Clause Molière : une formation pour éviter l’obligation ? Législation et règlements | 05.05.17

Partager sur :
Clause Molière : une formation pour éviter l’obligation ?
Après l’instruction ministérielle du 28 avril qui rendait la clause Molière illégale, un des soutiens de cette clause, Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment, a plaidé jeudi 4 mai au micro de RTL pour la mise en place d'une formation obligatoire à la langue française pour les travailleurs détachés. Le but : garantir leur sécurité sur les chantiers.
Sujet polémique lors de son apparition, la Clause Molière proposait entre autres l’obligation du français dans les marchés publics, une mesure jugée discriminatoire, d’où la déclaration d’illégalité dans une instruction ministérielle. Des manœuvres et déclarations qui ne changent pas grand-chose au problème concret dont la clause si disputée est le symptôme : l’usage du français. Pour Jacques Chanut, si l’on abandonne l’obligation de parler cette langue sur les chantiers, il est au moins nécessaire de diffuser sa compréhension parmi les ouvriers.

« On demande simplement que ces travailleurs détachés, avant qu'ils ne viennent en France, aient quelques heures de formation en français, qu'ils comprennent les mots essentiels pour pouvoir eux-mêmes se protéger sur un chantier en France », a expliqué Jacques Chanut, qui s’était déjà exprimé pour mettre fin aux accusations de racisme ou de discrimination.

Avec le travail détaché, encore trop présent en France, le nombre de nationalités sur les chantiers est de plus en plus élevé. De quoi rendre la communication difficile entre ouvriers, ce qui est source de risques sur des chantiers, où les machines et manœuvres potentiellement dangereuses ne manquent pas. Car s’ils sont en baisse, les accidents restent nombreux dans le secteur du BTP, et causent autour de 150 morts par an en moyenne.

Réglementer pour sauver des vies

Et pour diminuer les accidents et les morts, le meilleur moyen est encore de comprendre les consignes et mesures de sécurité, ou ses collègues ouvriers.

« Ce qui est important, c'est d'être certains qu'ils puissent travailler dans des conditions de règles d'hygiène et de sécurité normales (...) on estime que lorsqu'on ne comprend pas un mot de français, on se met soi-même en insécurité et les autres en insécurité sur un chantier », a dit M. Chanut. « S'il n'y a pas une obligation d'apprendre ces quelques mots pour être efficace et protégé sur un chantier ça ne se fera pas », a-t-il précisé.

Malheureusement pour les partisans de l’apprentissage du français aux ouvriers, le Code du travail « n'impose pas l'obligation de parler ou de comprendre le français » aux ressortissants de l'UE, aux étrangers qui ne s'installent pas durablement en France, ni aux salariés détachés, a rappelé l'instruction ministérielle datée du 27 avril. D’où le jugement de la clause comme « discriminatoire », donnant de ce débat l’image d’un serpent qui se mord la queue.

La clause Molière, qui vise à imposer le français sur les chantiers, a été introduite dans plusieurs régions gérées par la droite, comme en Ile-de-France, ou en Auvergne-Rhône-Alpes, où l'opposition a attaqué cette disposition devant le tribunal administratif de Lyon.

F.T
Photo de Une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les soutiens de la Clause Molière s’expriment

Les soutiens de la Clause Molière s’expriment

Adoptée par les conseils régionaux d’Île de France et d’Auvergne Rhône Alpes, la clause Molière impose le recours à la langue française sur les chantiers dont la région est maître d’œuvre, ceci afin de lutter contre le travail détaché et d’améliorer les conditions de sécurité. Si cette clause s’est très vite retrouvée contestée par nombre de politiciens et de syndicats, elle possède aussi ses soutiens, notamment auprès de Jacques Chanut, dirigeant de la FFB, et Patrick Liébus, de la CAPEB.
La légalité de la Clause Molière remise en question

La légalité de la Clause Molière remise en question

La Clause Molière, qui était un peu passée sous les radars dernièrement, refait parler d’elle. En effet, une récente instruction interministérielle datée du 27 avril et adressée aux préfets affirme que la Clause Molière est illégale et doit être « traitée comme telle ». Une instruction qui s’étend à tous les autres dispositifs similaires concernant les travailleurs détachés.
Richard Ferrand rencontre les acteurs du logement

Richard Ferrand rencontre les acteurs du logement

À peine nommé, Richard Ferrand a tenu à agir aussi vite que possible, conscient des immenses attentes qui pèsent sur ses épaules. Le ministre de la Cohésion des Territoires avait annoncé vouloir mettre l’accent sur la concertation avec les acteurs du logement, qu’il va rencontrer toute la semaine. Parmi eux, Jacques Chanut, président de la FFB, s'est déjà entretenu avec le ministre.
La Clause Molière fait l’unanimité contre elle

La Clause Molière fait l’unanimité contre elle

Dans le but de lutter contre le travail détaché et d’améliorer les conditions de sécurité, les conseils régionaux d'Ile de France et d'Auvergne-Rhône-Alpes ont adopté, en plus d'autres textes, la clause dite "Molière", qui impose le recours à la langue française sur les chantiers dont la Région est maître d’œuvre. Une annonce qui a fait naître beaucoup de réactions, aussi bien du côté du gouvernement que de l'opposition, ainsi que chez les syndicats de tous bords.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter