde. Cette dernière prend ainsi place sur une section de 1 km de l’autoroute A10, en Gironde. Les détails du projet.
À Batimat, Brune Poirson revient sur la gestion des déchets du BTP - Batiweb

À Batimat, Brune Poirson revient sur la gestion des déchets du BTP

En introduction d’une table ronde « Économie circulaire et bâtiment » organisée à l’initiative de Construction21 sur le salon Batimat, la secrétaire d’État à la Transition écologique est revenue sur les objectifs du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Durant son intervention, elle a notamment évoqué la reprise gratuite des déchets triés, le développement des déchetteries professionnelles, la création d’un Observatoire des déchets, ainsi que la mise en place d’une filière pollueur-payeur et le renforcement des sanctions.
Transition écologique : budget en hausse de + 11% pour l’Ademe - Batiweb

Transition écologique : budget en hausse de + 11% pour l’Ademe

L’Ademe renforce son soutien à la transition énergétique et vote un budget de 721 millions d’euros pour 2020, en hausse de 11% par rapport à 2019. Parmi les grands chantiers : la programmation pluriannuelle de l’énergie, l’économie circulaire, la rénovation des bâtiments ou encore le développement de l’hydrogène. Objectif visé, une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’environ un million de tonnes d’équivalent CO2.
En 2020, l’Ademe a soutenu plus de 4 000 projets de transition écologique - Batiweb

En 2020, l’Ademe a soutenu plus de 4 000 projets de transition écologique

A travers 52 histoires, symbolisant les 52 semaines de l’année, l’Ademe revient sur les actions menées en 2020 par les Adémiens auprès des citoyens, des territoires et des entreprises. Le rapport d’activité, qui s’articule autour de 4 chapitres, révèle que l’agence a accompagné 264 collectivités dans une stratégie climat, a lancé 8 nouveaux dispositifs en partenariat avec Bpifrance et a soutenu plus de 4 000 projets de transition écologique ; des projets qui ont permis d’éviter 868 000 t d’équivalent CO2.