Les maisons à colombages menacées par la loi sur la transition énergétique ? Eco-construction | 01.10.14

Partager sur :
En Alsace, le projet de loi sur la transition énergétique suscitait mercredi l'inquiétude des défenseurs des maisons à colombages qui craignent que les nouvelles normes en matière d'isolation ne remettent en cause ce bâti symbolique du patrimoine régional.

Les maisons à colombages typiques d'Alsace sont-elle vouées à disparaître dans le paysage français ? C'est ce que craint l'Association pour la sauvegarde de la maison alsacienne (Asma) qui réclame une modification du projet de loi sur la transition énergétique, débattu depuis le 1er octobre à l'Assemblée.

En cause, l'obligation d'isoler les façades pour réduire les déperditions d'énergie au détriment de la conservation de l'aspect visuel du colombage typique d'Alsace, assemblage de pierre et de poutrage en bois.

« Ce que les décrets peuvent apporter en matière de protection nous laisse extrêmement sceptiques. Nous proposons d'exclure du projet de loi les façades des bâtiments construits avant 1948 »
, a indiqué à l'AFP Bruno de Butler, président de l'Asma, qui représente quelque 300 défenseurs de maisons à colombages.

« Le projet de loi ne fait aucune distinction entre les différentes maisons. En matière d'obligation d'isolation, les décrets pourraient fixer des règles en fonction des caractéristiques des maisons », a-t-il suggéré.

Pas contre les économies d'énergie

Selon l'Asma, l'utilisation de matériaux d'isolation synthétiques, comme le polystyrène ou la laine de verre, empêchent « la respiration » de la structure de la maison en bois et de pierre qui risquent de pourrir.

« Nous ne sommes pas contre l'économie d'énergie. Mais il y a des cas où il y aura des limites : certaines maisons présentent à l'intérieur des boiseries Renaissance. Ce serait dommage de détruire ce patrimoine », a estimé M. de Butler.

« Pour faire des économies, il y a d'autres solutions. A commencer par ne pas exiger d'avoir 22 degrés de température chez soi », a-t-il expliqué.

La maison à colombage type, construite avant 1950, afficherait, selon l'Asma, des performances correctes en matière énergétique, équivalant à une note de niveau C selon les normes actuelles.

L'Alsace compte plusieurs milliers de maisons à colombages, présentes dans quasiment chaque ville ou village. Selon l'Asma, ce patrimoine est de plus en plus menacé, remplacé petit à petit par des maisons neuves anonymes.

C.T (avec AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Economies d'énergie : et si le comportement comptait plus que les choix du bâti ? (Etude)

Economies d'énergie : et si le comportement comptait plus que les choix du bâti ? (Etude)

Selon le rapport Muscade, une étude coordonnée par le Centre national de recherches météorologiques (Météo-France/CNRS) et présentée ce vendredi, le comportement des usagers dans leurs logements a plus d'impact sur la consommation d'énergie que des solutions techniques coûteuses ou les grands choix urbanistiques pouvant être mise en place dans le bâti. Explications.
Les CEE, un dispositif efficace pourtant menacé de disparition

Les CEE, un dispositif efficace pourtant menacé de disparition

Alors que la loi sur la transition énergétique est en débat à l'Assemblée nationale, le Groupement des professionnels du certificat d'économies d'énergie s'inquiète de la non publication du décret fixant les objectifs de la troisième période en matière d'économie d'énergie. Sans ce décret, c'est tout le financement des travaux de rénovation qui pourrait s'effondrer, alors même que le dispositif des CEE semble porter ses fruits.
La transition énergétique, une chance pour le BTP ?

La transition énergétique, une chance pour le BTP ?

La ministre de l'Ecologie Ségolène royal, a présenté ce mercredi 1er octobre , son projet de loi sur la transition énergétique. Lors de son discours elle a tenu à énumérer les gains de cette croissance verte sur plusieurs secteurs, notamment celui de la construction et du bâtiment. Explications.
Le budget de l'Anah augmente pour rénover 70 000 logements

Le budget de l'Anah augmente pour rénover 70 000 logements

A l'occasion de son déplacement à Rennes, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse a annoncé que des crédits supplémentaires seraient débloqués en 2016 pour l'Anah. Dans le cadre du programme Habiter mieux, l'Agence aura pour objectif de lancer la rénovation énergétique de 70 000 logements, contre 50 000 l'an dernier. Depuis son lancement en 2013, 200 000 ménages ont bénéficié de ces aides.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter