Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités Eco-construction | 05.06.18

Partager sur :
En marge du congrès Smart Energies 2018, l’organisation REN21 a publié ce 4 juin la nouvelle édition de son rapport relatif au développement des énergies renouvelables dans le monde, le « Global Statuts Report ». Si le document fait état d’une forte augmentation des nouvelles installations l’année dernière, celles-ci ne semblent avoir été mises qu’au profit de la production d’électricité, au détriment des secteurs de la chaleur et du froid ainsi que des transports. Tour d’horizon des principaux enseignements de ce rapport.
Avant même que le réseau REN21 ne publie, ce 4 juin, le « Renewables 2018 Global Statuts Report » (ou « Rapport mondial sur les renouvelables 2018 », en Français), Rana Adib, secrétaire générale de l’organisation, s’était laissée aller à quelques confidences sur certains chiffres à retenir.

Entre autres, l’experte avait révélé que les investissements dans les énergies propres avaient augmenté de 2,2% en 2017, après une forte baisse l’année précédente. Ils ont ainsi atteint 279,8 milliards de dollars à l’échelle mondiale. « Un bon signe », pour Rana Adib, « car le coût des énergies a continué à baisser ».

Pour autant, la croissance dans les renouvelables est particulièrement inégale. Selon REN21, la progression du secteur a surtout profité à la production d’électricité. En effet, le rapport indique que 70% des nouvelles capacités mises en place l’année dernière étaient à base d’énergies renouvelables, soit 178 gigawatts installés dans le monde. Il s’agit, d’après le document, de « la plus forte augmentation (…) de l’histoire moderne ».

« Retard considérable » pour la chaleur et les transports

En revanche, la tendance est nettement moins dynamique du côté d’autres marchés. Entre autres, « la chaleur et le secteur des transports restent un challenge considérable », selon Rana Adib. Le rapport fait ainsi état de « peu de changement » sur le segment de la chaleur et du froid, les renouvelables étant toujours à l’origine de près de 10% de la production (contre 25% pour l’électricité, entre autres).

Les transports sont également très en retard, avec une dépendance aux énergies fossiles à hauteur de 96%, dont 92% pour le pétrole. Sans surprise, les biocarburants n’ont permis de couvrir que 2,8% des besoins mondiaux, devant l’électricité verte (1% seulement).

« Ces chiffres mettent en évidence la focalisation sur l’électricité », note Rana Adib. « Les mentalités doivent changer, et il faut que les entreprises mettent en place une approche de services énergétiques. Une société comme Engie en France, ou ENEL en Italie, l’ont bien compris, intégrant pleinement cette logique dans leur stratégie d’entreprise ».

De l’importance d’agir rapidement

Le rapport du réseau d’experts rappelle pourtant que la transition énergétique est primordiale pour limiter le réchauffement climatique à 2°C. Il convient néanmoins, pour ce faire, de redoubler d’efforts à l’échelle mondiale… ce qui semble loin d’être le cas : seulement 48 pays auraient adopté des objectifs nationaux de verdissement des secteurs de la chaleur et des transports, et 146 pour l’électricité.

Selon REN21, le déploiement des EnR n’est toujours « pas assez rapide pour couvrir l’augmentation de la demande d’énergie ». Rana Adib se veut somme toute optimiste. En effet, si la Chine reste le pays le plus dynamique au regard des nouvelles installations, devant les Etats-Unis, le Japon, l’Inde et l’Allemagne, « de nombreux pays en développement apparaissent ».

Autant de données qu’il est possible de retrouver au congrès Smart Energies Paris 2018, qui se déroule ces 5 et 6 juin à La Défense.
                       
La France loin d’être exemplaire

L’engouement Français pour les énergies renouvelables, qui s’était fait largement ressentir après la COP21, semble désormais bien loin ! Rana Adib révèle en effet que l’hexagone « ne fait partie du top 3 dans aucune des activités ». « Mais la France avance bien dans les domaines des réseaux de chaleur », nuance la secrétaire générale de REN21. Le pays atteint péniblement la 8ème place du classement en termes de puissance installée photovoltaïque en 2017, et la 7ème place pour l’éolien. Rana Adib souligne néanmoins la forte implication des territoires, qui n’hésitent plus à solliciter les citoyens pour faire émerger de nouvelles réflexions. 
 

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Grenoble, dont l’implication dans la transition énergétique avait été saluée par Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, pourrait bien ne consommer que de l'électricité renouvelable à horizon 2022. Gaz Electricité de Grenoble (GEG), l’énergéticien public local, a en effet présenté vendredi 9 mars sont plan d’investissement qui prévoit le quasi-triplement de sa production actuelle 100% renouvelable. Précisions.
Vague de froid : l’autoconsommation, une réponse aux pénuries d’électricité ?

Vague de froid : l’autoconsommation, une réponse aux pénuries d’électricité ?

Alors que la France est touchée par une vague de froid qui semble bien partie pour durer, Ségolène Royal a annoncé qu’il n’y aurait pas de coupure d’électricité, faisant écho aux doutes de RTE quant au bon approvisionnement des foyers français. Or, pour éviter une éventuelle pénurie, l’autoconsommation électrique ne serait-elle pas une solution viable et durable ? Focus sur une tendance dans l’air du temps.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter