Transition énergétique : 14 chercheurs supplémentaires rejoignent l'initiative « Make Our Planet Great Again » Eco-construction | 03.05.18

Partager sur :
Le succès de l'initiative lancée par Emmanuel Macron, « Make Our Planet Great Again », n'en démord pas ! Preuve en est, 14 nouveaux chercheurs lauréats ont été choisis pour rejoindre le projet. De quoi renforcer les réflexions engagées autour de la lutte contre le réchauffement climatique, qui passera plus que jamais par l'essor des énergies renouvelables. Le point.
Ils s'intéressent au changement climatique, à la prévision du changement de la biodiversité ou encore à la purification de l'air grâce à de nouveaux absorbants hybrides : 14 chercheurs venus du monde entier ont retenus par un jury international pour intégrer l'initiative « Make Our Planet Great Again ».

Pour rappel, cette dernière avait été lancée par le président Emmanuel Macron en juin 2017. Celui-ci espérait rassembler des chercheurs, entrepreneurs et autres ONG autour d'une réflexion commune sur la lutte contre le réchauffement climatique. Le projet avait connu un succès retentissant, recensant déjà 255 candidatures en octobre dernier.

18 premiers lauréats avaient donc été annoncés le 11 décembre dernier, alors qu'une seconde vague de candidatures était parallèlement lancée. Cette fois, ce sont 38 projets qui ont été examinés par le jury présidé par Corinne Le Quéré, professeur de sciences et politique du changement climatique à l'Université d'East Angila et directrice du Tyndall Centre for Climate change Research.

Une implication toujours plus forte

Finalement, les 14 chercheurs désignés ont su se distinguer par le « très haut niveau » de leurs projets, qui « concernent des sujets particulièrement importants, comme l'impact du changement climatique sur la biodiversité, la compréhension de l'évolution de la zone de transition clé entre les Andes et l'Amazonie, l'impact de la fonte de la banquise sur la circulation océanique », etc.

Pour les heureux élus, issus de 7 pays différents, il s'agira désormais de concrétiser les différents projets en intégrant les laboratoires du CNRS, de l'IRD, du CEA, de l'IRSTEA, de l'Université Paris-Diderot et de l'IMT Mines Albi-Carmaux. Les recherches, soutenues par un financement du PIA de 500 à 750 k€, pourront durer jusqu'à 5 ans.

En parallèle, l'Allemagne a elle aussi lancé un appel d'offre similaire à celui de la France, avec 13 lauréats annoncés ce 2 mai. « La politique a besoin des données factuelles solides que fournit la science pour prendre de bonnes décisions qui permettront de freiner le changement climatique et d'atténuer ses conséquences négatives », estime Anja Karliczek, ministre allemande de l'Education et de la Recherche.

« Ce renforcement supplémentaire de la coopération entre nos deux pays sur les problématiques du changement climatique aura, j'en suis sûre, un effet d’entraînement en Europe et dans le Monde », ajoute Frédérique Vidal, son homologue française.

F.C
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

En juin dernier, Emmanuel Macron, président de la République, invitait les chercheurs, enseignants, entrepreneurs, associations, ONG et étudiants à se mobiliser dans la lutte contre le réchauffement climatique. Une initiative qui a rencontré un franc succès, le CNRS recensant plus de 150 candidatures en juillet dernier. Aujourd’hui, 255 climatologues se sont déjà investis dans ce vaste projet.

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.
Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Grenoble, dont l’implication dans la transition énergétique avait été saluée par Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, pourrait bien ne consommer que de l'électricité renouvelable à horizon 2022. Gaz Electricité de Grenoble (GEG), l’énergéticien public local, a en effet présenté vendredi 9 mars sont plan d’investissement qui prévoit le quasi-triplement de sa production actuelle 100% renouvelable. Précisions.
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Alors que l'humanité vient tout juste de consommer la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, une étude publiée par Nature Climate Change révèle aujourd'hui qu'il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Pour rappel, cet objectif (qui semble plus que jamais hors d'atteinte) avait été fixé par l'accord de Paris en 2015. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter