Knauf Ceiling Solutions relocalise en France et investit dans ses usines Vie des sociétés | 12.02.21

Partager sur :
Née du rapprochement de Knauf AMF et d'Armstrong Ceiling Solutions en décembre 2019, la nouvelle division « Knauf Ceiling Solutions », spécialisée dans les plafonds suspendus, a profité du repos forcé de l'année 2020 pour repenser son offre de produits, mais aussi relocaliser en France, et investir dans ses trois usines existantes. Il s'agit désormais de répondre aux nouveaux besoins nés de la crise, aux requêtes des architectes, et de renouer avec les niveaux d'activité de l'année 2019. Explications de Niels-Christian Havsteen, président de Knauf Ceiling Solutions en France.

Depuis sa création en décembre 2019, la nouvelle division « Knauf Ceiling Solutions » a passé en revue les différents produits et conservé les plus performants pour « éviter les doublons »

 

Niels-Christian Havsteen, président de Knauf Ceiling Solutions en France, explique que les produits ont gardé leur propre nom de marque : « Nous allons continuer à avoir des produits libellés « Knauf Armstrong », des dalles avec le logo « Knauf AMF » etc. Les marques continuent à vivre à l'intérieur de cette division », précise-t-il.

 

Accroître la production des trois usines françaises

 

En 2020, Knauf Ceiling Solutions a aussi misé sur la relocalisation en France, premier pays en termes de volumes, devant l'Allemagne et la Russie. Des investissements ont été réalisés dans les trois usines françaises existantes, situées à Pontarlier, Dreux et Valenciennes, afin d'accroître les capacités de production et rentrer dans une logique de circuits courts. « Nous avons en quelque sorte « raccourci » le chemin entre l'usine et le client », résume le président de Knauf Ceiling Solutions France.

 

En haut : l'usine de Dreux. En bas : le site de Pontarlier. Crédit photo : Vincent Uettwiller / Studio Vu

 

Niels-Christian Havsteen reconnaît que la crise du Covid-19 a impacté certains marchés, comme les bureaux, les restaurants et les hôtels, et occasionné une baisse du chiffre d'affaires en 2020, mais il reste positif : « On s'en est relativement bien sorti », estime-t-il. Après ce ralentissement, l'objectif est désormais de renouer avec le niveau d'activité d'avant-crise, et ce dès 2022.

 

« Covid ou pas Covid, nous avons quand même pu investir et rapatrier. C'est dans la logique du groupe d'être présent pays par pays et d'être proche de ses clients. Et rester local s'inscrit également dans la logique de la crise liée au Covid-19 », ajoute M. Havsteen.

 

Penser l'après-Covid

 

Selon lui, la pandémie « laissera des traces » sur la façon dont les architectes concevront les bâtiments, et notamment les bureaux : « Ce n'est pas en ce moment que l'on va mettre en place de très gros open-space » concède-t-il. Il souligne d'ailleurs que le bureau d'études intégré de Knauf Ceiling Solutions, basé à Ivry-sur-Seine (94), est à la disposition des architectes pour les aider à choisir les solutions les mieux adaptées - que ce soit des produits en bois, métal, ou matières minérales - pour leurs différents projets, et leur apporter un soutien technique.

 

Si les marchés des bureaux et des restaurants sont aujourd'hui lourdement impactés, les hôpitaux et établissements de santé sont en revanche plus que jamais d'actualité. M. Havsteen rappelle que Knauf Ceiling Solutions propose des produits adaptés à l'environnement hospitalier, que ce soit pour l'accueil, les chambres, ou les couloirs, avec des matières aux propriétés antibactériennes, grâce à des traitements limitant la circulation des particules et des virus.

 

Knauf Armstrong Bioguard Acoustic mis en oeuvre dans le département Santé de l'université de Kielce (Pologne)

 

Le président de Knauf Ceiling Solutions ajoute que des innovations sont encore à venir, que ce soit en termes sanitaires, d'isolation acoustique, de résistance au feu, ou encore d'esthétique.

 

Propos recueillis par Claire Lemonnier

Photo de une : Niels-Christian Havsteen, président de Knauf Ceiling Solutions France

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Crise : les majors du BTP français plus impactés que leurs voisins européens - Batiweb

Crise : les majors du BTP français plus impactés que leurs voisins européens

Une étude réalisée par le cabinet Mazars revient sur l'impact de la crise et des confinements successifs sur les majors du BTP français et européens, montrant qu'avec ses mesures plus restrictives, la France a été davantage impactée. Les majors du BTP français ont pâti, avec leurs homologues italiens, d'une très forte baisse d'activité et de leur chiffre d'affaires, mais se relèvent assez rapidement grâce à des carnets de commande bien remplis. Ils restent également optimistes quant à leur avenir, notamment dans l'optique du plan de relance.
Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents - Batiweb

Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents

Dans son allocution aux Français de ce lundi 16 mars, le chef de l’État a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Contre toutes attentes, les mesures de confinement sont révélées moins drastiques que prévu, notamment en termes de télétravail. Les salariés ne pouvant télétravailler pourront, jusqu’à nouvel ordre, continuer de se rendre sur leur lieu de travail, à condition d’être munis d’une attestation de déplacement obligatoire. Étant donné cette souplesse, le maintien des chantiers peut pour le moment être décidé au cas par cas.
« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME) - Batiweb

« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME)

La reprise d’activité dans le secteur de la menuiserie s’est faite rapidement, aidée par la publication de fiches de préconisations sanitaires adaptées aux spécificités de chaque métier. Les entreprises, qui se sont mobilisées pour préserver au maximum la sécurité de leurs collaborateurs, attendent désormais une reprise pérenne de leur activité, qui dépendra en grande partie de la reprise des chantiers. Entretien avec Virginie Muzzolini, responsable communication de l’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME).
NodOn lance un interrupteur au sol qui évite les surfaces de contacts - Batiweb

NodOn lance un interrupteur au sol qui évite les surfaces de contacts

Presque six mois après l’apparition du coronavirus dans le monde, plusieurs sociétés se sont lancées dans des projets d’innovation liant la sécurité sanitaire à l’amélioration du lieu de travail, facilitant ainsi un retour à la normale plus rapide. NodOn, fabricant de produits radio afin de connecter le logement et les bâtiments, propose sa solution d’éclairage pour lutter contre le Covid-19. Constituée d’un interrupteur de sol, elle permet une utilisation plus hygiénique évitant ainsi tout contact direct avec les boutons muraux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter