Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > Edouard Philippe souhaite "crédibiliser" les financements des grands projets d'infrastructures

Edouard Philippe souhaite "crédibiliser" les financements des grands projets d'infrastructures

Edouard Philippe souhaite
Interrogé mercredi 12 juillet 2017 sur l’éventuel report du chantier du canal Seine-Nord, le Premier ministre avait déclaré vouloir établir une « trajectoire de financement crédible » des grands projets d’infrastructures afin que la manière dont ils sont financés ne reste pas dans l’ombre, ce qui pourrait éviter d'éventuels contretemps.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Interrogé à l’Assemblée par la députée du Nord Catherine Osson (REM), Edouard Philippe a annoncé qu’il allait échanger « la semaine prochaine » sur le sujet du canal Seine-Nord et de son possible report avec le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ainsi qu’avec d’autres élus du Nord du pays. Ces derniers ont en effet manifesté leur inquiétude quant aux annonces de l’exécutif, qui comptait faire une « pause » des grands projets d’infrastructures.

Lors des prochaines « Assises de la mobilité », Elisabeth Borne (ministre des Transport) sera chargée de « construire une trajectoire de financement crédible pour financer l’ensemble des infrastructures qui ont été promises, mais dont on ne sait pas comment elles sont financées », a indiqué le Premier ministre lors des questions au gouvernement.

« Nous allons sur ce sujet travailler et discuter avec ceux qui veulent faire avancer ce projet » et « nous allons voir dans quelle mesure nous pouvons, non pas rester dans ces incantations sur les nouvelles infrastructures dont nous voulons tous, mais tracer un chemin sérieux, crédible et efficace de financement de ces infrastructures », a-t-il affirmé.

Des élus inquiets

Edouard Philippe a également assuré avoir « conscience des interrogations suscitées par le Président de la République », qui avait évoqué une pause sur les grands projets d'infrastructures, lors de l'inauguration de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Paris et Rennes le 1er juillet. Une pause qui avait été ensuite évoquée par les ministres Nicolas Hulot et Elisabeth Borne, et qui avait fait craindre aux élus nordistes un autre report du canal Seine-Nord.

En effet, ils pensaient avoir déjà accompli le plus dur en novembre 2016, après la conclusion d'un accord de financement répartissant l'effort entre l'UE (1,8 milliard), l'Etat (1 md), les collectivités (1 md) et un emprunt public (0,7 md).

Manuel Valls, alors Premier ministre, était allé jusqu'à espérer un premier coup de pioche début 2017.

Le projet de canal Seine-Nord, long de 107 kilomètres entre Compiègne(Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), a vocation à être le maillon manquant entre la Seine et le réseau fluvial de l'Europe du Nord.

F.T (avec AFP)
Photo de Une : ©MaxPPP

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Avec Lignal® les menuiseries bois prennent de nouvelles...


PASQUET MENUISERIES

la gamme de fenêtres bois Lignal® de Pasquet menuiseries évolue et se modernise. D’une part sa conception...
Visuel Dossiers partenaires

La nouvelle bgv’costo th+ : l’offre Premium pour...


bio’bric

La bgv'costo th+ offre la meilleure performance du marché pour des bâtiments collectifs (jusqu'à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :