Immobilier : l'activité suspendue aux annonces de M. Valls Vie des sociétés | 28.08.14

Partager sur :
Les ventes de logements neufs par les promoteurs ont reculé de 15 % au deuxième trimestre sur un an, selon les derniers chiffres dévoilés par la Fédération des promoteurs immobiliers. Ces derniers espèrent désormais que les mesures promises par Manuel Valls seront « à la hauteur de cette situation grave ».

«Alors que le deuxième trimestre est généralement bon pour les ventes, les chiffres de 2014 restent décevants (…) sur tous les segments », annonce d'emblée Alexandra François-Cuxac, présidente de l'Observatoire de la FPI.

Durant les trois derniers mois, seulement 23 833 logements neufs (logements ordinaires au détail, logement vendus en bloc ou résidences services) ont été commercialisés. Des chiffres mauvais, si on les compare aux 28 035 logements vendus à la même période l'année précédente.

 

«La baisse des ventes provient majoritairement d'une baisse de l'accession à la propriété », qui représente seulement 58% des ventes de logements neufs à 11 050 unités (-12% sur un an). Cette baisse n'a pas non plus été compensée par les ventes aux investisseurs. Au 2ème trimestre, ils représentaient 42 % des ventes de logements neufs, avec 8 083 unités vendus, soit un repli de 4,2 %.

 

«La baisse des mises en ventes est continue depuis 2010, ce qui inquiète les opérateurs », d'autant que les chiffres de la construction ne laissent pas entrevoir d'espoir pour les trimestres à venir. Au deuxième trimestre 2014, le nombre de lancement s'est encore réduit de 19,3 % pour s'établir à 23 635 unités, soit un recul de 25 % en quatre ans.

Une offre stable

«L'offre de logements neufs est restée stable avec près de 89 000 logements disponibles», souligne Alexandra François-Cuxac, qui précise qu'un bien est vendu en moyenne en 14,6 mois. «Un niveau tout à fait acceptable», précise-t-elle.

 

Au niveau du prix de ventes, «les corrections se sont faites fin 2013». Si le prix moyen en France est en très légère diminution de 0,8 % sur le second trimestre, la Fédération observe de grandes diversités selon les territoires. Cependant, deux grandes tendances se dessinent : le prix moyen en Province s'oriente à la baisse (-1,4 %) tandis que celui d'Île-de-France est en hausse (+3%) à 4707 euros le m2.

La FPI milite pour « plus de grues » dès 2015

En attendant les annonces officielles, la FPI souhaite que le gouvernement «encourage les investisseurs», en améliorant les mesures annoncées en juin (possibilité de porter la durée de location de 9 à 12 ans et la déduction fiscale de 18 à 21 % sur le prix d'achat).

 

Mais François Payelle, président de la FPI veut «aller plus loin et plus vite» en rendant possible la location aux ascendants et descendants de l'investisseur, et qu'elle échappe à l'encadrement des loyers pendant la durée du conventionnement. 10 000 ventes pourraient ainsi être débloquées, selon les estimations du président de la FPI. 

 

Parmi les mesures proposées, la fédération souhaiterait aussi que ce dispositif soit incorporer au titre des investissements entrant dans le plafond des niches de 18 000 euros, contre 10 000 actuellement.

Une réaction forte

Enfin, au delà des modification apportées au PTZ, la fédération espère «la mise en place d'un prêt spécifique à taux préférentiel», pour favoriser la primo-accession. Ce prêt d'une durée d'au moins 25 ans serait refinancé sur les fonds du livret A et destiné à des ménages sous plafonds de ressources. Cela représenterait la vente de 20 000 logements par an.

 

Mais pour favoriser le développement de nouveaux projets à l'horizon 2016 et 2017, la FPI insiste : il faudra mobiliser beaucoup plus de foncier et accélérer la simplification tout en surmontant les blocages.

 

Tout le secteur attend désormais «une réaction forte» de la part du gouvernement. Manuel Valls doit annoncer, ce vendredi 29 août, un ensemble de mesures destinées à relancer la construction.

 

Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Carte d'identité professionnelle, dérogation à la RT2012... M. Valls a «entendu» les entrepreneurs

Carte d'identité professionnelle, dérogation à la RT2012... M. Valls a «entendu» les entrepreneurs

Ce jeudi, le Premier ministre a clôturé au Palais des Congrès de la Porte Maillot le 3ème Sommet de la Construction intitulé «Après le plan logement, quelles pistes pour la croissance ?» et organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB). Devant un parterre d'entrepreneurs du BTP, il a annoncé que les logements collectifs bénéficieront d'une dérogation de trois ans supplémentaires, soit jusqu'au 1er janvier 2018, avant de devoir se conformer à la réglementation thermique 2012.
Conseil des ministres : que faut-il retenir ?

Conseil des ministres : que faut-il retenir ?

Au lendemain du remaniement, le gouvernement Valls II s'est réuni ce mercredi pour son premier Conseil des ministres. L'occasion de resserrer les rangs autour de la même ligne social-libérale voulue par l'exécutif, alors que de nombreux dossiers - comme la relance de la construction, le pacte de responsabilité ou encore la transition énergétique - s'accumulent pour cette rentrée.
Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

La Fédération française du bâtiment a dédié son 3e Sommet de la Construction, ce jeudi à Paris, au non-résidentiel comme marché qui conditionne la croissance économique de la France. A ce titre, quatre débats se sont succédés au cours desquels experts et économistes ont avancé des pistes telles que la transition énergétique, la libération du foncier ou l'accélération de la commande publique. Manuel Valls a clôturé l’événement par un discours de soutien aux acteurs du secteur.
Cécile Duflot répond aux détracteurs de la loi Alur

Cécile Duflot répond aux détracteurs de la loi Alur

Dans une tribune publiée ce jeudi dans le quotidien Le Monde, Cécile Duflot revient sur la polémique relative à la loi Alur. Selon ses détracteurs, cette loi « bloquerait la construction ». Un non sens pour l'ex-ministre du Logement qui défend une nouvelle fois les mesures de cette loi. Le 29 août dernier, le Premier ministre a annoncé une série de mesures pour relancer la construction, tout en amputant la loi Alur de l'une de ses mesures phares : l'encadrement des loyers.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter