Un appel à manifestation d’intérêt pour redonner vie au Domaine de Méréville Collectivités territoriales | 29.06.17

Partager sur :
« Identifier un investisseur susceptible de développer une activité économique, touristique et/ou culturelle au sein du Château de Méréville » : tel est l’objectif de l’appel à manifestation d’intérêt récemment lancé par le département de l’Essonne. Dans ce cadre, les candidats potentiels devront soumettre une programmation incluant le financement de la rénovation de l’édifice et l’aménagement du parc de 55 hectares qui l’entoure.
L’appel à projets Réinventer Paris et sa suite auraient-ils inspiré le département de l’Essonne ? La collectivité a en effet annoncé ce 28 juin avoir lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) afin d’identifier une programmation permettant de redonner vie au Domaine de Méréville et à son château.

Avec un triple objectif : « présenter l’opération de valorisation du Château et de ses extérieurs » la plus adaptée, « recueillir de la part de l’opérateur un dosser d’intérêt présentant les principales caractéristiques de leur projet », et « sécuriser la propriété en proposant un montage juridique pérenne ».

En parallèle, le Département envisage, de son côté, d’ouvrir le site au public, à raison de 40 jours par an, afin d’obtenir le label Jardin remarquable. Il rappelle par ailleurs qu’une programmation culturelle a déjà été mise en place autour du Domaine, qui dispose également de plusieurs produits dérivés.

Un concours en deux étapes

Dans le détail, l’AMI se déroulera en deux étapes, la première étant consacrée à la présentation concrète du dossier. La seconde, quant à elle, permettra d’isoler les candidatures les plus intéressantes en vue d’élire un projet lauréat. Si les détails de cette dernière phase sont encore à préciser, les modalités du dossier qui doit être préalablement remis sont déjà clairement définies.

Remis au Département, ce dernier devra proposer « une vision complète du projet », avec une présentation synthétique, une description du candidat, la présentation de l’équipe et des références dont elle dispose, ainsi qu’un (ou plusieurs) visuel(s) du concept.

« Les candidatures sont analysées et les candidats classés selon les éléments d’appréciation suivants : qualité du concept […] ; références de l’équipe sur le même type de concept ; références de l’équipe en matière d’architecture et développement commercial intégrant une envergure historique ; capacités financières du porteur de projet », indique le Département.

Les heureux élus pourront ensuite participer à une consultation restreinte qui devrait permettre, in fine, de distinguer une proposition en adéquation avec les attentes de l’organisateur.

Un véritable symbole du patrimoine historique de l’Essonne

Acquis en 1784 par le marquis de Laborde, banquier de Louis XV, le château possède toujours, à cette époque, sa structure médiévale. Le nouveau propriétaire entreprend alors de transformer son domaine en ‘’jardin anglais’’ censé exprimer « l’harmonie entre l’homme et la nature ». Pour ce faire, le marquis fait appel à l’architecte François-Joseph Bélanger, mais des mésententes entre eux écarte ce dernier du projet de transformation tant désiré par le propriétaire.

C’est donc le peintre de ruines et paysagiste Hubert Robert qui prend le relais en 1786. Après avoir été dessinateur des jardins du roi (il a notamment réaménagé le bosquet des Bains d’Apollon de Versailles), ce dernier se donne corps et âme pour concevoir les jardins de Méréville.

En 1790, alors que toutes les fabriques du parc ont été construites, le marquis de Laborde s’installe enfin au Château, où il organise des salons qui resteront dans les annales. Cependant, le faste ne dure qu’un temps : en 1793, le marquis est arrêté avant d’être exécuté le 18 avril de l’année suivante. Le domaine est alors saisi, avant d’être racheté en 2000 par le Département.
 

F.C
Photo de Une : ©Alexis Harnichard
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Appel à manifestation d’intérêt :

Appel à manifestation d’intérêt : "faites des folies" avec Bordeaux-Euratlantique !

Parce qu’il n’y a rien de plus triste qu’une ville dont tous les bâtiments se ressemblent, l’Établissement public d’aménagement de Bordeaux-Euratlantique a annoncé le lancement d’un Appel à manifestation d’intérêt d’un nouveau genre : « Faites des folies ». Dans ce cadre, les créateurs, qu’ils soient architectes, artistes, designers ou artisans, ont la possibilité de proposer la réalisation de "folies", ces maisons de plaisance ne dépassant pas les 400 m2. Un véritable défi à relever !
Signature d’une charte d’engagement pour le déploiement du permis d’expérimenter

Signature d’une charte d’engagement pour le déploiement du permis d’expérimenter

Le Gouvernement a signé, jeudi 14 mars, au côté des professionnels de l’immobilier une charte d’engagement visant « à faire connaître, déployer et utiliser » le permis d’expérimenter. L’initiative se décline notamment via un appel à manifestation d’intérêt (AMI) qui doit inciter les maîtres d’ouvrage à recourir au dispositif et à proposer des solutions innovantes pour la réalisation de leurs projets.
Norman Foster rénove les chais du Château Margaux

Norman Foster rénove les chais du Château Margaux

Château Margaux, « premier grand cru classé » selon la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855, célèbre cette année le bicentenaire de son architecture. Château Margaux a confié à cette occasion les grands travaux d’agrandissement de son domaine classé « monument historique », avec notamment la rénovation de ses chais, au célèbre architecte anglais Lord Norman Foster, dont l’inauguration se tiendra en juin.
Rénovation énergétique : la CDC lance un vaste Appel à manifestation d’intérêt

Rénovation énergétique : la CDC lance un vaste Appel à manifestation d’intérêt

Particulièrement impliquée dans l’accompagnement des collectivités locales, la Caisse des dépôts (CDC) vient de lancer un Appel à manifestation d’intérêt afin de favoriser la rénovation énergétique au sein des territoires. Une initiative en adéquation avec la loi sur la transition énergétique, qui vise à réduire la consommation des bâtiments tertiaires de 60% d’ici à 2050.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter