Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Eco-construction > Rénovation énergétique : L'UFC-Que Choisir pas tendre avec les professionnels

Rénovation énergétique : L'UFC-Que Choisir pas tendre avec les professionnels

Rénovation énergétique : L'UFC-Que Choisir pas tendre avec les professionnels
En marge de la présentation à la presse d'un rapport montrant le peu de résultats obtenus par le système actuel des aides en faveur de la rénovation thermique des logements, l'association des consommateurs UFC-Que Choisir en appelle à une totale remise à plat du système et demande à la Ministre de l’Ecologie que le projet de loi sur la transition énergétique renforce notamment la formation et le contrôle du signe de qualité «RGE» des professionnels.

Eco-construction |

Recommander cet article
Imprimer cet article

L'association UFC-Que Choisir a mené l’enquête pour tester la fiabilité des professionnels habilités à réaliser des travaux énergétique dans les logements. En mars-avril, elle a donc sollicité 34 professionnels pour évaluer la performance énergétique de 5 maisons situées aux quatre coins de la France, et recommander des travaux de rénovation, avant de faire analyser les devis par un expert indépendant.

Résultat, seul 1 professionnel sur les 23 ayant adressé des recommandations écrites, a proposé des travaux sur les 3 critères exigés en matière de rénovation énergétique : enveloppe du logement, ventilation, production de chaleur. Certains ont constaté durant l’évaluation une perte importante de chaleur du logement… mais n’ont rien proposé in fine sur l’enveloppe du bâti ou la ventilation, précise l'association.

« Il faut revoir le dispositif de fond en comble, il faut renforcer de façon drastique la formation des professionnels, renforcer les contrôles et développer une filière d'experts indépendants capables d'aider le consommateur dans l'ensemble de ses démarches », annonce l'UFC-Que Choisir, pas tendre avec les professionnels du bâtiment.

L’échec de l’approche « RGE »

Car pour l'association, les travaux d'isolation, de rénovation des chaudières ou d'aération menés sont bien souvent insuffisants, faute d'une information suffisante des consommateurs mais également d'une formation adaptée des professionnels, autant chez les indépendants que les partenaires des groupes EDF et GDF Suez.

« L’échec de la démarche « RGE » est encore plus criant du fait notamment d’une formation abrégée (2 jours) et non continue, de l’absence de contrôles récurrents ou de la non-opposabilité des économies d’énergies alléguées » placarde l'association. « Quant aux mécanismes de financement, ils sont tellement complexes et changeants que les professionnels ont préféré abandonner tout accompagnement du client qui se retrouve perdu dans une véritable jungle informative et tarifaire ».

L'association appuie là où ça fait mal en reprenant ces chiffres de l'Ademe : sur les 2,5 millions de travaux effectués, 163 000 sont performants, moins de 5%, « c'est un vrai gaspillage », s'insurge l'association. « En 2011, les fonds publics ainsi dépensés représentent 7 milliards d'euros ainsi que 14 milliards de fonds privés, c'est énorme pour un tel résultat », ajoute-t-on

Adapter les aides à la performance des travaux

Alors l'UFC-Que Choisir avance des solutions pour améliorer le système, à commencer par la mise en place d'un « architecte énergéticien, qui aurait un vrai rôle de coordination et qui pourrait se rendre garant et être responsable des allégations faites concernant les économies d'énergies ». Autre piste avancée par l'association de consommateurs, une amélioration du financement visant à « mettre la performance au coeur de la logique des aides ».

« Il est indispensable de rendre plus forte l'incitation à la meilleure performance énergétique, avec une progressivité du crédit impôt en fonction des économies réalisées, avec également la possibilité de cumuler avec le prêt à taux zéro pour pousser la demande », détaille l'association. « Ce que l'on propose, c'est que les aides soient moindres sur les performances énergétiques faibles mais plus importantes lorsque les résultats le sont également », conclut l'UFC-Que choisir.

Le gouvernement prépare actuellement son projet de loi sur la transition énergétique, qui pourrait être examiné par l'Assemblée nationale lors d'une cession extraordinaire prévue en septembre prochain.

Bruno Poulard (avec AFP)

© Ingo Bartussek - Fotolia.com

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 8 réactions

1 - BECEP le 27 mai 2014

CRÉDIT D'IMPÔTS

Depuis longtemps BECEP dénonce la pratique des crédits d’impôts, BECEP a constaté dans un premier temps que grâce aux crédits d'impôts des sociétés sans scrupules profitent de ce principe pour vendre des produits tels que panneaux Photovoltaîques sans aucune qualification, et bernent une bonne partie de leurs clients. Ce constat a été fait aussi sur l'isolation par l'Extérieur. Conclusions: Le crédits d'impôts a enfin été créé non pas pour le consommateur mais pour permettre à des entreprises sans professionnalisme d'escroquer le particulier qui se trouve toujours en face d'un Bonimenteur, qui n'est là que pour faire du chiffre sans qualité ni résultat de travail. BECEP a eu l'occasion de faire de nombreuses expertises sur ces ventes par crédits d'impôts et le résultat de l'expertise tant sur les panneaux photovoltaîques que sur l'isolation par l'Extérieur est toujours le même quand on recherche l'entreprise cette dernière n'existe plus car il y a eu liquidation. et le consommateur a toujours perdus de l'argent et souvent beaucoup d'argent car malheureusement ce sont souvent des personnes à faible revenus qui se font avoir.

 

 

2 - YAYA le 27 mai 2014

RGE

Les entreprises subissent le système imposé par nos élus et non pas le temps de se formé.beaucoup trop de préoccupation en ce moment à trouvé des solutions pour le volume d'affaire.Continuez à attaquer les professionnels du bâtiment de tout les cotés avec leurs entreprise soit disant pas délocalisables.Je réfléchis personnellement sérieusement à partir de ce pays de merde et ne suis pas le seul à y penser.Beaucoup trop de pression et de personnes qui n'on gratter que du papier qui sont la pour nous donner des leçons.

 

 

3 - Jean-Philippe Donzé le 27 mai 2014

RGE

5% des chantiers de travaux de réhabilitation énergétique effectués réellement performants, pour 21 milliards d'€ dépensés, et la seule réponse de YAYA c'est qu'il veut partir de ce pays ! Belle capacité de remise en question... L'expert INDÉPENDANT, capable de faire un audit, puis d'attester de la qualité des travaux, existe déjà : c'est l'architecte. Encore faudrait-il que tous les intervenants s'en souviennent, et que les entreprises, dont ce n'est pas le rôle, n'essaient pas de le remplacer, avec les conséquences constatées par cette enquête ...

 

 

4 - mcd le 27 mai 2014

ARTICLE UFC

Pourquoi des architectes énergéticiens?? Il existe des bureaux d'études thermiques ou des ingénieurs conseils tout à fait capables, pourquoi vouloir créer une nouvelle profession.

 

 

5 - sellier le 28 mai 2014

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

La qualification rge est toujours de 4 jours à la capeb pour pouvoir adhérer à la marque éco artisan ; il y a des formations complémentaires si les artisans le veulent , nous sommes que 3500 sur la France . Mais la vrai question est ce que le client final si on enlève tous les dispositifs de primes ; tva ect veut aller vers la performance énergétique et en comprend les enjeux .Cette enquête est minimaliste 34 professionnels petit détail nous sommes 25000 artisans en gironde ,je vous laisse calculer le pourcentage !

 

 

6 - Laurence RYCKEMBUSCH le 30 mai 2014

RGE

Je rejoins M. Donzé. Tant que seuls, les DPE seront à la base des décisions de travaux d'améliorations de performances énergétiques à engager, leurs qualités ne risque pas de s'améliorer. D'autres solutions existent, les architectes d'une part ainsi que d'autres experts indépendants de l'enveloppe du bâtiment autrement plus à même de déterminer les transformations nécessaires, efficaces et durables accompagné d'un suivi impliquant tous les intervenants et d'une vérification de qualité de mise en oeuvre. Est-il raisonnable d’espérer faire des économies d’énergies en plaçant un poêle à granules ou des panneaux photovoltaïques sur une passoire thermique ? La réponse est NON, c’est pourtant ce qui se passe… Les entreprises de bâtiment fournissent généralement un travail de qualité lorsqu’ils ont les bonnes informations et les moyens de le faire.

 

 

7 - capio le 06 juin 2014

RENOVATION ENERGÉTIQUE

Le problème de la rénovation energétique est qu'il s'agit d'une approche globale. On ne peut pas traiter le problème sans avoir une formation généraliste du bâtiment et je suis désolé pour les nouveaux "marchands du temple", seul l'architecte reçoit ce type de formation et donc est capable d'appréhender la rénovation d'un bâtiment qu'elle soit energétique ou fonctionnelle Quand nos politiciens et technocrates des subventions auront compris que les professionnels qualifiés existent déjà (architectes, thermiciens, contrôleurs)et travaillent déjà ensemble quotidiennement pour l'amélioration de l'habitat, ils y aura moins de gaspillage. LJC architecte DPLG formé RGE

 

 

8 - sandrine75 le 18 juillet 2017

ISOLATION DES COMBLES À 1€ - ARNAQUE OU PAS ?

Bonjour, Suite à l’intitulé du forum, je précise que l’isolation à 1€ symbolique n’est pas une arnaque. En effet les fournisseurs d’energie (Edf, Engie etc…) étant obligés par le gouvernement de financer ce type de travaux, ce sont eux qui règlent la facture. Pour en bénéficier il suffit tout simplement d’être en dessous du plafond de revenu annuel (qui varie selon la région et le nombre de personnes habitant la maison). N’hésitez pas à contacter la société Iso energie via leur site https://iso-energie.fr/ pour tout renseignements ou utilisez leur simulateur vous saurez si vous y avez le droit ou pas Cordialement Sandrine

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Formations AIPR - Autorisation d’intervention à...


Ginger formation

Nouvelle réglementation - À compter du 1er janvier 2018, la réglementation française obligera...
Visuel Dossiers partenaires

Filtre compact Biomeris à culture fixée sur média naturel


SEBICO

Le ltre compact Biomeris est destiné à l’assainissement non collectif des résidences principales ou secondaires....

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :