Quelles tendances pour l’immobilier vert en France ? Eco-construction | 10.07.17

Partager sur :
Certivea, opérateur de services sur la performance durable des bâtiments non résidentiels, a publié le 6 juillet dernier les résultats de son observatoire sur les tendances de l’immobilier « vert » en France. Un secteur qui se porte bien avec une croissance de +8% de certifications NF HQE délivrées et +7% en nombre d’opérations en région. Tous les chiffres.
Alors que l’environnement devient une préoccupation grandissante et que l’idée d’habitations, voire de villes durables, fait son chemin dans l’esprit des consommateurs, Certivéa vient de dévoiler les résultats de ses Observatoires 2017, qui portent sur les tendances et perspectives de l’immobilier « vert » en France, et fait le point sur les questions liées à l'énergie, l'environnement, la santé et le confort. 

Le rapport montre que le nombre total de certifications délivrées en construction au niveau national s'inscrit en hausse de 8% par rapport à 2015. Une tendance qui s’explique par l’interêt grandissant des clients pour l’environnement, mais également par une augmentation des performances durables du secteur du bâtiment (bureaux, bâtiments d’enseignements…) et ce, pour un rapport qualité/prix qui ne cesse d'évoluer.

Le soutien des gouvernements (Accord de Paris, loi pour la croissance verte) ont aussi participé à la meilleure prise de conscience du marché.

L’énergie, préoccupation majeure des acteurs

Selon le rapport, les maîtres d’ouvrages sont majoritairement intéressés par l’énergie, qui permet de réduire les émissions de GES, luttant contre le réchauffement climatique tout en obtenant des coûts d’exploitation moins élevés. Le document note également que ce sont les bâtiments d’enseignements et les bureaux neufs qui ont été les plus performants en 2016.

Du côté des clients professionnels, les performances environnementales sont le principal sujet de préoccupation. Ils veulent des chantiers avec un faible impact environnemental et une relation harmonieuse entre le bâtiment et son environnement. La maintenance est devenue, au fil des années, le centre de leur attention.

Bien chez soi

Une thématique qui n’est pas encadrée par une quelconque réglementation est celle du confort, notamment olfactif et hygrothermique (sensation ressentie par la personne par rapport à la température et l’humidité ambiante).

« Depuis quelques années et surtout depuis 3 ans, nous entendons beaucoup parler de qualité de vie et de confort au travail. Par ailleurs, les nombreuses études publiées sur le sujet démontrent qu’il s’agit là d’une préoccupation grandissante. Offrir un cadre différenciant peut être un atout distinctif. Il est tout naturel de voir le marché s’aligner avec ces nouveaux besoins », a expliqué Patrick Nossent, Président de Certivéa.

En santé, les performances sont aussi en constante évolution, avec toutefois une augmentation en 2016, notamment sur la qualité de l’eau, ainsi que de l’air, avec le renforcement progressif depuis quelques années des seuils de qualité sanitaire.

Un futur positif

Le rapport s’intéresse enfin à l’avenir de l’immobilier durable, qu’il juge comme positif, de par la mise en place du label E+C- et des certifications BEPOS (bâtiment à énergie positive) du collectif Effinergie, qui deviendront le fer de lance de la construction. Certivéa compte également sur la généralisation du BIM, qui permettra de créer rapidement des solutions innovantes, et de l’approche HQE, qui accélérera le développement des villes durables.

Par ailleurs, l'organisme met en garde contre les risques de santé. « Avec les pollutions extérieures qui ne font que croître, il est important de développer une réelle politique de santé et ce dès la réflexion d’un projet de construction », et le bien-être au travail. Cette thématique, très chère aux yeux des jeunes générations, devra être prise en compte sous peine de voir des futurs talents aller là ou le confort de vie et de travail est le plus développé. On le voit donc : le bâtiment vert, ça n’est pas que polluer moins.

F.T
Photo de Une : ©Certivéa
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Toujours plus impliqué dans la croissance verte des bâtiments, Certivéa a récemment actualisé son offre de labels pour le non résidentiel en intégrant les certifications E+C-, BBCA (pour le bas-carbone) et Effinergie 2017 (pour l’énergie). Une initiative qui devrait permettre à l’organisme d’accompagner les professionnels du bâtiment qui souhaitent se préparer aux standards imposés par la loi de transition énergétique.
La rénovation et l’entretien des établissements scolaires : un enjeu de santé publique

La rénovation et l’entretien des établissements scolaires : un enjeu de santé publique

CO2, mauvaise isolation, bruit, mauvaise luminosité… Alors que la France dénombre 62 200 établissements scolaires, sans compter les crèches, les centres éducatifs et de formation, Certivéa rappelle la nécessité d’entretenir ce parc de bâtiments qui impacte la santé et l’apprentissage des élèves. A noter que ces bâtiments parfois vétustes sont également responsables de 30% des dépenses énergétiques générées par le bâtiment dans les collectivités territoriales, et constituent donc un énorme gisement d’économies d’énergie.
La 16ème édition des Génies de la Construction est lancée !

La 16ème édition des Génies de la Construction est lancée !

Les inscriptions pour les Génies de la Construction sont ouvertes. Chaque année, le concours vise à faire connaître la diversité des métiers du bâtiment. Les candidats, du collège aux études supérieurs, travaillent en équipe sur un projet de construction ou d’aménagement en intégrant la question du développement durable, et de la transition numérique. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter