Rocade de Strasbourg : après la suspension d’un permis d’aménagement, les manifestations se poursuivent Collectivités territoriales | 17.09.18

Partager sur :
Rocade de Strasbourg : après la suspension d’un permis d’aménagement, les manifestations se poursuivent
Bien que validé par le préfet de la région Grand Est, le projet de rocade de Strasbourg est loin de faire l’unanimité ! Le tribunal administratif local a en effet suspendu le permis d’aménagement d’un viaduc situé sur le tracé du contournement autoroutier. De quoi donner raison aux opposants du projet, qui se sont rassemblés samedi 15 lors d’une grande manifestation.
Décidément, le projet de rocade autoroutière de Strasbourg, pourtant validé par le préfet local il y a plusieurs semaines, ne cesse de déclencher de vives critiques à son encontre ! Outre Stéphane Bern, en charge de la mission patrimoine, qui avait fait part de son indignation à l’encontre du contournement envisagé, plusieurs associations avaient également partagé leur mécontentement.

Un dossier environnemental inexistant

Parmi elles, Alsace Nature, notamment, a remporté une première victoire après la décision du tribunal administratif local de suspendre le permis d’aménagement d’un viaduc de 470 mètres initialement situé sur le tracé de la rocade. Les juges avaient notamment souligné l’absence « d’étude d’impact actualisée » et « d’avis définitif » des Bâtiments de France.

« Les insuffisances du dossier en termes d’études d’impact ont été mises au jour », s'était réjoui Maurice Wtinz, vice-président d’Alsace Nature. « Mais cette décision ne remet malheureusement pas en cause l’abattage des arbres [nécessaire à la construction du projet, ndlr] qui va continuer ».

En revanche, aucune inquiétude du côté d’Arcos, concessionnaire de l’autoroute et filiale de Vinci, qui a rappelé dans un communiqué que « l’arrêté suspendu, dont la légalité n’a pas été jugée au fond, ne concerne pas les travaux en cours, et n’entraîne donc pas l’arrêt du chantier ».

« Non au Grand Contournement Ouest »

Pour autant, les opposants au projet n’en démordent pas et ont organisé samedi dernier une manifestation de grande envergure à Kolbsheim. Entre 950 et 1 900 personnes (selon les sources) ont ainsi répondu à cet appel à défiler pour protester contre le contournement autoroutier et ses conséquences sur l’environnement.

« Nous nous opposons à un projet d’un autre âge, un massacre de la nature », a déclaré Dany Karcher, maire de la commune. « Tant que le béton n’est pas coulé, il faut qu’on empêche la construction de ce couloir à camions », a rajouté son conseiller Lucien Kratz.

Tous les regards sont à présent tournés vers le tribunal administratif de Strasbourg, où l’arrêté préfectoral délivré à Arcos a récemment fait l’objet d’une requête en référé. Il faudra attendre mercredi pour enfin connaître la décision des juges.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Une construction autorisée peut être démolie

Une construction autorisée peut être démolie

Comme si la baisse des autorisations de logements à la construction enregistrée ce premier trimestre ne suffisait pas, la Cour de cassation estime que la démolition d'un bien peut être autorisée dans certaines conditions. Cette décision de la justice nécessite néanmoins l'annulation préalable du permis de construire, y compris sur simple demande d'un voisin qui considérerait que les travaux en cours ne sont pas conformes à au règlement administratif. Explications.
L'aménagement de la route Centre-Europe Atlantique bientôt reconnu « chantier prioritaire » ?

L'aménagement de la route Centre-Europe Atlantique bientôt reconnu « chantier prioritaire » ?

Réputée pour être l'un des itinéraires les plus accidentogènes de France, la route Centre-Europe Atlantique fait l'objet de travaux d'aménagement depuis 2013. Pour autant, le chantier a pris de multiples retards, déclenchant l'agacement de la Cour des Comptes. Cette dernière estime en effet qu'une « remise à plat du dossier » est nécessaire afin de combler les différents ajournements. Dans ce sens, le projet pourrait également être reconnu « chantier prioritaire ». Explications.
Réinventer Paris : la Ville en guerre contre le Tribunal administratif

Réinventer Paris : la Ville en guerre contre le Tribunal administratif

En février 2016, le jury de Réinventer Paris dévoilait enfin le palmarès tant attendu de ce vaste appel à projets, qui a couronné 22 lauréats. Parmi eux, le projet « Etoile Voltaire », pour le site du 14, avenue Parmentier (11e), fait particulièrement jaser. En effet, le tribunal administratif a annulé mercredi la décision du jury concernant cette opération, arguant notamment que la surélévation prévue dans ce programme allait modifier la façade d’un bâtiment PVP (Protection Ville de Paris). Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter