Immobilier : une conjoncture favorable à l’achat d’un bien, selon les Français (enquête) Vie des sociétés | 10.09.18

Partager sur :
Bien que toujours aussi porteur, le marché de l’immobilier a été plutôt malmené depuis début 2018, notamment à cause d’un climat politique instable. Pour autant, les Français semblent toujours enclins à investir dans la pierre. C’est en tout cas ce que reflète le Baromètre publié ce 10 septembre par la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) et l’Institut d’études opinion et marketing (Ifop), qui vise à mesurer l’opinion des ménages face au marché de l’immobilier. Détails.
La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) a présenté ce 10 septembre les résultats de son 16è Baromètre relatif au moral des Français à l’égard du marché de l’immobilier, qui résulte d’une enquête menée en juin dernier par l’Ifop (Institut d’études opinion et marketing).

Ainsi, si l’organisme alertait, il y a quelques mois, sur les conséquences de plusieurs décisions politiques néfastes pour le secteur, il semblerait finalement que la situation soit moins catastrophique qu’il n’y paraît. Entre autres, les conditions de crédit sont toujours aussi favorables, et même jugées attractives pour 76% des Français ayant répondu à l’étude. Ils sont également 56% à considérer qu’il est facile d’obtenir un prêt immobilier, en hausse par rapport à 2016 (47%).

En revanche, les sondés sont également une majorité à constater une augmentation des prix au cours des 6 derniers mois (41%). 44% d’entre eux s’attendent d’ailleurs à ce que la tendance se poursuive sur le prochain semestre. Paradoxalement, l’inflation n’entame en rien la perception du marché par les Français.

Plus de facilité à acheter qu’à vendre

Selon le récent Baromètre, près de 2/3 des ménages interrogés (61%) estiment que la conjoncture actuelle est favorable à l’achat d’un bien immobilier – un taux plutôt stable par rapport à 2016 (60%). La tendance s’inverse cependant dès lors qu’il s’agit de la vente d’une propriété, où le contexte économique ne serait favorable que pour 44% des répondants (contre 26% il y a deux ans).

Dans le détail, 62% des Français pensent qu’il est encore intéressant d’investir dans l’immobilier locatif (65% en 2016). L’accession à la propriété séduit également 77% d’entre eux (contre 74%). Ils sont aussi 51% à considérer que la conjoncture est favorable à la revente d’un logement pour en racheter un autre. Si ce taux reste modeste, il s’inscrit largement à la hausse par rapport à 2016 (39%). Enfin, 37% des sondés déclarent que l’environnement économique actuel serait favorable à l’acquisition d’une résidence secondaire.

Globalement, la perception de l’offre immobilière actuelle reste bien orientée, à 59% d’avis positifs en juin 2018. Pour autant, ce taux élevé est à confronter à celui de 2016, qui culminait à 70%, après 54% en 2014.
                       
Quel profil pour les acquéreurs ?

Ne se contentant pas de décrypter la perception du marché par les Français, l’étude revient également sur le profil des acquéreurs, qui sont 64% à s’être offerts une maison au cours des deux dernières années. Il s’agit de leur résidence principale dans 77% des cas, et même de leur première acquisition pour 49% d’entre eux.

L’achat d’un bien résulte cependant d’un long parcours, qui nécessite 3 à 6 mois de recherche, d’après 38% des sondés, et voire même plus pour 31% des acquéreurs. 52% des répondants précisent par ailleurs avoir effectué 2 à 5 visites avant de passer à l’acte. Ils sont également une majorité (54%) à faire appel à un professionnel pour acheter leur bien immobilier.

Côté budget, 6 acquisitions sur 10 représentent moins de 200 000 euros, notamment financés par un apport personnel allant de 1 à 100 000 euros pour 58% des ménages. Viennent ensuite s’ajouter d’éventuels travaux : 53% des ménages en réalisent pour un montent supérieur à 10 000 euros. Une source de travail supplémentaire pour les professionnels du BTP, en somme.
              

F.C

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Promotion immobilière : les attentes des particuliers décryptées

Promotion immobilière : les attentes des particuliers décryptées

ERA Immobilier, réseau d’agences à l’échelle européenne, a publié le 30 octobre l’édition 2018 de son étude intitulée « Le consommateur et les acteurs de l’immobilier ». Véritable outil au service des professionnels du marché, ce document offre une vision détaillée des attentes et perceptions des Français vis-à-vis des agents immobiliers. Retour sur les principaux enseignements de cette enquête.
Recrutements toujours dynamiques dans le BTP malgré une pénurie sur certains postes

Recrutements toujours dynamiques dans le BTP malgré une pénurie sur certains postes

Très en forme l’an dernier, le secteur de la construction a, sans surprise, été marqué par une hausse des recrutements. Selon la Fédération française du bâtiment, 20 000 emplois avaient été créés en 2017, malgré des difficultés à trouver la perle rare. Une tendance qui semble se poursuivre cette année, à en croire la dernière étude publiée par PageGroup. Les détails.
Le confort de vie, premier critère de choix dans la construction d'une maison (enquête)

Le confort de vie, premier critère de choix dans la construction d'une maison (enquête)

Habitué des enquêtes relatives aux modes de vie des ménages, Domexpo vient tout juste de publier un nouveau Baromètre réalisé avec Caron Marketing. Cette fois, c'est aux motivations des Français qui font construire des maisons que le salon permanent s'est intéressé. Alors, pourquoi se lancent-ils ? Quelles sont leurs principales sources de renseignements ? Les réponses !
Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Ce mardi 8 octobre avait lieu la présentation du troisième baromètre Qualitel/Ipsos. Cette année, le thème de la qualité du logement dans l’attractivité des territoires a été retenu. 80 questions ont été posées à 4850 personnes âgées de plus de 18 ans. Elles ont évaluées leur logement en fonction de nombreux critères et ont été interrogées sur leurs aspirations. Il en ressort que les habitants des communes de moins de 2000 habitants sont bien plus satisfaits et attachés à leur logement que les franciliens.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter