Le cuivre et l’eau : une histoire d’amour plurimillenaire

Vie pratique | 15.02.06
Partager sur :
Le cuivre et l’eau : une histoire d’amour plurimillenaire - Batiweb
Le 22 mars est la Journée Mondiale de l’Eau : l’occasion de rappeler le rôle et l’importance du cuivre dans l’histoire de l’accès à l’eau potable. C’est en effet en installant des canalisations en cuivre que l’homme a réalisé les premiers réseaux d’acheminement d’eau salubres. Aujourd’hui encore, les qualités sanitaires du cuivre en font le meilleur allié de l’eau.
Acheminer l'eau : un enjeu de santé publique depuis les civilisations antiques<:B>

Les civilisations égyptienne et mésopotamienne ont très tôt expérimenté l’hydrologie, tournée principalement vers l’irrigation. C’est près du Nil que l’on trouve la trace des premiers réseaux de distribution en cuivre datant de 2750 avant J.C et dont on peut voir un échantillon au Musée de Berlin. Ces installations proviennent du Temple du Roi Sa-Hu-Re d’Abusir en Egypte. Malléable et durable, le cuivre sert aussi à fabriquer récipients, tubes et conteneurs d’eau, connu pour ses qualités antibactériennes.

Les vertus du cuivre pour transporter l’eau<:B>

Source de vie, l’eau potable fait partie de notre quotidien, mais son accès direct à domicile reste un confort lié à la société moderne, résultat d’un long voyage à travers des kilomètres de canalisations.

Deux enjeux sanitaires majeurs remettent actuellement ces réseaux au goût du jour :<:B>

· Le remplacement des canalisations en plomb sera une obligation à partir de 2013 : la teneur maximale en plomb dans les eaux destinées à la consommation humaine va passer de 25 µg / litre à 10 µg / litre, imposant le remplacement intégral des canalisations en plomb. Or, par sa durabilité et ses qualités antibactériennes, le cuivre s’impose comme le matériau de substitution de choix.
· Les phénomènes récents de contamination de canalisations par les légionelles ont mis en cause la conception des réseaux d’eau, mais aussi la nature des tubes utilisés. Or, tant les études scientifiques que les recommandations et réglementations sanitaires en vigueur montrent que, par ses propriétés naturellement antibactériennes, le cuivre est le meilleur matériau pour garantir la salubrité des réseaux.

Par ailleurs, les réseaux en cuivre sont également bien placés pour lutter contre l’entartrage, fléau bien connu des canalisations : selon Jean Lédion, chercheur au CNRS (laboratoire de microstructure et mécanique des matériaux de l’ENSAM), « Non seulement les canalisations en cuivre s’entartrent plus difficilement que celles fabriquées avec les autres matériaux usuels, mais la migration d’ions cuivre dans l’eau transportée a pour effet secondaire de contribuer à diminuer le pouvoir entartrant de cette dernière ».

Les bienfaits de l’oligo-élément cuivre pour la santé humaine

Notre corps contient moins d'un gramme de cuivre… et pourtant nous ne saurions vivre sans lui. En tant qu’oligo-élément, le cuivre intervient en effet dans le développement de nombreuses fonctions physiologiques : systèmes nerveux et cardiovasculaire, transport du fer, croissance osseuse, bonne marche des fonctions immunitaires.

En France, les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC), définis par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), sont de 1 mg / jour chez l’enfant jusqu’à 9 ans, 1,5 mg / jour chez l’adolescent jusqu’à 19 ans, et 2 mg / jour chez l’adulte(3). Une carence peut provoquer une anémie, car le cuivre favorise l’absorption du fer. Il influe aussi sur la régulation du métabolisme du cholestérol : des adultes en bonne santé dont le régime alimentaire est pauvre en cuivre présentent des taux accrus de cholestérol LDL (le « mauvais » cholestérol) et des taux réduits de cholestérol HDL (le « bon » cholestérol). Le cuivre joue enfin un rôle essentiel dans la préservation du capital osseux, pour lutter contre l’ostéoporose.

On trouve du cuivre dans les fruits secs, les huîtres, le chocolat, les abats (comme le foie), les céréales complètes, les raisins et certains légumes comme les haricots et les lentilles.… sans oublier bien sûr les eaux minérales.

Redacteur