Conjoncture FNTP : modeste reprise de l'activité des travaux publics Vie des sociétés | 06.07.17

Partager sur :
La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) a publié le 5 juillet 2017 son 182e bulletin de conjoncture sur l’activité du secteur des travaux publics en France. Il en ressort que l’activité, à l’image de l’économie française, a connu un léger rebond, avec une augmentation de 1% des travaux réalisés par rapport à l’année dernière et une nette hausse du volume de commandes, mais une baisse des effectifs et des heures travaillées.
C’est une reprise de l’activité qualifiée de modeste par la FNTP qui se déroule. Dans sa dernière conjoncture des travaux publics, l'organisme montre en effet que le secteur affiche une croissance plutôt molle. Ainsi, si le nombre de travaux réalisés augmente de +1% par rapport à avril 2016, il est en baisse de -0,5% de janvier à fin avril 2017. On est donc dans une activité quasiment stable, mais sans sursaut espéré par celui du secteur de la construction. Une petite déception, après l’année 2016 qui avait mis fin à 8 ans de chute d’activité à la suite. 

Cette atonie de l’activité cache cependant « de fortes disparités selon les spécialités », affirme la Fédération, s’appuyant ainsi sur les enquêtes de l’USIRF et des Canalisateurs de France, dont l’activité est en nette augmentation et présentent le plus de dynamisme.

Hausse des prises de commandes, baisse des heures travaillées

Les marchés conclus enregistrent toutefois une très forte progression en avril (+33,5% par rapport à avril 2016 et +37,7% comparé à mars 2017). Une hausse en partie due à l’attribution de projets liés au Grand Paris ces 4 premiers mois de l’année, qui ont également eu un impact sur les prises de commandes, en augmentation de +16,9% depuis janvier. Malgré cette forte dynamique, le niveau de marchés conclus sur un an reste encore faible à un niveau équivalent à celui de 2013-2014.

Une preuve du manque de vigueur de l’activité ? La baisse des heures travaillées par les ouvriers permanents et intérimaires, qui reculent en avril, de -0,7% pour les premiers et -0,2% pour les seconds (par rapport à avril 2016). Sur les 4 premiers mois de l’année, le nombre d’heures totales travaillées se stabilise toutefois, par rapport au niveau de janvier à avril 2016, en grande partie grâce aux heures intérimaires (+15,3%), qui compensent celles des heures travaillées (-3 ,4%). A noter également que les effectifs ouvriers permanents sont en baisse de -1,5% sur les 12 derniers mois, là où celui des interimaires à augmenté (+7 000 intérimaires de janvier à avril, sur un an).

Un avenir radieux ?

Malgré ces chiffres décevants, la FNTP reste positive et espère un bond de l’activité à hauteur de 2,5% pour 2017, s’appuyant par la hausse des marchés conclus, de la livraison de granulats, et la hausse du moral des chefs d’entreprise. En effet, seulement 8% d’entre eux anticipent une baisse d’activité, à en croire la dernière enquête d'opinion réalisée par la FNTP et l'Insee.

Autre bonne nouvelle, l’annonce hier d’un plan d’investissement de 50 milliards d’euros dans plusieurs secteurs, dont celui des transports.

F.T
photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir

Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir

Pour la première fois depuis 10 ans, les entrepreneurs des travaux publics voient l’avenir avec un « réel optimisme ». Pour 2017, la Fédération nationale des travaux publics estime la croissance d’activité à 2,5%, une tendance qui devrait se confirmer l’an prochain avec une hausse possible de 4% du chiffre d’affaires, grâce notamment aux chantiers du Grand Paris Express. De quoi aborder l’année 2018 avec sérénité.
La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019

Les travaux publics auront fait 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Après deux années de croissance, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a en revanche annoncé jeudi 10 novembre que l’année 2019 serait marquée par un ralentissement de l’activité. En cause, la hausse des coûts de production, les orientations budgétaires de l’État, et notamment la diminution de la taxe d’habitation qui limiterait les investissements des collectivités, leurs principaux clients.
L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

L'activité en France, point noir pour le CA de Vinci en 2015

Le géant français de BTP et de concessions Vinci a révélé un chiffre d'affaires en baisse de 5,3 % à 8,2 milliards d'euros au premier trimestre 2015. Sur la branche construction plus précisément, le chiffre d'affaires est en baisse de 12 %, cette contraction marquant la fin des grands travaux de la LGV et la décroissance du marché français du BPT. Au vu des résultats de ce début d'année, le groupe prévoit une « légère baisse » de son chiffre d'affaires pour l'année 2015.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter