Un nouveau partenariat signé pour faciliter l’accès des salariés au logement privé Vie des sociétés | 18.10.16

Partager sur :
Alors qu’Action Logement pourrait se voir retirer 133 millions d’euros annuels financés par l’Etat, l’organisme a annoncé le renforcement de son partenariat avec l’Anah. Grâce à ce rapprochement, les deux acteurs comptent bien faire front commun pour « faciliter l’accès des ménages en situation de précarité au parc privé ». Tous les détails de cette association.
Les représentants de l’Anah et d’Action Logement se sont réunis ce lundi 17 octobre afin de renforcer leur partenariat en faveur de l’accès des salariés aux revenus modestes à des logements privés. Une convention a ainsi été signée entre les deux organismes.

À cette occasion, Action Logement a rappelé son soutien (notamment financier) au programme Habiter mieux, tout en prévoyant « des dispositifs pour inciter les propriétaires bailleurs à rénover leur bien et à les réserver à des salariés aux revenus modestes », comme le précise un communiqué émis par les deux partenaires.

Un dispositif d’aides global

De plus, avec cette nouvelle convention, Action Logement s’est engagé à apporter un nouveau soutien financier de 50 millions d’euros en 2016 et 2017 à l’Anah, portant le total de sa contribution à 100 millions d’euros. L’accord prévoit également « la création d’un dispositif d’incitation auprès des propriétaires bailleurs à la « réservation » de logements pour les salariés bénéficiaires d’Action logement, soit un total de 10 000 logements pour la période 2016-2020. »

De son côté, l’Anah a annoncé de nouvelles aides financières pour soutenir les propriétaires souhaitant réaliser des travaux d’amélioration « sous condition de conventionnement de loyers ». Une aide à la location sera également mise en place par Action Logement pour les résidences principales du parc privé. Cette dernière s’appuiera sur le dispositif Visale, qui garantie au bailleur « la prise en charge du paiement du loyer et des charges locatives en cas de défaillance du locataire ».

Applicable sur la France entière, cet accord vise avant tout à aider les collectivités locales à « disposer de l’ensemble des outils destinés à faire le lien entre l’offre et la demande de logements ».

F.C
Photo de Une : @ANAH_Officiel (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Convention Action Logement : 11 nouvelles mesures en faveur des salariés

Convention Action Logement : 11 nouvelles mesures en faveur des salariés

« Augmenter de plus de 20% » le nombre de salariés bénéficiant de ses offres : tel est l’objectif que s’est fixé l’organisme Action Logement à l’horizon 2020. Une ambition qui risque néanmoins de faire face à de nombreux obstacles. En plus de la suppression des CIL (Comités interprofessionnels du logement, chargés de collecter la cotisation des entreprises), l’annonce de la suppression de la taxe sur les bureaux en Île-de-France pourrait également fragiliser Action Logement. Détails.
Action Logement livre son bilan 2016

Action Logement livre son bilan 2016

Action Logement, acteur de référence sur le marché du logement social et intermédiaire en France, a livré mardi 23 mai son bilan pour l’année 2016, qui se caractérise par une progression de ses ressources et de son activité, mais aussi et surtout, par les nombreuses transformations engagées par la société, vieille de 60 ans, désireuse de se moderniser.
Logement en Outre-Mer : le Gouvernement annonce plus de 200 millions d’euros par an

Logement en Outre-Mer : le Gouvernement annonce plus de 200 millions d’euros par an

Le Ministère de l’Outre-Mer et celui de la Cohésion des territoires annoncent la mise en place d’un plan triennal entre 2020 et 2022 pour accroître le nombre de logements sociaux et de réhabilitations en Outre-Mer. Il prévoit également une nouvelle aide à l’accession au logement. Le Gouvernement a promis plus de 200 millions d’euros par an pour le mettre en application.
Tensions autour du logement : J. Denormandie préconise la suppression du zonage géographique

Tensions autour du logement : J. Denormandie préconise la suppression du zonage géographique

Impliqué dans la réduction de la fracture territoriale, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a profité de sa venue à la convention annuelle d’Action Logement pour faire part de sa volonté et de celle du gouvernement de mettre un terme au système géographique de zones. Cette initiative permettrait en outre de ne plus faire de distinction entre les politiques publiques relatives au logement. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter