Mise en place d’un comité pour accélérer la transition écologique Eco-construction | 03.04.18

Partager sur :
Nicolas Hulot a annoncé l’installation d’un comité visant à « accompagner et à stimuler » les réflexions du ministère de la Transition écologique et solidaire pour la mise en œuvre de l’ensemble des mesures du Plan climat. Composé de 15 personnalités du monde économique ou scientifique, ce collectif « inédit » doit venir « bousculer » les politiques. L’objectif étant d’accélérer la transition énergétique pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.
Le Comité de l’Accélérateur de la transition écologique (AcTE) doit venir « accompagner et stimuler » les réflexions du ministère pour la mise en place des politiques liées à la transition écologique, a indiqué Nicolas Hulot.

Composé de 15 personnalités issues du monde économique ou scientifique, ce collectif doit devenir un véritable « laboratoire d’idées » capable « d’inspirer nos décisions et de mener avec moi un mouvement positif de transformation écologique de notre économie », a poursuivi le ministre.

Nicolas Hulot rappelle en effet avoir engagé une série d’actions organisées autour de 6 piliers : plan de rénovation des bâtiments, mobilité, libération des énergies renouvelables, économie circulaire, fiscalité écologique et finance verte. Mais pour aller plus loin, la mise en place de ce comité était indispensable.

« Les révolutions auxquelles nous avons à faire face nécessitent une action déterminée et une mobilisation générale pour nous permettre d’atteindre la neutralité́ carbone à l’horizon 2050. Pour réussir, nous devons dès à présent engager de grandes transformations de notre économie pour être à l’avant-garde de la croissance de demain », a-t-il précisé.

S’adapter aux grands défis du monde de demain exige « une transformation en profondeur de nos modes de vie, de nos pratiques de consommation et de production, dans tous les domaines ».

Mobiliser l’ensemble des acteurs

L’accélérateur vise à mobiliser l’ensemble des acteurs « pour que chacun puisse se saisir des opportunités en termes d’emplois, d’innovation et de croissance offertes par la transition écologique ».

Composé de 15 personnalités du monde économique et de la recherche, il veillera notamment à ce que la transition écologique repose « sur une alliance efficace de l’écologie et de l’économie ».

Rejetant l'idée d'un « énième comité qui produira un énième rapport », Nicolas Hulot a appelé les membres de ce comité à être « audacieux, disruptifs, ne pas hésiter à nous bousculer ».

La présidence du comité a été confiée à Jean-Dominique Senard, président du groupe Michelin. Il sera entouré de :

- Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas
- Pierre André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain
- Thierry Déau, PDG de Meridiam
- François Gaill, directrice de recherche CNRS
- Florence Gilbert, directrice du Laboratoire de la mobilité inclusive et présidente de Wimoov
- Alain Grandjean, polytechnicien, économiste, fondateur et associé de Carbone 4
- Marion Guillou, scientifique et présidente d’Agreenium
- Patrick Oliva est cofondateur de PPMC (Paris Process on Mobility and Climate)
- Olivier Hersent, fondateur et dirigeant de Actility (M2M)
- Laurence Parisot, vice-présidente de l’Institut de sondage IFOP
- Elizabeth Pastore-Reiss, fondatruce et directrice de Ethicity
- Claude Turmes, député européen luxembourgeois, vice-président de l’ONG Eufores et président de la commission de l’énergie de la ville d’Esch-sur-Alzette
- Natacha Valla, chef de la division politique et stratégie de la Banque européenne d’investissement et membre permanente du Conseil d’analyse économique (CAE) auprès du Premier ministre français
- Laetitia Vasseur, elle a exercé comme collaboratrice parlementaire au Sénat, consultante et conférencière.

R.C
Photo de une : Compte Twitter ©Min_Ecologie
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit retrouver « sa grandeur »

42 acteurs engagés en faveur de la transition énergétique ont co-signé ce jour un texte de soutien au développement d’un modèle français durable de production de gaz renouvelable. L’objectif, interpeler le Président de la République afin que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) considère davantage la méthanisation, une filière qui contribue à la préservation des ressources et à la lutte contre le changement climatique.
Le Syndicat des énergies renouvelables s’inquiète pour l’avenir de l’éolien en mer

Le Syndicat des énergies renouvelables s’inquiète pour l’avenir de l’éolien en mer

Alors que le premier ministre, Edouard Philippe, doit décider, dans les prochains jours, de l’avenir de l’éolien en mer, le Syndicat des énergies renouvelables rappelle tout l’intérêt de développer la filière. Les parcs éoliens, attribués par l’Etat en 2012 et 2014, permettraient en effet de créer plus de 15 000 emplois et d’attirer un grand nombre d’investisseurs. Le Syndicat appelle ainsi le gouvernement rouvrir les négociations avec chacun des porteurs de projets.
Le Gouvernement lance 10 000 formations aux emplois « verts »

Le Gouvernement lance 10 000 formations aux emplois « verts »

Le Plan d’Investissement dans les Compétences concerne aussi les emplois « verts » ! Lundi 14 mai, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé le lancement de 10KVert, un programme visant à faciliter l’accès aux emplois de la transition écologique. Parmi les compétences concernées, le tri des déchets pour des chantiers propres, l’utilisation de biomatériaux dans le bâtiment ou encore l’installation de nouveaux matériels performants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter