Location brève clandestine, l'amende est juste Vie pratique | 11.07.18

Partager sur :
Location brève clandestine, l'amende est juste
Alors que la réglementation autour des locations de courte durée type Airbnb tend à se durcir, la Cour de cassation rappelle qu’un bien meublé destiné à l’habitation mais loué de manière répétée pour de courtes durées constitue un changement d’usage dudit logement. De fait, le propriétaire s’expose à une amende qui ne constitue en aucun cas une atteinte à ses droits.
L'amende encourue dans les grandes villes en cas de location répétée, de courte durée, à une clientèle de passage, n'est pas une atteinte au droit de propriété.

Cette question n'est pas "sérieuse" et n'a pas à être transmise au Conseil constitutionnel, a jugé la Cour de cassation.

Selon la loi, "le fait de louer un local meublé destiné à l'habitation de manière répétée pour de courtes durées à une clientèle de passage qui n'y élit pas domicile constitue un changement d'usage" du local, ce qui est soumis à autorisation préalable dans les communes de 200 000 habitants, dans les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

Le code de la construction et de l'habitation ajoute qu'un tel changement d'usage sans autorisation est passible d'une amende de 50 000 euros. Un propriétaire parisien, poursuivi à ce titre, estimait qu'elle était disproportionnée et attentatoire à son droit de propriété.

Il s'agit d'une sanction qui ne remet pas en cause le droit de propriété, a jugé la Cour, et elle n'est pas disproportionnée compte tenu de l'objectif de lutte contre la pénurie de logements locatifs dans certaines zones. Il s'agit d'un motif d'intérêt général, ont souligné les juges.

Quant à l'astreinte, susceptible d'être prononcée jusqu'à la cessation de ces locations de courte durée, ce n'est pas une sanction et elle n'a donc pas à être soumise au principe de proportionnalité des peines. Enfin, affirme la Cour, son montant est soumis au contrôle du juge, ce qui est une garantie, et il est notamment fonction de la volonté du propriétaire de se conformer à l'injonction d'abandon de cette activité.

(Cass. Civ 3, 5.7.2018, R 18-40.014).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un particulier louant plusieurs biens est considéré comme professionnel

Un particulier louant plusieurs biens est considéré comme professionnel

Avis aux utilisateurs abusifs d’Airbnb et autres méthodes de location ! D’après la Cour de cassation, une personne disposant de plusieurs logements locatifs doit être considérée comme professionnelle. Ce sont alors les règles du Code de commerce qui doivent être appliquées au loueur. Le locataire, de son côté, est toujours considéré comme un consommateur non-professionnel.
Le permis de construire est restrictif

Le permis de construire est restrictif

D’après la Chambre criminelle de la Cour de cassation, la délivrance d’un permis de conduire n’accorde pas nécessairement le droit de modifier le terrain. De fait, son bénéficiaire n’est pas autorisé, par exemple, à rehausser le niveau du sol. Selon la législation en vigueur, il est également nécessaire de faire une nouvelle demande de permis de construire dès lors que la destination du projet change. Éclairage.
La non-restitution du dépôt de garantie, un sujet de discorde pointé par la Confédération générale du logement

La non-restitution du dépôt de garantie, un sujet de discorde pointé par la Confédération générale du logement

Selon le 8e baromètre annuel de la Confédération générale du logement (CGL) publié ce lundi 9, la non-restitution du dépôt de garantie serait le principal sujet de discorde dans le secteur de l'immobilier locatif. En cause : des délais qui ne sont pas respectés, ou des désaccords lors de l'état des lieux de sortie. D'autres problèmes, tels que les troubles de jouissance ou les charges locatives, arrivent également en haut du classement des facteurs de tension entre locataires et bailleurs.
Après Paris, Bordeaux succombe aussi au décret Airbnb

Après Paris, Bordeaux succombe aussi au décret Airbnb

À Bordeaux, plus de 6 000 logements meublés sont référencés sur la plateforme de location de courte durée Airbnb – un chiffre qui ne cesse d’augmenter d’année en année. Et si, jusqu’à présent, les communes n’avaient aucun moyen efficace pour contrôler cette pratique, le « décret Airbnb », publié le 30 avril dernier, pourrait bien changer la donne. Une opportunité que n’a pas manqué de saisir le fief d’Alain Juppé, qui appliquera cette réglementation dès le 1er mars 2018.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter