La banque mondiale demande plus d’efforts pour l'accès à l'électricité et les énergies renouvelables Eco-construction | 05.04.17

Partager sur :
Dans un rapport publié le 3 avril dernier, la Banque Mondiale s’est alarmée de l’insuffisance des efforts visant à garantir un accès à l’électricité pour tous d’ici 2030. L’organisation a également pointé du doigt la production d’énergie renouvelable et efficace, largement en-deça des espérances.
De belles paroles, mais un manque d’actions concrètes, c’est la conclusion du rapport de la Banque Mondiale et de l’AIE (Agence Internationale de l'Energie), présenté lundi 3 avril dans un communiqué.

Le rapport, dont c’est la troisième édition, mesure les avancées sur la période 2012-2014 pour les trois objectifs : assurer un accès universel à l’électricité et à des combustibles propres pour la cuisson des aliments, multiplier par deux le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique et doubler la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial d’ici 2030. Il s'appuie sur les chiffres officiels fournis par les pays et propose une analyse harmonisée à l’échelle régionale et mondiale

Rachel Kyte, représentante spéciale auprès du secrétaire général de l’ONU pour l’action sur l’énergie pour tous, a affirmé que « si nous voulons concrétiser la promesse d’un accès à une énergie propre, fiable et d’un coût abordable pour tous, il faut agir et, pour agir, il faut un leadership politique ».

« Ces nouvelles données tirent la sonnette d’alarme pour que les dirigeants mondiaux prennent de toute urgence des mesures plus ciblées sur les trois objectifs poursuivis : l’accès à l’énergie et à des combustibles propres pour la cuisson des aliments, l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables. Les progrès accomplis — nombre des technologies dont nous avons besoin sont aujourd’hui disponibles, et les feuilles de route de plus en plus claires — restent insuffisants. Nous nous sommes tous engagés à agir, et chaque jour de retard accroît les difficultés et les coûts », a-t-elle ajouté.

Aux yeux de Riccardo Puliti, directeur du département énergie à la Banque mondiale, « il faut accroître les investissements, s’engager politiquement et avoir la volonté d’adopter les nouvelles technologies à une plus grande échelle ».

« Le Global Tracking Framework montre qu’il est urgent d’accélérer les interventions qui déboucheront sur une énergie durable pour tous. L’AIE est fière de participer, une nouvelle fois, à cette publication phare, qui souligne la nécessité d’une transition mondiale vers une énergie propre et moderne, afin de garantir à chacun un avenir prospère et productif », renchérit Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE.

Des progrès au ralenti

L'accroissement du nombre de personnes ayant accès de l'électricité, en hausse continuelle, a ralenti ces dernières années. Malgré les progrès jugés « encourageants » de plusieurs pays, comme l'Afghanistan, le Cambodge, le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda, pour atteindre l’objectif initial, il faudrait multiplier les investissements actuels par cinq. Un effort nécessaire, la Banque Mondiale affirmant que les pays jouant le jeu observeront des améliorations dans l’éducation, la santé, l’emploi et la croissance économique.

Le rapport estime que la situation des pays très peuplés et dont la population a peu accès à l’électricité, tels que l’Angola et la République démocratique du Congo, où le taux d’électrification est en recul, est particulièrement préoccupante.

En termes d'énergie renouvelable, les investissements au niveau mondial devraient être multipliés par deux ou trois pour atteindre les objectifs mondiaux fixés pour 2030. Même si la production d’énergie renouvelable progresse rapidement, le rapport pointe son manque d’utilisation. L’éolien et le solaire ne représentent que 4% de la consommation d’énergie mondiale.

À compter de 2018, le rapport sera produit chaque année au lieu de tous les deux ans. De quoi mesurer avec plus de précision les progrès effectués par les pays.

F.T (Avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Déjà mis à mal en 2016, les investissements dans les énergies renouvelables ont encore baissé en ce début d’année. Selon le dernier rapport publié par Bloomberg New Energy Finance, le solaire photovoltaïque, tout particulièrement, n’a rassemblé que 71,6 milliards de dollars à l’échelle mondiale au cours du premier semestre 2018. Heureusement, l’éolien atténue légèrement la tendance, avec une hausse des investissements de +33%. Bilan et perspectives.
Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

En marge du congrès Smart Energies 2018, l’organisation REN21 a publié ce 4 juin la nouvelle édition de son rapport relatif au développement des énergies renouvelables dans le monde, le « Global Statuts Report ». Si le document fait état d’une forte augmentation des nouvelles installations l’année dernière, celles-ci ne semblent avoir été mises qu’au profit de la production d’électricité, au détriment des secteurs de la chaleur et du froid ainsi que des transports. Tour d’horizon des principaux enseignements de ce rapport.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter