L’assurance construction se confronte à une sinistralité élevée Vie pratique | 04.01.18

Partager sur :
L’assurance construction se confronte à une sinistralité élevée
Selon les chiffres publiés par la Fédération Française de l’Assurance en décembre dernier, le marché de l’assurance construction subit encore les conséquences de la crise de 2008. En 2016, les cotisations ont enregistré une baisse de 2,1% par rapport à 2015. En cause, une sinistralité élevée et un environnement de taux bas. Contrairement aux cotisations, les indemnisations de sinistres ont augmenté de 1,5% sur cette même période. Tous les détails.
En 2016, les cotisations en assurance construction ont reculé de 2,1% enregistrant une 7e baisse en 8 ans. En cumul sur la période 2008 à 2016, ce recul se fait encore plus conséquent, le chiffre d’affaires de l’assurance construction ayant diminué de 16% ! « Cette évolution témoigne de la longue crise qui a touché le secteur du bâtiment avec un recul des mises en chantier de 28% », indique la Fédération Française de l’Assurance (FFA).

Si les cotisations sont en baisse, les indemnisations en assurance construction ont au contraire augmenté en moyenne de 5,3% par an depuis 2008. En cumul sur la période 2008 à 2016, les indemnisations de sinistres versées ont cru de 52%, une progression qui se doit principalement à l’augmentation du coût moyen des sinistres : défaillances ou difficultés rencontrées par les entreprises de construction, hausse des coûts dans le bâtiments ou encore augmentation des contentieux et des sinistres graves.

Un environnement de taux bas

Outre la sinistralité élevée, l’environnement de taux bas impacte également les résultats du secteur. La FFA explique : « Du fait de la longueur des garanties (10 ans et plus), les produits financiers participent à l’équilibre du risques et à sa gestion en capitalisation. Rapportés aux prestations payées, les produits financiers récurrents sont en recul, passant de 53% en 2008 à 30% en 2016 ».

Les professionnels du secteur estiment néanmoins que les mises en chantier, en hausse depuis novembre 2016 « devrait se répercuter sur les encaissements de l’assurance construction ».

Toutefois, « la persistance de l’environnement de taux bas va continuer de peser sur les futurs résultats financiers de la branche », concluent-ils.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pierre Esparbès se voit confier la direction générale de SMABTP

Pierre Esparbès se voit confier la direction générale de SMABTP

SMABTP, spécialiste des assurances pour les professionnels de la construction, a annoncé ce jeudi 29 mars la nomination de Pierre Esparbès au poste de directeur général. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il pourra notamment compter sur le soutien de Hubert Rodarie, directeur général délégué. Les détails de cette initiative.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter