Les primo-accédants toujours plus nombreux à se tourner vers l’ancien Vie des sociétés | 12.03.19

Partager sur :
Spécialiste du courtage en prêt immobilier, Cafpi est revenu ce 12 mars sur le profil des emprunteurs en ce début d’année. D’après la société, « les primo-accédants continuent de porter le marché », représentant 62% de la clientèle. En février, 80,14% d’entre eux choisissaient d’investir dans l’ancien, soit près de 4 points de plus que le mois précédent. Les détails.

Bonne nouvelle pour le marché de l’immobilier ! Alors que les montants moyens empruntés dans le cadre de prêts avaient baissé en janvier dernier, ils sont repartis à la hausse en février, comme l’a fait savoir Cafpi ce 12 mars. De fait, les sommes atteignent, en moyenne, 208 119 € du côté des primo-accédants (à rembourser sous 242 mois) et 243 195 € pour les accédants (étalés sur 198 mensualités).

Il ne s’agit cependant pas du seul enseignement du dernier relevé effectué par le spécialiste des prêts immobiliers. Cafpi révèle en effet que les primo-accédants représentent 62% de sa clientèle. Ceux-ci se tournent avant tout vers des achats en résidence principale (62%), à l’inverse des accédants, qui ne sont que 27% à faire de même.
 

Des taux d’intérêt avantageux pour des emprunts plus élevés


Dans le détail, les emprunteurs propriétaires pour la première fois étaient, en février, une grande majorité (80,14%) à se tourner vers l’ancien. En janvier, ils étaient 76,18%. Pour eux, le prix du bien représente 4,98 années de revenus en février, contre 3,93 le mois précédent.

En comparaison, 81,44% des accédants avaient fait le choix de l’ancien en février, contre 73,29% en janvier. Dans le même temps, « leur effort pour emprunter s’en retrouve augmenté, passant de 4,01 années de revenus, à 5,19 années », comme le fait savoir Cafpi.

La société avait par ailleurs indiqué le 5 mars dernier que les taux de crédit immobilier sont restés « incroyablement stable[s] » en ce début d’année. Ceux-ci atteignaient, en mars, 0,70% sur 10 ans, 1,00% sur 15 ans, 1,15% sur 20 ans et 1,35% sur 25 ans.

F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Crédits immobiliers : quel est le profil des emprunteurs ?

Crédits immobiliers : quel est le profil des emprunteurs ?

Spécialiste des prêts immobiliers, Cafpi est revenu le 10 décembre sur le profil des emprunteurs en novembre 2018. Ainsi, si les primo-accédants boudaient le marché en début d’année, ils représentent aujourd’hui 61% de la clientèle de la société commerciale. Les accédants empruntent cependant des sommes plus importantes, le montant moyen atteignant les 239 161 €. Précisions.
Baisse des taux des crédits immobiliers en ce début d’année

Baisse des taux des crédits immobiliers en ce début d’année

Alors que les professionnels de l’immobilier s’attendaient plutôt à une légère hausse des taux des crédits, c’est l’effet inverse qui s’est produit en ce début d’année ! D’après l’observatoire Crédit Logement/CSA, ces derniers se sont établis à 1,49% en moyenne en janvier, contre 1,52% en décembre 2017. Une fois encore, l’ancien (1,51%) reste plus intéressant que le neuf (1,56%). Précisions.
Immobilier : des taux de crédit toujours plus bas !

Immobilier : des taux de crédit toujours plus bas !

Dans sa dernière édition de « La Météo des taux », Cafpi indique que les taux de crédit ont encore baissé en avril et que « le record de 1% » sur 20 ans pourrait être atteint dans les prochaines semaines. Une tendance qui ne bénéficie pas uniquement aux futures acquéreurs mais également aux propriétaires souhaitant effectuer des travaux ou plus simplement renégocier leur crédit en cours.
Les taux d’intérêt des crédits immobiliers revus à la hausse en janvier

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers revus à la hausse en janvier

S’établissant péniblement à 1,43% en moyenne en décembre 2018, les taux des crédits immobiliers ont légèrement progressé en ce début d’année, atteignant 1,45%. L’observatoire Crédit Logement/CSA a en effet communiqué ce mercredi 6 février les derniers indicateurs relatifs au secteur, qui révèlent par ailleurs que les encours actuels ont dépassé les 1 000 milliards d’euros. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter