Une construction illégale en zone protégée peut ne pas être détruite Vie pratique | 12.07.19

Partager sur :
Aussi surprenant que cela puisse paraître, une construction bâtie dans une zone illégale, et même protégée, peut ne pas être détruite. C’est l’étonnante surprise qu’ont eu des associations de protection de l’environnement qui attaquaient un propriétaire ayant fait bâtir une maison dans une zone protégée et inconstructible. La justice a en effet estimé que la destruction n’était pas nécessaire puisque la maison n’était pas laide et s’intégrait dans le paysage. Les propriétaires malintentionnés peuvent donc s’y risquer…

En construisant illégalement en zone rurale protégée ou interdite, on peut toujours espérer que la justice n'ordonnera pas la démolition, ce que la Cour de cassation vient d'admettre. « Le principe de la réparation intégrale du dommage n'impose pas aux juges d'ordonner la démolition », a expliqué la Cour.

 

La construction en zone inconstructible, parce que particulièrement protégée, était pourtant la raison des poursuites engagées contre un particulier qui avait bâti une maison de 66 mètres carrés dans une zone classée comme « à protéger en raison de sa valeur paysagère, écologique, floristique et faunistique », qui était de plus un « espace boisé classé ».

 

Une association de protection de l'environnement faisait valoir que la réparation du préjudice causé à l'environnement par une construction interdite, dans un paysage particulièrement magnifique et protégé, passait nécessairement par la remise en état des lieux, c'est à dire par la démolition.

 

La justice a cependant conclu que le préjudice serait réparé par l'attribution d'un euro symbolique à cette association plaignante et que l'infraction pénale serait suffisamment sanctionnée par une amende pour « infractions au code de l'urbanisme ».


La mairie et une association locale ayant considéré que la maison n'était pas laide et s'intégrait dans le paysage, la justice a conclu qu'elle pouvait y être maintenue, bien qu'illégale.
 

Le contrevenant peut donc tenter sa chance, la construction interdite ou en zone particulièrement protégée n'étant pas nécessairement vouée à la démolition.

 

(Cass. Crim, 12.6.2019, R 18-81.874).

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La justice annule le Plan d’urbanisme du projet Europacity

La justice annule le Plan d’urbanisme du projet Europacity

Nouveau rebondissement dans l’affaire « Europacity ». Le tribunal administratif de Pontoise a annulé ce mardi 12 mars le Plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Gonesse qui autorisait l’implantation du très controversé mégacomplexe touristique. Cette décision met un coup d’arrêt au projet, pour la plus grande satisfaction du collectif Europas du tout. Favorable au projet, le maire de Gonesse a quant à lui décidé de faire appel de cette décision.
Une construction autorisée peut être démolie

Une construction autorisée peut être démolie

Comme si la baisse des autorisations de logements à la construction enregistrée ce premier trimestre ne suffisait pas, la Cour de cassation estime que la démolition d'un bien peut être autorisée dans certaines conditions. Cette décision de la justice nécessite néanmoins l'annulation préalable du permis de construire, y compris sur simple demande d'un voisin qui considérerait que les travaux en cours ne sont pas conformes à au règlement administratif. Explications.
La commune aussi peut s'approprier un bien

La commune aussi peut s'approprier un bien

D’après la Cour de cassation, une commune, au même titre qu’un particulier, peut devenir propriétaire d’un terrain qu’elle occuperait depuis trente ans, sous réserve d’une éventuelle contestation. Bien entendu, c’est ensuite à la municipalité d’entretenir sa nouvelle propriété. Tous les détails.
Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter