Filière bois : L'enveloppe du plan de relance portée à 300 millions d'euros

Développement durable | 26.07.21
Partager sur :
Filière bois : L'enveloppe du plan de relance portée à 300 millions d'euros - Batiweb
Alors que la filière bois bénéficie déjà, dans le cadre du plan France Relance, d'une enveloppe de 200 millions d'euros, le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce samedi 24 juillet abonder ce fonds de 100 millions d'euros supplémentaires pour aider la filière dans un contexte de hausse des besoins pour le secteur de la construction, et de pénuries sur le marché international.

Il y a dix jours, la ministre déléguée au Logement Emmanuelle Wargon lançait un appel à projets pour les systèmes constructifs bois dans le cadre du Forum Bois Construction. Cet appel à projets s'incrivant dans un contexte plus large de soutien du gouvernement pour inciter la filière bois à s'industrialiser et à devenir plus indépendante et compétitive.

 

100 millions d'euros supplémentaires pour soutenir la filière

 

Ce samedi 24 juillet, le Premier ministre Jean Castex en personne annonçait un nouveau coup de pouce pour la filière, avec 100 millions d'euros supplémentaires pour l'aider à répondre aux besoins du secteur de la construction, qui devraient encore s'accroître avec l'entrée en vigueur de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) à compter du 1er janvier prochain. Le Premier ministre a notamment souligné que la filière aurait son rôle à jouer pour « bâtir la France de 2030 ».

 

Le plan de relance prévoyait déjà 200 millions d'euros pour la filière, dont 150 millions pour le reboisement, avec l'objectif de planter 50 millions d'arbres d'ici fin 2022, et 50 millions d'euros pour moderniser le secteur.

 

« Ces financements additionnels ne font sens que si on arrive à faire en sorte qu'ils ne soient pas cloisonnés entre l'amont et l'aval », a réagi Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, qui a également a salué des moyens supplémentaires « très importants ».

 

Marché européen : Jean Castex demande des mesures de sauvegarde

 

Depuis plusieurs mois, le marché international fait face à des problèmes d'approvisionnement et à des hausses de prix. Ainsi, la Russie a pour sa part décidé de suspendre ses exportations de bois.

 

Pour protéger la filière européenne, le gouvernement français a de son côté saisi la Commission européenne pour qu'elle prenne « des mesures de sauvegarde (…) de façon à éviter le pillage des ressources forestières ».

 

Le gouvernement a également demandé à l'Office National des Forêts (ONF) de développer au maximum des contrats d'approvisionnement avec des scieries françaises. Il craint notamment que le bois français ne soit vendu aux enchères et exposé à l'action de traders exportant hors d'Europe.

 

Jean Castex a précisé que des « mesures conservatoires » pourraient être prises si l'Union européenne ne réagissait pas avant le 1er janvier.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Filière bois : le gouvernement lance des « assises » - Batiweb

Filière bois : le gouvernement lance des « assises »

Alors que de nouveaux investissements ont récemment été annoncés pour la filière bois française, le gouvernement a lancé ce mardi 19 octobre les « Assises de la forêt et du bois », visant à soutenir la filière, et lui apporter des solutions concrètes dans le contexte de tensions sur le marché international.
Vers un plan de soutien public pour la filière bois ? - Batiweb

Vers un plan de soutien public pour la filière bois ?

Dans un communiqué publié vendredi 5 juin, la filière bois énergie rappelait les atouts du matériau pour la future Réglementation environnementale (RE2020), et exprimait ses propositions pour que le bois joue « un rôle clé dans la décarbonation des bâtiments neufs ». Au-delà de la RE2020, la filière demandait la mise en place d'un plan de soutien au gouvernement à travers cinq mesures fortes. Le lendemain, 140 parlementaires ont réagit en faveur d'un plan de soutien public, s'inspirant de celui engagé par l'Allemagne, ayant annoncé 800 millions d'euros en faveur de la reforestation en 2019.