Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Insolite > Les centrales sur l'eau, un potentiel illimité pour le photovoltaïque

Les centrales sur l'eau, un potentiel illimité pour le photovoltaïque

Les centrales sur l'eau, un potentiel illimité pour le photovoltaïque
Dans une interview accordée à Batiweb, Alexis Gaveau, dirigeant de Ciel et Terre, raconte le développement de leur produit Hydrelio, des centrales solaires sur l'eau. Ce vendredi 19 juillet est inaugurée une centrale de ce type d'une capacité de production de 1,2 MWc (mega-watt crête) à Okegawa, dans le centre du Japon.

Insolite |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Comment en êtes-vous arrivés à développer des centrales solaires sur l'eau ?

Ciel et Terre existe depuis 2006. Nous étions spécialisés dans les toitures industrielles du sud de la France et à l'île de la Réunion. Depuis le moratoire de 2010, le marché du photovoltaïque est quasi-inexistant en France. Mais, nous avions commencé à travailler en 2009 sur le solaire sur l'eau. Nous sommes partis de la réflexion qu'il fallait avoir du foncier libre pour le photovoltaïque. Or, les surfaces agricoles sont réservées à l'agriculture. Au Japon il y a beaucoup de bassins pour arroser les rizières. En France il y a des lacs de carrière. En Israël, il y a des bassins pour le stockage de l'eau pour alimenter les villes et l’agriculture. Il est possible d'y faire du solaire tout en protégeant l'eau de l'évaporation. C'est également possible sur des barrages hydro-électriques pour compléter la production électrique.

Pouvez-vous nous décrire les spécificités techniques de ces installations ?

Nous avions mis au point une première version avec une structure métal. Mais elle n'était pas compétitive en terme de prix face au solaire au sol. Ce système était trop rigide et nécessitait des moyens lourds pour son installation. Aujourd'hui notre procédé breveté Hydrelio consiste en un flotteur, sur lequel est monté un panneau solaire, et un flotteur secondaire qui permet de faire les liaisons des flotteurs supports entre eux. L'ensemble forme une grande île. Un module standard mesure environ 1x1,60 mètres et pèse 22 kg.

Quelles sont les premières centrales installées et vos projets à venir ?

La première installation de démonstration était en France, elle produisait 15 kWc (kiloWatt crête). Nous avons ensuite vendu une installation de 66 kWc en Allemagne. Et enfin celle d'Okegawa, d’une puissance de 1,2MWc au Japon qui est inaugurée ce vendredi 19 juillet 2013. Elle produira 1680MWh à l'aide de 5.000 panneaux répartis sur 2 hectares de bassin. Elle a été raccordée le 10 juillet. Nous visons un bon développement au Japon, au Vietnam, en Indonésie ainsi qu'en Thaïlande, qui sont les marchés sur lesquels nous nous concentrons pour le moment. Ce sont des pays où la technologie est plus facile à déployer car il n'y a pas besoin de permis de construire pour ce type de projets. Au Japon par exemple, les propriétaires font ce qu'ils veulent sur leur lac ou bassin. En France, c'est la même réglementation que pour les centrales solaires au sol qui s'applique. Et le système d’appel d’offre ne permet pas d’avoir un vrai marché.

Propos recueillis par Laurent Perrin


Centrale solaire flottante d'Okegawa (Japon), puissance : 1,2 MWc

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 4 réactions

1 - danyveline le 15 juillet 2013

CENTRALE SOLAIRE SUR L'EAU

Si j'ai bien compris, ce nouveau "miracle" écolo consiste en 5000 panneaux PV occupant 2 ha... Pour produire 1,2Mw (c'est à dire la puissance délivrée par un gros transformateur de quartier!) En sachant que la productibilité moyenne d'une telle installation sur une année(en énergie) peut être estimée à 20% (ici, un peu plus de 15%!), cela signifie que, pour produire la même quantité d'énergie qu'une seule tranche nucléaire de 1500 MW, il faudrait installer environ 40 millions de panneaux PV, qui occuperaient environ 16000 ha de lacs!... Je ne voudrais pas noircir encore le tableau en rappelant qu'une centrale nucléaire comporte entre 4 et 6 tranches!... Et ça, ce sont des CHIFFRES! Pas des rêves! Alors, on se réveille quand?

 

 

2 - titide42 le 15 juillet 2013

ÉLECTRICITÉ

tres belle analyse,apres les reveurs des éoliennes voici ceux des panneaux solaires.Imposons que toutes les toitures soient couvertes de panneaux solaires,on fera un peu de production d'électricité sans gacher tout l'environnement.Mais au mieu de vouloir produire toujours plus on ferait mieux d'arreter de gaspiller par exemple avec tous ces magasins éclairés jour et nuit et archi climatisé le jour.Des villages écolos arretent d'éclairer leurs rues toutes les nuits et çà se passe tres bien;...etc....

 

 

3 - bioclim le 15 juillet 2013

ET SOUS L'EAU?

C'est bien ça de penser à réduire l'évaporation, mais que disent les spécialistes quant au comportement du biotope DANS l'eau? Ce dispositif prive l'eau du précieux apport solaire. Que se passera-t-il pour la faune et la flore aquatique? Il n'y aura plus d'équilibre biologique, et ça risque fort d'être la mort des plans d'eau. Et comme on dit, l'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas. Quant au nucléaire, c'est vrai qu'une confusion est bien entretenue, et ceux qui parlent de tranche veulent insinuer chez les néophytes que ça correspond à une centrale.

 

 

4 - Goujon le 18 juillet 2013

PAS DE BIOTOPE

Les plans d'eau concernés ne comportent aucun biotope. Ce sont d'anciennes carrières de sable remplies d'eau de façon naturelle. Une bonne idée et une solution intéressante.

Commenter cet article

Les produits de la semaine :

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

illiPro, le logiciel d'édition de liste de matériel...


LEGRAND

Avec le logiciel illiPro, le Groupe Legrand étoffe son offre de services en accompagnant les installateurs dans leurs...
Visuel Dossiers partenaires

"L'essentiel de l'artisan" : La nouvelle...


ALDES

Face aux multiples exigences de performance énergétique et de confort, et à l'évolution...