Un chantier de 9 millions de logements pour les électriciens Vie pratique | 23.01.02

Partager sur :
Les électriciens ont un avenir garanti. Une enquête vient de mettre en lumière l’état inquiétant des installations électriques des logements. Plus de 9 millions d’entre eux doivent être mis aux normes…
Surprenantes et déconcertantes ; ce sont les qualificatifs qui pourraient accompagner les révélations d’une enquête réalisée par le cabinet GMC pour le compte de l’Européen Copper Institute (ECI), un organisme qui regroupe les producteurs mondiaux de cuivre. Cette enquête, relative à la sécurité des installations électriques dans les foyers européens, a été établie en France à partir d’un échantillon représentatif de 500 logements. Si 56 % d’entre eux se sont révélés sûrs, 31 % ont été qualifiés de dangereux et 13 % de très dangereux. En effet, sur cet échantillon de 500 logements, pas moins de 309 problèmes de sécurité ont été relevés. En tête de ces défauts d’installation, le sur calibrage des fusibles ou du disjoncteur, suivi de près par l’absence de mise à la terre des prises ou pire encore, de l’absence totale de mise à la terre (qui porte sur une quarantaine de logements de l’échantillon). Parmi les personnes interrogées, plus de 73 % déclarent utiliser régulièrement des rallonges et des prises multiples. Ors, on sait que cette pratique est très souvent à l’origine des courts-circuits. Un registre ou les Français se distinguent car leurs logements disposent en moyenne de 30 % de prises en moins que leurs voisins. L’enquête révèle également que 5 % des installations ne sont pas l’œuvre de professionnels et que plus le logement est vieux plus le risque grandit, en particulier au-delà de 20 ans. A l’inverse d’autres pays européens, les inspections électriques ne sont pas obligatoires en France pour les particuliers. Néanmoins, les logements sont soumis à la norme NFC 95 qui précise que les installations doivent être correctement entretenues. Une norme à laquelle s’ajoute la spécification européenne ES 59009 qui recommande une inspection tous les 10 ans. La mise à la norme représente donc un vaste chantier pour les électriciens. L’extrapolation de l’enquête l’évalue au moins à 9 millions de logements. La détection d’une installation déficiente peut se faire très facilement à partir d’un modeste questionnaire. Ce dernier, bâti sur quelques questions types portant par exemple sur l’âge de l’installation, sur le fait que les fusibles sautent fréquemment, que les interrupteurs chauffent ou que les occupants soient occasionnellement victimes de décharges électriques suffit à diagnostiquer le besoin de mise aux normes.
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter