Jeux Olympiques : des risques de surcoûts qui n’effraient pas le gouvernement Vie des sociétés | 15.03.18

Partager sur :
Jeux Olympiques : des risques de surcoûts qui n’effraient pas le gouvernement
S’il n’est pas rare d’entendre que les Jeux Olympiques ont miné l’économie du pays qui les accueille, la France avait, jusqu’à présent, réussi à se montrer rassurante, stipulant que la compétition reposerait principalement sur des infrastructures déjà existantes. Un rapport d’experts a pourtant récmement mis en garde le gouvernement contre des risques de « surcoûts importants ». Les détails.
Les infrastructures qui manquent à la France pour accueillir les compétitions liées aux Jeux Olympiques 2024 pourraient bien engranger plus de frais que prévu !

Une « note d’alerte » commandée par le gouvernement et précédant un rapport définitif fait en effet état de « réels risques à la fois de non-réalisation dans les délais de certains équipements mais aussi de surcoûts importants », comme le révèlent Le Parisien et l’AFP.

Le village olympique et le site aquatique plus coûteux que prévu

En ligne de mire, l’Inspection générale des finances (IGF), l’Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGJS) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) redoutent particulièrement des surcoûts liés à la construction du village olympique et du site aquatique.

Entre autres, la facture de ce dernier, estimée à 130 millions d’euros, pourrait être doublée du fait de la multiplicité des acteurs et de la volonté de certains élus d’en faire un site exceptionnel. Les experts recommandent ainsi que la maîtrise d’ouvrage soit confiée à Solideo, société publique chargée de superviser les constructions olympiques, plutôt qu’à la Métropole du Grand Paris, comme c’est le cas actuellement.

Pas d’inquiétude pour la ministre des Sports

Si le rapport définitif se fait toujours attendre, la ministre des Sports Laura Flessel a tenu à se montrer rassurante. « Nous allons engager un travail de concertation avec les élus locaux afin d’explorer les nombreuses solutions qui s’offrent à nous », a-t-elle fait savoir.

« Je saurai prendre les décisions qui s’imposent pour concilier héritage et maîtrise des coûts après m’être entretenue avec les élus locaux et les acteurs concernés », a assuré la ministre.

« Nous sommes conscients que des dérives ont pu dans le passé abîmer l’image des Jeux. Nous nous donnons tous les garde-fous nécessaires pour respecter nos engagements vis-à-vis du CIO et surtout vis-à-vis des Français », a-t-elle conclu.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Jeux Olympiques : quelles infrastructures pour accueillir la compétition à Paris ?

Jeux Olympiques : quelles infrastructures pour accueillir la compétition à Paris ?

C’est désormais officiel ! Le Comité international olympique a annoncé ce 11 juillet avoir confié l’organisation des Jeux Olympiques 2024 et 2028 à Paris et Los Angeles. Si la capitale française n’est pas encore certaine d’organiser la prochaine compétition, le CIO devant rendre sa décision finale en septembre prochain, elle semble néanmoins en bonne voie, disposant déjà de nombreuses infrastructures pour accueillir les différentes épreuves.
Les Jeux Olympiques à Paris ? Une « excellente nouvelle » pour la Filière Béton !

Les Jeux Olympiques à Paris ? Une « excellente nouvelle » pour la Filière Béton !

Alors que l'organisation de l'édition 2024 des Jeux Olympiques se précise pour Paris, nombreux sont les professionnels du bâtiment à considérer l'événement comme un véritable challenge à relever. Parmi eux, Patrick Guiraud, représentant de la Filière Béton, a accepté de revenir, en exclusivité pour Batiweb, sur les grands enjeux que représente l'accueil de la compétition pour les acteurs français du BTP. Entretien.
Grand Paris Express : la Cour des Comptes redoute un dépassement des coûts annoncés

Grand Paris Express : la Cour des Comptes redoute un dépassement des coûts annoncés

En septembre dernier, Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Île-de-France, mettait déjà en garde la Société du Grand Paris contre les dépassements budgétaires liés au Grand Paris Express, futur super-métro de la capitale. À raison, à en croire un rapport publié le 17 janvier par la Cour des comptes. Cette dernière s’inquiète elle aussi d’une éventuelle sous-estimation des coûts du projet, ayant même demandé une révision du calendrier prévisionnel.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter