Le choix complexe des gouttières pour l’habitat Eco-construction | 20.11.12

Partager sur :
Avec ses matières et formes variées, les gouttières peuvent rapidement devenir un casse-tête dans la réalisation ou rénovation d’un habitat pour tous les non-initiés. Elles sont, dans le même temps, indispensables à chaque construction, d’autant plus dans un geste écologique et économique avec le développement des récupérateurs d’eau de pluie.

L'installation incontournable des gouttières

L'usage des gouttières sur les habitats présente un passé relativement récent, se généralisant, en zinc, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Aujourd'hui, ces équipements sont devenus indispensables, permettant l'évacuation des eaux de pluie situées en toiture, à l'aide des descentes d'eau.

Ces dernières années ont marqué également une nouvelle évolution, proposant des matières et des formes différentes pour s'adapter à l'esthétique des nouveaux habitats, mais également aux données économiques. L'apparence des gouttières s'est ainsi répartie entre rondeurs et formes carrées, tandis que le choix des matières s'est multiplié.

Outre son emploi en toiture, la récupération des eaux de pluie est également devenue une autre utilisation de la gouttière de toit, lui donnant une tonalité écologique.

Les gouttières, proposées dans différents matériaux

Si le zinc a été la matière principale des gouttières durant de nombreuses décennies, de nouveaux matériaux s'imposent désormais, entre choix esthétique et qualité.

Les solutions les plus économiques sont ainsi les équipements en plastique. Leur principal défaut est cependant leur fragile solidité pour les premiers prix, associé à une impossibilité de les réparer en cas de fuite. Toute la longueur de la gouttière est alors à changer.

Autres matériaux utilisés dans la réalisation des gouttières et descentes d'eau : l'aluminium et le cuivre. Ce dernier équipement se patine cependant au cours des années du fait de sa corrosion naturelle, sans altération de sa solidité. Il est donc important d'en tenir compte dans l'esthétique de l'habitat avant d'en faire le choix.

Enfin, les derniers modèles disponibles sur le marché sont réalisés en résine. Particulièrement solides, ils sont notamment privilégiés pour une installation sur les bâtiments soumis à forte corrosion. C'est le cas, entre autres, des locaux industriels.


Actualité rédigée en collaboration avec ETI Construction, spécialiste des solutions techniques et réglementaires pour les projets de construction.
Informations complémentaires sur : Gouttières : un choix important pour l'habitat.




Demandez votre documentation
 
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les économies d’énergies, utilisées pour le financement de travaux de chaufferie

Les économies d’énergies, utilisées pour le financement de travaux de chaufferie

Les économies d’énergies offrent des intérêts allant au-delà de la simple question environnementale. À Angers, celles-ci ont permis la rénovation de la chaufferie dans une copropriété comprenant 200 appartements. Cela a été possible grâce à la signature d’un contrat avec GDF SUEZ Énergie France. Les sommes restant dues pour financer l’intégralité des travaux ont, elles, trouvé solution avec l’achat des certificats d’économies d’énergie (CEE) issus de l’opération. Dans le même temps, pour assurer la poursuite des économies d’énergie, il a été installé un dispositif pour rendre les charges de chauffage individuelles, solution efficace pour responsabiliser chaque résidant.
Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement

Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement

L’éco-logement est aujourd’hui en pleine expansion. Il en existe deux types, implantés dans les agglomérations ou en périphérie : les éco-lotissements et les éco-quartiers. Ces derniers, très prisés, sont également présents dans les zones rurales avec le même engouement. L’objectif de ces nouvelles constructions est, dans tous les cas, le même : respecter les principes de développement durable. Pour mieux comprendre les orientations de ces deux types de construction, il est essentiel de savoir ce que recouvre chacun des termes, leurs différences et leurs enjeux, le tout expliqué par Pierre-Emmanuel Charbon, aménageur - maître d’œuvre, porteur du projet de construction sur la commune de Megève.
LAKAL : nouveau caisson de volets roulants PTR

LAKAL : nouveau caisson de volets roulants PTR

Le fabricant allemand propose un caisson à crépir (PTR) pour volets roulants, fermé sur les quatre côtés et qui se pose à l’extérieur, avec double laquage au four. Utilisable aussi bien en construction neuve qu’en rénovation, il dispose d’une face avant dotée d’une équerre encastrée extrudée (8mm ou 15mm). Il est également muni de baguettes de finition pour crépis de chaque côté et d’une trappe de visite amovible. Son coffre, disponible en 6 tailles différentes (125PTR, 138PTR, 150PTR, 165PTR, 180PTR, 205PTR), est produit sur-mesure, comme tous les éléments du fabricant allemand. De plus, ses flasques sont en fonte d’aluminium revêtus par poudre et équipés de tenons d’emboîtement pour coulisses à profil creux.
Le bois pour construire des piscines naturelles

Le bois pour construire des piscines naturelles

Les piscines particulières sont devenues monnaie courante, dans toutes les régions. Outre les coques préformées ou le choix d’un bassin en dur, par exemple en béton, ces équipements peuvent aussi être conçus en bois. Complétée par une solution de filtrage 100 % naturelle, la piscine ainsi réalisée s’avère agréable et performante, offrant un réel plus à chaque construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter