RT 2005 : Cas pratique de bureaux neufs à 100 kWh/m2

Législation | 15.09.06
Partager sur :
RT 2005 : Cas pratique de bureaux neufs à 100 kWh/m2 - Batiweb
Le Centre Energétique et Procédés, le CSTB et ALTO Ingénierie ont réalisé, dans le cadre de "batiment 2010", une étude visant à montrer qu’on peut atteindre techniquement une consommation de moins de 100 kWh/m2.an dans les immeubles de bureaux avec les technologies présentes sur le marché.
L’objectif visé de 100 kWh/(m2.an) se rapporte à l’ensemble des consommations exprimées en énergie payante (éclairage, chauffage, refroidissement, bureautique et auxiliaires).

Télécharger l'étude : Bureaux neufs à 100 kWh/m2

Le Diagnostic de Performance Energétique

Contexte réglementaire (voir) :

Cette disposition "nouvelle", dont la mise en place est maintenant imminente, est la transcription en Droit Français d'une des exigences de la Directive Européenne sur la Performance Energétique des Bâtiments (DEPEB) de Janvier 2002

Principales dispositions :

L'objectif de cette disposition est donc d'informer sur la consommation du bâtiment lors de sa vente, sa mise en location ou sa construction, ou encore pour les bâtiments publics lors de leur exploitation, à travers:
- Un état des lieux : Situer cette consommation sur une échelle de référence: c'est l'étiquette énergie
- Des recommandations : Accompagner le diagnostic de recommandations permettant d'économiser l'énergie et d'améliorer la performance du bâtiment.

Plusieurs indicateurs seront utilisés pour caractériser la performance: 1) des kWh/m2 (en énergie primaire)  et des kg de CO2/m2 (voir exemples ci-dessous) pour situer la performance dans une optique comparative, 2) des kWh et des Euros pour compléter l'information du consommateur, futur occupant.

La méthode permettant d'établir les valeurs conventionnelles à afficher est différente selon les bâtiments et leurs caractéristiques d'exploitation.


Dans les logements individuels en chauffage individuel (maisons et appartements) on s'appuiera sur la méthode 3CL (Calcul Consommations Conventionnelles des Logements) développée par les Pouvoirs Publics et qui sera prochainement mise à disposition, en appartement en chauffage collectif, sur les données du syndic, dans les autres cas, et en attendant la disponibilité de méthodes adaptées (2007) on devra dans un premier temps s'appuyer sur les factures réelles d'énergie.
Enfin pour les constructions neuves, c'est la méthode de calcul réglementaire (RT2000 puis RT 2005) qui permettra d'établir les indicateurs mentionnés ci dessus.
La durée de validité du DPE est prévue de 10 ans; il semble que lorsque le DPE est établi à partir de simples factures, sa révision devrait intervenir plus fréquemment (tous les 3 ans par exemple).

Le grand nombre de diagnostics attendus (environ 600 à 800 000/an rien que pour les ventes de logements) devrait constituer une formidable incitation à décider de la réalisation de travaux et donc une véritable aubaine pour les artisans et entreprises du secteur du bâtiment et des économies d'énergie

Etiquette énergie

L'utilisation d'une étiquette énergie analogue à celle en usage pour les équipements electroménagers est un facteur d'appropriation favorable. Les seuils des classes - encore en cours de définition - pourraient être similaires à ceux indiqués ci dessous.

De même la définition des coefficients d'équivalence à prendre en compte est encore en discussions pour permettre l'affichage d'un indicateur émissions de CO2 liées aux usages énergétiques. L'étiquette pourrait avoir l'allure suivante:


Redacteur