Bruno Le Maire en guerre contre les plateformes de locations temporaires Vie des sociétés | 05.09.17

Partager sur :
Alors que le fameux ‘’décret Airbnb’’ se répand progressivement dans les villes françaises, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a décidé d’accélérer la lutte contre l’utilisation abusive des plateformes de locations temporaires. Pour lui, ces dernières n’apporteraient pas une contribution suffisante aux finances du pays par rapport au chiffre d’affaires qu’elles réalisent. Les détails.
Si Paris et Bordeaux ont d’ores et déjà succombé au décret Airbnb, Bruno Le Maire a décidé d’aller un cran au-dessus dans la lutte contre les plateformes de locations temporaires, souhaitant mettre fin à une situation qu’il juge « inacceptable ».

« Ce sont des dizaines de millions de chiffre d’affaires réalisées par ces plateformes du numérique et (seulement) quelques dizaines de milliers d’euros qui sont perçues par le Trésor public français », a indiqué le ministre de l’Économie à l’Assemblée nationale le 9 août dernier.

« C’est le droit d’Airbnb d’opérer en France. Mais c’est notre droit aussi d’exiger de la part d’Airbnb et de toutes les plateformes du numérique une juste contribution au Trésor public français », poursuit-il.

Une entente franco-allemande pour s’opposer aux géants du numérique

Si Bruno Le Maire a reconnu que des réflexions sur le sujet sont déjà en cours du côté de l’OCDE et de la Commission européenne, « cela prend trop de temps », selon lui. Souhaitant « aller plus vite et obtenir des résultats plus rapidement », le ministre a ainsi annoncé qu’une proposition franco-allemande serait déposée lors du prochain conseil des ministres européens, le 15 septembre prochain.

« Nous voulons que cela se transforme en proposition de la Commission européenne qui devrait être étudiée au niveau des chefs d’État au conseil européen de décembre », explique-t-il. L’objectif : mettre en place « une taxation de toutes les plateformes du numérique, de tous les géants du numérique », incluant Google, Amazon et Facebook. « Chacun doit payer une juste contribution », insiste le ministre.

Des propos largement appuyés par le commissaire européen Pierre Moscovici, qui s’est dit choqué par les impôts payés par Airbnb en France, considérant que la création d’une « assiette commune » à l’ensemble des gouvernements européens serait la solution la plus adéquate.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @BrunoLeMaire (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Locations touristiques illégales : les amendes pleuvent à Paris

Locations touristiques illégales : les amendes pleuvent à Paris

Plus de 1,3 millions d’euros : c’est la somme totale que représentent les amendes infligées depuis le début de l’année aux propriétaires parisiens qui se risqueraient à louer illégalement leurs biens à des fins touristiques. Sans surprise, la pateforme Airbnb est largement responsable de ces abus – preuve, s’il en est, de la nécessité pour la Ville de Paris d’appliquer le décret éponyme afin de renforcer le contrôle du dispositif de location touristique. Explications.
La Ville de Paris déterminée à lutter contre les abus liés aux locations type Airbnb

La Ville de Paris déterminée à lutter contre les abus liés aux locations type Airbnb

Alors que Paris s’apprête à mettre en œuvre le décret ‘’Airbnb’’, le Conseil de la ville a voté mardi la baisse du nombre maximum de nuitées autorisées pour les locations touristiques de courtes durées. Déterminée, la municipalité a également indiqué qu’un Observatoire de la location meublée touristique serait prochainement créé afin d’éviter les abus.
Un particulier louant plusieurs biens est considéré comme professionnel

Un particulier louant plusieurs biens est considéré comme professionnel

Avis aux utilisateurs abusifs d’Airbnb et autres méthodes de location ! D’après la Cour de cassation, une personne disposant de plusieurs logements locatifs doit être considérée comme professionnelle. Ce sont alors les règles du Code de commerce qui doivent être appliquées au loueur. Le locataire, de son côté, est toujours considéré comme un consommateur non-professionnel.
Rapprochement surprenant entre Century 21 et Airbnb pour simplifier la sous-location

Rapprochement surprenant entre Century 21 et Airbnb pour simplifier la sous-location

L’accord inédit signé entre Century 21 et Airbnb arrive à point nommé ! À l’approche de l’été, période propice aux voyages et aux besoins en logements qui les accompagnent, les deux sociétés ont décidé d’expérimenter un nouveau « Bail Century21 Airbnb-compatible » en faveur de la sous-location à Paris. De quoi légaliser une pratique qui existe depuis bien longtemps.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter