Cancer mortel d'un ouvrier du bitume : un scandale comparable à celui de l'amiante ? Vie pratique | 14.04.10

Partager sur :
Le 12 avril s'est ouvert à Bourg-en-Bresse le procès entre la famille d'un ouvrier du bitume, mort en 2008 d'un cancer de la peau et la société Eurovia, filiale du groupe Vinci et géant de la construction des routes, assignée pour « faute inexcusable ».

C’est un procès sans précédent qui a démarré à Bourg-en-Bresse lundi. L'affaire oppose Eurovia à la famille de José-Francisco Serrano Andrade, ouvrier spécialisé dans l'épandage du bitume et du macadam sur les routes et autoroutes à partir de l'arrière d'un camion, décédé le 3 juillet 2008 à 56 ans d'un cancer de la peau qui s'était déclaré sur son visage. L'avocat lyonnais de la famille, Me Jean-Jacques Rinck, a estimé à l'audience que « le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRMPP) a reconnu un lien direct entre la maladie de mon client et son activité professionnelle ».

L'avocat d'Eurovia, Me Franck Dremeaux, a estimé pour sa part que la maladie avait été « provoquée par une exposition excessive au soleil et non par l'inhalation de produits toxiques ». L'avocat du géant de la construction des routes souhaite notamment que « le CRMPP donne un motif clair, net et sans ambiguïté ». « M. Andrade est mort d'avoir inhalé trop d'émanations de bitumes, reconnues comme éminemment cancérigènes », a estimé à l'avocat de la famille, M. Rinck. A l'issue de l'audience, la veuve de M. Andrade a expliqué qu'elle avait saisi la justice surtout pour dire aux autres ouvriers qui travaillent sur les chantiers routiers et autoroutiers : « prenez vos précautions. Il ne faut pas que cela se reproduise ».

M. Rinck ajoute que « plus de 4000 salariés sont exposés chaque années aux émanations de bitume », et la décision du Tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) « pourrait obliger les multinationales des travaux publics à dépenser des milliards d'indemnisation », avant de comparé ce procès à celui de l'amiante.

Le bitume, substance composée d'un mélange d'hydrocarbures, provient presque exclusivement de la distillation des pétroles bruts. Plusieurs pays européens reconnaissent le cancer de la peau lié à l'utilisation de bitume comme une maladie professionnelle. Le Tribunal des affaires de sécurité sociale a mis sa décision en délibéré au 10 mai 2010.

Bruno Poulard (source AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !  - Batiweb

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé l’exposition aux fumées de bitumes lors des travaux de revêtements routiers comme possiblement cancérogène pour l’homme. Depuis, la profession et les organismes de prévention n’ont cessé de collaborer pour identifier les bonnes pratiques et en développer de nouvelles. Le 25 septembre dernier, l’INRS a présenté deux dépliants de prévention destinés aux chantiers de construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter