Le patrimoine des ménages français... Ca grimpe !

Vie pratique | 09.01.06
Partager sur :
Le patrimoine des ménages français... Ca grimpe ! - Batiweb
De quoi se plaint-on ? Les français détiennent 77 % du patrimoine national … soit une hausse de quelques 80 % entre 1995 et 2003. Progression qui s'explique essentiellement par la hausse des prix de l'immobilier, selon une étude de l'Insee parue vendredi… Youpi, c’est nous qui tirons la France vers le haut … Réjouissant ? Non ? Certes la Bourse de Paris est en pleine forme, avec un CAC 40 qui frôlent les 5.000 points et demain ?
Fin 2003, le patrimoine national, défini comme celui des résidents sur le territoire, s'élevait à 8.244 milliards d'euros. Les ménages en détenaient alors 77%, soit 6.351 milliards, selon l'Institut national de la statistique.

Entre 1995 et 2003, le patrimoine national (détenu par les ménages, entreprises et administrations) a augmenté de 73% alors que le produit intérieur brut ne progressait que de 33%. Les trois quarts de cette hausse s'expliquent par l'augmentation de la valeur des terrains bâtis et des logements.

Les terrains représentent en effet 35% du patrimoine national, les logements 32% et les autres bâtiments et ouvrages de travaux publics 17%, le reste étant constitué par les machines et équipements, les stocks et les actifs incorporels (brevets, fonds de commerce...). Sur la période 1995-2003, la valeur du patrimoine des seuls ménages a progressé de 82% et représentait fin 2003 plus de six années de revenu disponible brut contre 4,5 années sur la période 1995-1997. Cette évolution a coïncidé avec une augmentation du nombre de ménages payant l'impôt de solidarité sur la fortune, qui atteignait presque 300.000 foyers fin 2003, soit 70% de plus qu'en 1995.

La hausse de la valeur du patrimoine des ménages s'explique aux trois quarts par celle des prix de l'immobilier. Pour le quart restant, l'évolution provient essentiellement de la hausse des investissements dans l'immobilier (notamment l'acquisition de logements neufs) et de la progression de la valeur des actifs financiers.

Au total, entre 1995 et 2003, le prix des actions a été multiplié par 2,5 tandis que le prix de l'immobilier a progressé d'environ 80%, mais le second phénomène a joué plus fortement que le premier sur l'enrichissement des ménages, compte tenu du poids de l'immobilier dans leur patrimoine, note l'Insee.

Redacteur