Les sacs de ciment seront désormais de 35 Kg Vie pratique | 15.04.02

Partager sur :
Les sacs de ciment seront désormais de 35 Kg
En limitant à 35 kg le nouveau poids des sacs de ciment, les industriels ont provoqué dans la profession une véritable révolution. Une réforme aux bénéfices aussi évidents qu’instantanés
Pour le profane, la diminution du poids des sacs de ciment ne signifie pas grand-chose. Pour tous les professionnels du bâtiment, à commencer par les maçons, il en va tout autrement. Fixé à 50 Kg depuis plus d'un siècle, le poids du sac standard est à l’origine d’un nombre incalculable de victimes de mal de dos et d’arrêts de travail. Les 15 kg de différence vont sans aucun doute se traduire par une baisse instantanée des pathologies, même si le nombre de manutentions risque d’augmenter. En adoptant cette nouvelle norme de 35 Kg, les cimentiers font aujourd’hui un cadeau royal à la Sécurité Sociale et surtout aux ouvriers. La date limite d’application de cette mesure est fixée au 30 juin. Passé ce délai, toute la production française sera conditionnée en sacs de 35 kg. Sans attendre, les fabricants diffusent aujourd’hui et depuis le 20 mars des plaquettes indiquant les nouveaux dosages impliqués par le nouveau conditionnement. Cette révolution tranquille est le fruit d’un travail commun de toutes les instances de la filière (FFB, CAPEB, industriels, négociants…). En effet, au-delà de ses effets bénéfiques immédiats, cette nouvelle norme s’inscrit dans un mouvement discret mais vaste de réformes liées aux conditions de travail dans les métiers du bâtiment. En effet, une précédente opération, menée conjointement par les acteurs de la filière, a déjà porté sur l’harmonisation et l’intensification du port des gants de travail sur les chantiers. D’autres mesures ayant trait par exemple au casque ou à l’ergonomie des outils sont d’ores et déjà prévues. Les professionnels sont aujourd’hui mobilisés par l’éradication des causes de pénibilité du travail dans le BTP. Une action d’envergure à long terme, non seulement destinée à améliorer le quotidien des travailleurs, mais à modifier également auprès des jeunes l’image de la filière. De multiples sondages révèlent en effet que parmi les motifs de désintérêt des jeunes pour la construction ou le BTP, les conditions de travail figurent en bonne place.
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter