Zoom sur la serre photovoltaïque à énergie positive du jardin Bich à Clichy-la-Garenne Eco-construction | 13.01.14

Partager sur :
Mise en exploitation le 7 février 2013, la serre photovoltaïque à énergie positive du jardin Bich de Clichy-la-Garenne (92) affiche un bilan positif. Construite sur l’ancien site historique des usines BIC, elle offre les fonctions nécessaires à l’accueil et la gestion de ce nouveau jardin de ville, tout en produisant de l’énergie grâce à des panneaux photovoltaïques. Zoom sur sa structure innovante.

Posé aux abords du jardin Bich de Clichy-la Garenne dans les Hauts-de-Seine (92), le bâtiment technique du jardin Bich s’insère parfaitement dans son environnement. Bois, verre, métal composent son architecture à mi-chemin entre le design de la serre et de l’appentis. Conçu pour abriter les fonctions nécessaires à l’accueil, la gestion, l’entretien et le gardiennage d’un nouveau jardin de ville, cet ouvrage est résolument novateur.

Pour le réaliser, l’agence Atelier cité architecture associée à Cap paysage a porté une attention particulière à la conception de la couverture, formant aussi la façade du bâtiment. En effet, la verrière se compose de vitrages photovoltaïques fixés selon la technique des vitrages extérieurs agrafés sur des attaches montées sur des pannes. Cette innovation a d'ailleurs nécessité l’obtention d’une appréciation d’expérimentation technique (Atex), délivrée après huit mois d'études et de tests par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB).


Côté sud-ouest, ce bâtiment fermé de forme parallélépipédique produit de l'électricité à l'aide de panneaux photovoltaïques tandis que l'autre pan est composé de vitrages factices. Après 163 jours d'exploitation, le site a déjà généré une production de 4,6 Mwh pour une consommation de 2,12 Mwh. Avec 2,5 Mwh revendus et 3,25 tonnes de Co2 économisés, il a même rempli ses objectifs en termes d'efficacité énergétique. Mais il ne s'agit pas de son seul point positif.

Cette serre photovoltaïque à énergie positive est une réalisation en bois éco-certifié, avec des panneaux KLH préfabriqués pour garantir un montage précis, rapide, et un chantier propre. Enfin, les architectes ont également pensé à intégrer une gestion alternative des eaux de pluie. Voici un exemple réussi d'engagement en faveur du développement durable et de la haute qualité environnementale.

Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Simple et Solaire lance une offre de formations dédiées à l’autoconsommation électrique

Simple et Solaire lance une offre de formations dédiées à l’autoconsommation électrique

Le 28 avril dernier, le Parlement annonçait l’adoption définitive du projet de loi relatif à l’autoconsommation d’électricité, grâce à laquelle particuliers et entreprises peuvent utiliser l’énergie qu’ils produisent eux-mêmes. Spécialiste du secteur, Simple et Solaire, qui propose déjà des kits d’autoconsommation solaire de différentes puissances, a mis en place diverses formations « afin de permettre à chacun […] de découvrir ou d’élargir ses connaissances sur l’autonomie solaire ».
Toujours moins de charbon dans la production électrique d’Engie

Toujours moins de charbon dans la production électrique d’Engie

En adéquation avec la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et ses propres engagements RSE, Engie a annoncé ce 14 mars la finalisation de la cession de Glow, producteur indépendant d’énergie. Cette transaction signe pour le groupe français la fin de l’exploitation d’actifs au charbon en Asie-Pacifique. La ressource ne représente d’ailleurs plus que 6% de la capacité de production d’électricité de l’industriel énergétique.
Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a présenté ce lundi 10 décembre une étude faisant suite à la présentation de la feuille de route énergétique de la France dévoilée le 27 novembre. Entre autres, celle-ci estime que la réduction du coût de l’électricité nécessite une massification des énergies renouvelables à horizon 2050-2060. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter