Vente en l’état futur d’achèvement : l’UFC-Que choisir s’en prend aux promoteurs immobiliers Vie des sociétés | 15.11.18

Partager sur :
Encore une fois, le dernier rapport de l’UFC-Que choisir relatif aux achats de logements sur plan (VEFA) risque de faire beaucoup de bruit ! L’organisme a en effet mené une vaste étude mettant en lumière les « mauvaises pratiques des promoteurs immobiliers ». Nombreux sont les litiges recensés par l’enquête, parmi lesquels des retards de livraison pouvant engendrer d’importants préjudices financiers pour les acquéreurs.
Après s’être inquiété des compteurs Linky en septembre dernier, l’UFC-Que choisir s’est plus récemment attaqué aux contrats de Vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) proposés par les promoteurs immobiliers. L’association de consommateurs a en effet publié ce 15 novembre les résultats d’une étude menée auprès de 746 personnes ayant acheté un logement sur plan.

Selon cette vaste enquête, le nombre de litiges relatifs aux achats immobiliers en VEFA a progressé de 84% sur un an, comme le constatent les différentes associations locales de l’UFC-Que choisir. Première cause de conflits entre promoteurs et acquéreurs (citée dans 29% des cas), les retards de livraison sont particulièrement pointés du doigt par le rapport.

Des délais lourds et coûteux pour les particuliers

Il faut dire que le non-respect des délais est lui-même à l’origine de biens des problèmes ! Obligeant les particuliers à s’organiser en amont, les retards peuvent également engranger de véritables préjudices financiers. En moyenne, 4 500 euros supplémentaires doivent être déboursés par les ménages, soit un préjudice total estimé à 156 millions d’euros l’année dernière.

Pire encore, les reports de livraison, dont la durée moyenne est établie à 5,4 mois, ne sont pas justifiés par les promoteurs « dans près d’un tiers des cas », d’après Que choisir. Au contraire, lorsque les raisons de retard sont indiquées, elles « résultent [du] manque de prévoyance » des professionnels, selon le rapport.

« Cela se manifeste pour les deux motifs les plus fréquemment avancés : les intempéries (pour 70% des répondants) et les défaillances d’entreprises intervenant sur le chantier (43%). Dans le premier cas, les événements climatiques correspondent trop souvent à des situations prévisibles (…) qui devraient en toute logique être anticipées et intégrées dans les dates de livraison. Dans le second cas, la proportion de défaillances d’entreprises questionne la capacité et le sérieux des promoteurs quant à la sélection des entreprises en charge des travaux de construction », pointe l’UFC-Que choisir.

Des problèmes même après la livraison

Les déconvenues des acquéreurs ne s’arrêtent cependant pas à la réception de leur chantier ! Au contraire, « seul 1 logement sur 5 est livré sans réserve », d’après l’association de consommateurs. « Pour les autres, c’est en moyenne 12 réserves qui sont émises. Pire, dans 16% des cas, les acquéreurs signalent des problèmes nuisant tout bonnement à l’habitabilité des logements (absence d’eau ou de chauffage par exemple) ».

L’enquête révèle par ailleurs que 73% des promoteurs immobiliers refuseraient d’accorder aux consommateurs leur droit de consigner 5% du prix d’acquisition du bien en cas de réserves émises. Un certain « chantage scandaleux » est même vivement critiqué par Que choisir, qui note que la remise des clefs peut être conditionnée « au paiement intégral du bien ».

Dans ce contexte, l’association demande au gouvernement d’établir un cadre législatif et réglementaire, sécurisé pour les consommateurs. Il conviendrait ainsi « d’encadrer de manière stricte les causes légitimes de report de livraison », « de mieux définir la notion d’achèvement des travaux », ou encore de mettre en place « un système de consignation obligatoire et automatique d’une partie du prix du logement de la livraison ».

Pour l’heure, aucun organisme professionnel représentant les promoteurs immobiliers n’a officiellement réagi.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

1 003 Français représentatifs de la population ont répondu à l’enquête menée par Franfinance, filiale de la Société Générale, et l’Institut CSA portant sur la réalisation de travaux. Cette étude inédite a finalement rendu ses résultats ce mardi 19 juin, avec plusieurs enseignements intéressants. Il apparaît notamment que le montant des travaux est plus souvent inférieur à 5 000 euros, et qu’ils concernent principalement les murs (peinture, papier peint, etc.). Tous les résultats.
Des charges toujours plus pesantes dans le budget logement des Franciliens

Des charges toujours plus pesantes dans le budget logement des Franciliens

S’appuyant sur les enquêtes Logement de l’Insee, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France a récemment publié sa propre étude relative aux charges dont doivent s’acquitter les locataires du parc social francilien. Le document révèle que les dépenses liées, entre autres, à l’eau ou à l’énergie ont largement augmenté au cours des 25 dernières années, au point d'atteindre aujourd'hui le montant moyen de 261 €/mois. Décryptage.
Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Le cabinet Arthur Loyd, spécialiste de l’immobilier d’entreprise, a communiqué ce 13 novembre à propos de l’édition 2018 de son Baromètre de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises. S’inscrivant plus que jamais dans l’actualité, après le lancement du plan « Action cœur de ville » l’année dernière, le rapport revient notamment sur la nécessité d’adapter le parc immobilier afin d’accompagner les mutations des territoires. Les détails.
Agences immobilières : des clients satisfaits qui le font savoir sur le web

Agences immobilières : des clients satisfaits qui le font savoir sur le web

Alors que Cafpi redoute une année 2019 « incertaine » pour le marché immobilier, une récente étude menée par Opinion System et l’IFOP met en avant la satisfaction client vis-à-vis des professionnels du secteur. En effet, le document indique un niveau de contentement élevé, comme en témoigne la note moyenne de 7,1/10 attribuée par les répondants. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter