Tour Carpe Diem à la Défense : début des travaux en février Vie des sociétés | 26.01.10

Partager sur :
Un accord de partenariat immobilier pour la réalisation de la tour « Carpe Diem » à La Défense a été signé entre Aviva France et Predica, filiale de Crédit Agricole Assurances. Début des travaux le mois prochain.
La tour « Carpe Diem » (architecte Robert Arthur Morton Stern, USA) sera la première tour en France à bénéficier de la double certification environnementale HQE et LEED GOLD. Cette tour se distingue par une identité architecturale innovante associée à une fonctionnalité souple et élégante.

Aviva France et sa filiale Aviva Investors Real Estate France développent depuis 3 ans le projet « Carpe Diem » dans le cadre du plan de renouveau de la Défense initié par l’Etablissement Public d’Aménagement de La Défense (EPAD) en 2006.

Cet investissement sera réalisé à travers une SCI détenue à parité par Aviva France et Predica. Le projet « Carpe Diem » a obtenu un permis de construire définitif. Les travaux débuteront dès le mois de février 2010 pour une livraison prévue fin 2012.

LP
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« La Marseillaise », bureaux vue sur mer

« La Marseillaise », bureaux vue sur mer

La tour de bureaux « La Marseillaise », commandée par Marc Pietri, président du groupe Constructa, et imaginée par l’architecte Jean Nouvel, a été inaugurée le 25 octobre dernier dans les Bouches-du-Rhône. Construite en quatre ans par des filiales de Vinci Construction, c’est Siniat et l’entreprise locale Art Déco qui se sont chargées des cloisons. La spécificité du bâtiment ? Il s’agit de la seule tour de bureaux disponible en location face à la mer. De quoi donner envie d’y travailler !
Le périphérique nord du Grand Lyon sera géré en PPP, d'importants travaux à la clé

Le périphérique nord du Grand Lyon sera géré en PPP, d'importants travaux à la clé

Le Grand Lyon a donné lundi son feu vert à la gestion pour vingt ans en partenariat public-privé (PPP) de son boulevard périphérique nord mis en service en 1997. A la clé figurent d'importants travaux motivés par le renforcement de la réglementation en matière de sécurité dans les tunnels routiers à la suite de la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc en 1999. Prévus pour durer vingt-huit mois, leur coût est évalué à 131,8 millions d'euros.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter