Une médiathèque moderne et écologique sortie de terre à Tourcoing Eco-construction | 19.06.13

Partager sur :
Le réseau des médiathèques de Tourcoing s'agrandit. Après 24 mois de travaux, la future médiathèque, qui structure le quartier de Belencontre en pleine mutation urbaine, ouvrira ses portes à l'automne 2013. Ce nouvel équipement au parti pris architectural ambitieux, conçu par le cabinet d'architectes D'houndt et Bajart Associés s’étend sur 900m2 et aura coûté 4,4 millions d'euros.

L’architecture contemporaine de la nouvelle médiathèque de Tourcoing prend appui sur deux éléments existants : un mur d’enceinte et la conciergerie de l’ancienne usine SEBI.

Entreprise du secteur de l’imprimerie (façonnage et brochage), l’usine SEBI a fermé en 2003 et les bâtiments principaux ont été démolis ne laissant, à la demande de l’Architecte des bâtiments de France (ABF), que quelques éléments pour la mémoire du quartier dont la conciergerie.

Conçue par le cabinet D’Houndt et Bajart architectes & associés, l’architecture principale de la nouvelle médiathèque est composée de trois rubans qui se plient et se déplient et créent un volume tridimensionnel. Les façades graphiques en nid d’abeille évoquent depuis l’extérieur un vitrail organique, une maille extensible.

Réhabilitation de la conciergerie existante de l'usine SEBI

Les façades Est et Ouest sont largement ouvertes sur les espaces extérieurs immédiats. Les ondulations de la toiture laissent pénétrer la lumière naturelle au cœur de l’espace de lecture. Les jeux de lumière participent à la mise en scène des différents espaces tout au long de la journée.

Le bâtiment s’étend sur 900m2 et offre 104 places assises aux usagers qui pourront naviguer entre chaque espace dans une ambiance conviviale et ouverte à tous.

Le programme architectural inclut la réhabilitation de la conciergerie existante de l’usine SEBI de 310m2 ; l’extension au sol de 590m2 autour de la conciergerie, en avancée vers l’avenue de la Fin de la Guerre ; un accès depuis le parvis au niveau de la conciergerie, côté Est ; un travail sur la façade Ouest, en dialogue avec le mur conservé à la demande de l’ABF et avec le jardin des lettres adjacent ; un traitement particulier de la toiture (5e façade) en raison des problèmes d’insertion urbaine propre au site (encaissement par rapport à l’avenue Fin de la Guerre) ; une prise en compte des questions de signalétique et de cheminement vers le bâtiment (depuis le parking et les mails piétonniers).

Une médiathèque en structure bois aux atouts écologiques

Entièrement réalisé en structure bois, la médiathèque de Belencontre répond aux critères d’un bâtiment très Haute Performance Energétique utilisant des Energies Renouvelables. La production d’énergie photovoltaïque, la récupération d’eau de pluie, l’utilisation de bois pour l’ensemble de l’enveloppe du bâtiment, la mise en place d’un isolant naturel (laine de bois), la mise en œuvre de pompes à chaleur à très haut rendement font de ce projet un exemple en terme de bilan carbone et de performance énergétique.

4.400.000€ TTC ont été investis pour la construction de ce nouvel équipement (mobilier et équipement informatique compris). La construction de la médiathèque est inscrite dans la convention financière du Projet de Rénovation Urbaine et bénéficie du soutien : de l’ANRU, de la Région, des financements de droit commun Etat (DRAC) au titre de la DGD Bibliothèques.

Les entreprises retenues sont Spie Batignolles (Gros oeuvre), Sitex (Electricité) Anvolia (Chauffage, ventilation) et Otis (Ascenseur).

L.P

Lire la suite : Un équipement au coeur d'un quartier en pleine évolution

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le périphérique nord du Grand Lyon sera géré en PPP, d'importants travaux à la clé

Le périphérique nord du Grand Lyon sera géré en PPP, d'importants travaux à la clé

Le Grand Lyon a donné lundi son feu vert à la gestion pour vingt ans en partenariat public-privé (PPP) de son boulevard périphérique nord mis en service en 1997. A la clé figurent d'importants travaux motivés par le renforcement de la réglementation en matière de sécurité dans les tunnels routiers à la suite de la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc en 1999. Prévus pour durer vingt-huit mois, leur coût est évalué à 131,8 millions d'euros.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter