La Réunion inaugure une installation solaire avec stockage Développement durable | 02.02.16

Partager sur :
Une installation solaire vient d'être inaugurée dans une zone isolée de l'île de la Réunion. Produit du géant électrique EDF, ce dispositif combine production d'énergie photovoltaïque et stockage au moyen de batteries à hydrogène. Il permettra à toute une communauté de bénéficier d'électricité, de jour comme de nuit. C'est la deuxième installation de ce type en France.

Jean-Bernard Levy, PDG d'EDF n'a pas hésité à qualifier cette innovation de « première mondiale ». Et c'est un hameau de Mafate, un cirque montagneux isolé et inaccessible en voiture, sur l'île de La Réunion qui va avoir la chance d'en bénéficier en premier.

Le dispositif, installé sur le toit de la cantine scolaire de La Nouvelle, combine équipements photovoltaïques et technologie de batteries à hydrogène. Lorsque le soleil rayonnera, les panneaux photovoltaïques produiront l'énergie électrique. Les éventuels surplus produits, seront conservés grâce au système de stockage pour être ensuite réutilisés par les villageois la nuit et en cas de mauvais temps.

Ce procédé permettra aux habitants d'être alimentés en permanence en électricité
« en évitant l'usage du groupe électrogène et de l'essence ».

Selon EDF, seuls deux bâtiments en France possèdent un système de stockage à hydrogène : une installation isolée dans les Alpes et désormais l'école de La Nouvelle. « Mais c'est la première fois que ce système bénéficiera à toute une communauté », a souligné Jean-Bernard Lévy lors de l'inauguration. «  C'est une solution pérenne, durable et de très bonne qualité », a-t-il ajouté.

Intégrer plus d'énergies renouvelables

Le PDG d'EDF a également indiqué que « la Réunion est désormais en mesure d'intégrer davantage d'énergies renouvelables », car le réseau électrique peut supporter un pic de 32 % d'électricité d'origine éolienne et solaire.

Un taux sans équivalent en France. Habituellement, une adaptation des réseaux est nécessaire pour qu'ils puissent absorber des fortes fluctuations de la production de courant, liées au caractère intermittent des EnR.


« Cette avancée est permise par les performances de la batterie EDF de Saint-André », dans le nord-est de l'île, a assuré le groupe. Avec une puissance d'un mégawatt (MW), elle est « l'un des plus gros stockages d'énergie existant en Europe », a précisé EDF, ajoutant préparer « l'implantation, avec des partenaires », d'un parc de batteries d'une capacité totale de 5 MW.


Considérée par EDF comme un territoire d'excellence et d'innovation, La Réunion est engagée dans une transition énergétique depuis une dizaine d'années, pour réduire sa dépendance aux énergies fossiles. Les énergies renouvelables y représentent aujourd'hui 36 % de la production électrique.

C.T (avec AFP)
© EDF

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Prix de l’électricité : la filière du solaire se dit « bouc émissaire » - Batiweb

Prix de l’électricité : la filière du solaire se dit « bouc émissaire »

Le gouvernement a décidé la hausse des prix de l’électricité de 3 %, qui interviendra en 2011, et qui portera la hausse des tarifs à plus de 6% sur six mois, soit l'une des plus fortes depuis 30 ans. Le coûteux développement de l'énergie solaire est la raison principale invoquée par le gouvernement pour se justifier. Une injustice pour les professionnels de la filière.
Trois mesures pour sauver la filière photovoltaïque  - Batiweb

Trois mesures pour sauver la filière photovoltaïque

Dans une lettre ouverte à Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, David Haïun, le président du groupe Solaire de France spécialisé dans le photovoltaïque résidentiel en France, propose 3 mesures pour sauver la filière. Il souhaite notamment sortir de la dépendance d'EDF, « géant de l'énergie fossile », qu'il accuse d'affaiblir le secteur du solaire en augmentant le tarif de raccordement.
Une fleur photovoltaïque en forme de tournesols à planter chez soi - Batiweb

Une fleur photovoltaïque en forme de tournesols à planter chez soi

EDF ENR Solaire propose depuis la fin de l'année 2014 une nouvelle manière de faire du jardinage grâce à l'installation de centrales privées photovoltaïques en forme de tournesols, les « Smartflowers », à planter dans les jardins. Comme la plante, elles déploient leurs pétales et s’orientent en fonction du mouvement du soleil pour un rendement supérieur de 40 % aux installations photovoltaïques traditionnelles.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter