Rentrée en beauté à l’université

Journaliste d'un jour | 18.08.06
Partager sur :
Rentrée en beauté à l’université  - Batiweb
Dans les prochains mois, les étudiants vont prendre possession de nouveaux bâtiments. Des réalisations sobres ou réjouissantes, souvent de qualité.
Jusqu'alors, on n’évoquait surtout les universités pour déplorer leur grande misère. Les facs françaises ? Un mélange peu subtil d’inconfort et de délabrement. Pourtant, à la prochaine rentrée certains étudiants seront mieux lotis avec la mise en service de quelques nouveaux sites, parfois remarquables.
Sur le campus de Jussieu, par ailleurs assez navrant, les architectes de Périphériques ont livré un immeuble des plus joyeux tandis qu’au Havre, la bibliothèque universitaire réalisée par l’agence Dottelonde a été récemment inaugurée. Une bibliothèque, Philippe Gazeau en a construite une à Normale Sup’, rue d’Ulm, et il doit s’en ouvrir une autre sur le nouveau site de Paris-VII. Car 2006 doit marquer le début du grand déménagement de l’université Denis-Diderot, de Jussieu au XIIIe arrondissement. Dans les mois à venir, quatre bâtiments, neufs ou réhabilités, sont appelés à entrer en service et en particulier cette bibliothèque installée par Rudy Ricciotti dans les anciens Grands Moulins de Paris. Le lauréat du Grand Prix national d’architecture 2006 signe là une de ses premières réalisations de grande envergure. La Halle aux Farines voisine, elle, est transformée par Nicolas Michelin. Et le chantier n’est pas fini dans ce quartier appelé à devenir un vaste pôle universitaire, avec notamment l’installation de l’école d’architecture Paris-Val de Seine puis l’arrivée, à l’horizon 2010, de Langues’O.

Alors les campus seraient-ils désormais astreints à plus de qualité ? En 2005 déjà, la meilleure réalisation architecturale française, couronnée par l’Équerre d’argent, était un bâtiment universitaire, la BU d’Orléans réalisée par l’agence Lipsky+Rollet. Toutefois si beaux ces bâtiments soient-ils, on peut s’interroger sur leur avenir. Car cette fameuse grande misère des universités françaises tient pour beaucoup à l’irrespect de leurs usagers et à leur manque patent d’entretien.

Redacteur