Début 2010 : "une nouvelle étape dans le recul de l’activité de la construction neuve" Vie des sociétés | 01.04.10

Partager sur :
Le bâtiment va mal. Et la FFB l’a fait savoir hier, lors d’un point presse sur la conjoncture donné à son siège parisien. Son président Didier Ridoret a expliqué l’objet de son inquiétude et pourquoi il faut avoir foi en une reprise dès la fin 2010.
Bonne nouvelle : en ces temps difficiles, « les entreprises n’ont pas licencié car cela prend beaucoup de temps de former les troupes. Il y a une volonté de garder l’outil de production intact », expliquait hier Didier Ridoret, président de la FFB, lors d’un point presse sur la conjoncture du secteur. Le hic, c’est que pour pouvoir conserver son personnel intact, « il faut pour ça faire entrer de la commande, et donc baisser les prix, notamment lors des appels d’offre », poursuit le président.

Les carnets de commande dans le gros œuvre sont tombés à 6,9 mois à fin mars 2010 et à 4,9 mois dans le second œuvre. A qui la faute ? En partie au statut d’auto-entrepreneur qui pénalise beaucoup la profession : nombreuses sont les petites entreprises d’artisans qui basculent de ce côté et peuvent proposer des prix à la limite de la décence, du fait du peu de charges dont ils doivent s’acquitter.

Quelques chiffres avant d’aller plus loin. Pour le non-résidentiel les trois derniers mois correspondent à un rythme annuel de 18,5 millions de m2 mis en chantier. Sur les douze derniers mois on était à un rythme annuel de 24 millions de m2. Pour le logement, les trois derniers mois correspondent, toujours en rythme annuel, à 278.500 mises en chantier. Sur les douze derniers mois, nous étions à un rythme annuel d’environ 326.000 logements.

Ainsi, « début 2010, la crise se confirme, rendant la défense de l’emploi de plus en plus délicate », déclare un Didier Ridoret dont les prévisions se sont avérées plus optimistes que la réalité.

Sept propositions

Pour sortir la tête de l’eau, quelques propositions formulées par la FFB. Pêle-mêle : maintien du doublement du PTZ neuf jusqu’à fin 2010 à minima ; pérenniser au-delà de cette année un dispositif type Pass-Foncier qui soutiendrait l’accession sociale avec différé de remboursement et TVA réduite. La TVA justement, la FFB voudrait la voir maintenue à 5,5%, au moins pour les travaux d’amélioration entretien du logement. Mais aussi préserver le dispositif Scellier en attendant la reprise et accélérer les opérations financées par le Grand Emprunt, notamment les opérations qui visent les campus.

Deux dernières propositions pour « faciliter le développement de l’activité du secteur » : poursuivre l’effort en matière de rénovation énergétique du parc HLM (en appliquant l’éco-prêt logement social à la classe D du DPE) ; et mieux encourager la densification dans l’individuel et le petit collectif en permettant la majoration par défaut des coefficients d’occupants des sols.

Laurent Perrin
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron) - Batiweb

« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron)

Des chantiers émanent à nouveau les bruits de la construction. Même avec une production amoindrie, le bâtiment reprend, et selon les chiffres de la FFB du 29 juin, 95 % des chantiers ont désormais retrouvé une activité normale, bien que le secteur du BTP ait été lourdement impacté. Aujourd’hui, les attentes se tournent donc vers des mesures de relance, que la FFB présente à travers la voix de son nouveau président, Olivier Salleron.
Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018 - Batiweb

Les mises en chantier dans le rouge à fin novembre 2018

Comme annoncé en décembre dernier par la Fédération française du bâtiment (FFB), l’année 2019 devrait être marquée par « la fin d’un cycle de croissance » dans la construction. Les derniers chiffres ministériels viennent confirmer une tendance désormais bien engagée : alors que les permis de construire sont restés stables entre septembre et novembre 2018, les mises en chantier ont accéléré leur chute. Détails.
Le bâtiment, un « homme malade » qui garde l'espoir d'un mieux fin 2015 - Batiweb

Le bâtiment, un « homme malade » qui garde l'espoir d'un mieux fin 2015

Le début de l'année 2015 ressort comme une « période particulièrement difficile pour le bâtiment », d'après les dernières données, révélées ce mardi par la Fédération française du Bâtiment. L'activité poursuit son recul sur tous les segments, s'accompagnant d'une chute de l'emploi et d'une augmentation du nombre de défaillances d'entreprise. Mais un paraxode persiste : le frémissement d'une reprise se fait sentir du côté des promoteurs, laissant l'espoir gagner les esprits.
« Le combat va porter sur le logement neuf », annonce Olivier Salleron (FFB) - Batiweb

« Le combat va porter sur le logement neuf », annonce Olivier Salleron (FFB)

Ce mercredi 9 septembre, Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), présentait les derniers chiffres de l'activité du bâtiment. Après s'être félicité de « la grande victoire » concernant l'extension de MaPrimeRénov', le président a exprimé ses inquiétudes pour le logement neuf, absent du plan de relance, et qui devrait chuter de -23,4 % sur l'ensemble de l'année 2020.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter