Emmanuel Macron aux 24 heures du bâtiment : des déclarations qui ne font pas l’unanimité Législation et règlements | 09.10.17

Partager sur :
Vendredi dernier, Emmanuel Macron profitait des 24 heures du bâtiment de la FFB pour revenir sur les récentes annonces gouvernementales qui avaient tant inquiété les professionnel du secteur. Un discours qui se voulait rassurant, mais qui n’a pas totalement convaincu les organismes représentant les acteurs de la construction. Si l’enthousiasme est de mise chez la FFB, la Capeb, elle, se veut plus prudente.
Les avis sont mitigés après les récentes annonces d’Emmanuel Macron lors des 24h du Bâtiment, organisé tous les trois ans par la Fédération française du bâtiment (FFB).

En effet, le président de la République avait profité de l’événement, qui s’est déroulé ce vendredi 6, pour confirmer la reconduction du Prêt à taux zéro et du crédit d’impôt transition énergétique, qui sera néanmoins réduit pour les menuiseries et les chaudières au fioul.

Le chef de l’État était également revenu sur les mesures relatives aux allocations logements dans le parc social, rappelant qu’une discussion allait être menée entre les acteurs du secteur et le gouvernement.

La FFB satisfaite, la Capeb perplexe

Des déclarations qui étaient parvenues à rassurer la FFB, dont le président Jacques Chanut, présent sur place, avait salué la pertinence dans un contexte où la réduction de la fracture territoriale est une priorité à ne pas négliger.

« Les annonces du Président de la République confirment que le message de la FFB sur la nécessaire participation du secteur à la lutte contre la fracture territoriale a été entendu », a déclaré Jacques Chanut. « C’est une très bonne nouvelle pour notre secteur et pour nos concitoyens, dont plus de la moitié réside dans des zones supposées ‘’peu tendues’’ ».

Si la FFB semble donc plutôt satisfaite, la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), elle, est plus mitigée. Rassuré d'avoir été entendu par le gouvernement, l'organisme estime que de nombreuses initiatives mériteraient d’aller plus loin.

Ainsi, si la reconduction du CITE est jugée « nécessaire pour l’activité des artisans du bâtiment », la Capeb considère néanmoins que ce soutien « pourrait être revu et corrigé » en réintroduisant les menuiseries et les chaudières fioul. De même, le recadrage du PTZ est perçu comme « trop restrictif ».

« Les artisans continuent de penser que la politique doit être envisagée dans la pérennité des mesures pour les entreprises et dans la lisibilité des aides pour les clients. Les artisans sont partie prenante dans la politique énergétique nationale et veulent voir se consolider la trajectoire engagée dans ce domaine », affirme Patrick Liébus, président de l’organisme.

« C’est une bonne chose de ne pas y introduire des éléments de rupture. Les indicateurs de croissance doivent être confortés d’autant que le ‘’choc de l’offre’’ affiché par le Premier ministre ne produira pas immédiatement les effets escomptés », poursuit-il.

Souhaitant éviter que le recalibrage du CITE ne mette en péril d’autres emplois, la Capeb a également fait part de sa volonté d’instaurer « une vraie concertation » entre le gouvernement et les acteurs de la filière. L’appel est lancé !

F.C
Photo de Une : @FFBatiment (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

LCA-FFB soutient les initiatives de simplification en faveur du logement « abordable et durable »

LCA-FFB soutient les initiatives de simplification en faveur du logement « abordable et durable »

Lors d’une séance de discussions organisée au CSCEE, Yves Laffoucrière, président du plan BIM 2022 et Ludovic Scarpari, vice-président de LCA-FFB, ont remis à Julien Denormandie, ministre du Logement, le rapport « simplification des réglementations dans la construction ». L’événement a également été l’occasion pour LCA-FFB de signer la Charte d’engagement volontaire dans le permis d’expérimenter et de rappeler ses attentes concernant la RE 2020.
Le CITE transformé en prime? Une mesure trop coûteuse selon le gouvernement

Le CITE transformé en prime? Une mesure trop coûteuse selon le gouvernement

Nouveau coup dur pour le bâtiment : le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ne sera pas transformé en prime l’an prochain. La décision, confirmée ce vendredi par le gouvernement, advient quelques jours après le lancement de la campagne FAIRE visant à booster la rénovation énergétique. La FFB souligne ainsi une « incohérence » dans les discours. « Ce n’est pas un bon signal » envoyé aux particuliers, estime pour sa part la Capeb.
« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

Le premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce jour la suspension, pour une durée de six mois, de trois mesures fiscales dont la hausse de la taxe carbone sur les carburants. Il a également indiqué que les prix du gaz et de l’électricité n’augmenteraient pas durant l’hiver. Des décisions qui doivent « ramener l’apaisement et la sérénité » dans le pays et permettre d’engager « un vrai dialogue ».
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter