L’Académie des beaux-arts veut l’abrogation du décret « Isolation par l’extérieur » Législation et règlements | 24.10.16

Partager sur :
Le décret « Isolation par l’extérieur » menace les constructions anciennes traditionnelles, estime l’Académie des beaux-arts qui demande ce jour, dans un communiqué, l’abrogation de ce décret, « tel qu’il est rédigé ». L’institution craint « la disparition lente » des bâtiments qui font la richesse de la France et de ses paysages. Elle cite notamment les maisons en pan de bois ou encore les enduits à la chaux traditionnelle.
Le décret n° 2016-711 du 30 mai 2016, portant sur la mise en œuvre obligatoire, lors des ravalements, d’une isolation extérieure, menace-t-il les constructions traditionnelles françaises ?

Selon l’Académie des beaux-arts, la réponse ne fait aucun doute : « ce document règlementaire présente beaucoup de danger pour les constructions de notre pays ».

Dans un communiqué, l’institution indique avoir débattu sur ce décret qui *liste notamment les bâtiments qui sont exclus de son application comme notamment ceux protégés au titre des Monuments Historiques.

« Cette précision sur les exclusions indique donc que tous les autres bâtiments sont soumis à ce décret », relève l’Académie. « La France a choisi d’être très sélective dans la protection de ses monuments, de ses sites et de ses secteurs sauvegardés ». Cependant, « les listes de ceux-ci sont beaucoup plus limitées que dans la plupart des autres pays européens ».

La disparition lente des bâtiments traditionnels

En effet, l’Académie des beaux-arts craint « la disparition lente des bâtiments qui font la richesse de la France et de ses paysages (...) avec leurs modénatures, corniches, bandeaux, encadrements de fenêtres, traitement des soubassements, etc. ».

Ces constructions sont concernées par le décret et pourtant « il est démontré que sur les constructions anciennes traditionnelles, ce dispositif a un effet désastreux ». En effet, la mise en place d’une isolation implique que celle-ci soit protégée, sur sa face intérieure par un par-vapeur pour éviter la condensation au sein de l’isolation, explique l’Académie. « La condensation dans ce cas se développe à l’arrière du par-vapeur et donc dans le mur qui en aura été revêtu ».

Conséquence ? Les pans de bois pourrissent, tous les éléments de bois encastrés dans les murs font de même, les mortiers et les pierres calcaires se disloquent.

L'Académie s'alarme donc du fait que le décret va obliger les constructions à s’adapter « à leur époque, par un aspect d’une nudité toute contemporaine en perdant leur caractère ». Elle exprime ce jour « le vœu que ce décret, tel qu’il est rédigé », soit abrogé.

*Application du décret, quelles exceptions ?

Le décret relatif aux travaux d'isolation en cas de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d'aménagement de locaux en vue de les rendre habitables, prévoit des exceptions. En effet, les dispositions des articles articles R. 131-28-7 et R. 131-28-8 ne sont pas applicables dans les cas suivants :

« 1° Il existe un risque de pathologie du bâti liée à tout type d'isolation. Le maître d'ouvrage justifie du risque technique encouru en produisant une note argumentée rédigée par un homme de l'art sous sa responsabilité ;

« 2° Les travaux d'isolation ne sont pas conformes à des servitudes ou aux dispositions législatives et réglementaires relatives au droit des sols, au droit de propriété ou à l'aspect des façades et à leur implantation ;

« 3° Les travaux d'isolation entraînent des modifications de l'aspect de la construction en contradiction avec les prescriptions prévues pour les secteurs sauvegardés, les aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine, les abords des monuments historiques, les sites inscrits et classés, ou avec les règles et prescriptions définies en application des articles L. 151-18 et L. 151-19 du code de l'urbanisme ;

« 4° Il existe une disproportion manifeste entre les avantages de l'isolation et ses inconvénients de nature technique, économique ou architecturale, les améliorations apportées par cette isolation ayant un impact négatif trop important en termes de qualité de l'usage et de l'exploitation du bâtiment, de modification de l'aspect extérieur du bâtiment au regard de sa qualité architecturale, ou de surcoût.

« II.-Sont réputées relever de la disproportion manifeste au sens du 4° du I les situations suivantes :

« 1° Une isolation par l'extérieur dégraderait significativement la qualité architecturale. Le maître d'ouvrage justifie de la valeur patrimoniale ou architecturale de la façade et de la dégradation encourue, en produisant une note argumentée rédigée par un professionnel mentionné à l'article 2 de la loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l'architecture ;

R.C
Photo de une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Ytong et Keim mettent au point un nouveau système d'ITE

Ytong et Keim mettent au point un nouveau système d'ITE

Dans le cadre d'un projet de réhabilitation d'une caserne de gendarmerie à Nantes, Ytong, spécialiste du béton cellulaire, et Keim, fabricant de peintures minérales, ont croisé leurs compétences pour créer un nouveau système d'Isolation thermique par l'extérieur (ITE). Ce dernier bénéficie ainsi des caractéristiques isolantes des produits de la gamme Ytong alliées à une finition minérale de qualité. Les détails de ce partenariat.
La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel

La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel

En octobre dernier, l’Académie des beaux-arts faisait part de son inquiétude concernant le décret « Isolation par l’extérieur », craignant la « disparition lente » des constructions anciennes traditionnelles. Aujourd’hui, Ségolène Royal a tenu à rassurer les opposants audit décret à travers une lettre adressée à l’association Sites & Monuments et en modifiant la législation sur l’isolation par l’extérieur afin qu’elle ne s’applique pas au bâti traditionnel.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter