Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Architecture > L'architecture nazie toujours omniprésente à Berlin colle à son passé .

L'architecture nazie toujours omniprésente à Berlin colle à son passé .

L'architecture nazie toujours omniprésente à Berlin colle à son passé .
Même si des lieux de mémoire comme le bunker d'Hitler restent volontairement cachés aux regards, l'architecture nazie, du Stade olympique à la gare de Zoo, marque toujours le visage de Berlin, qui au temps du communisme aussi, a su composer avec ces symboles. Adolf Hitler voulait faire de Berlin Germania, capitale de la planète, qui aurait dû être inaugurée dans les années 50, selon les plans de l'architecte du régime Albert Speer (1905-1981).

Architecture |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Au centre de cette métropole organisée autour d'un axe nord-sud et d'un axe est-ouest se serait trouvée une halle ronde de 320 mètres de haut bâtie sur le modèle d'un panthéon romain. 180.000 personnes auraient pu rentrer dans sa salle principale vouée au culte du dictateur.

Dès 1936 sont inaugurés de nombreux édifices nazis toujours utilisés aujourd'hui: la gare en métal et en verre de Zoologischer Garten, le Stade olympique --restauré pour accueillir le Mondial en 2006-- mais aussi la scène de concert en plein air Waldbühne qui voit défiler les stars du rock.

Le premier bâtiment gouvernemental fut le ministère de l'aviation, enfilade d'immeubles austères hébergeant 2000 pièces, aux fenêtres toutes identiques, qui survécut miraculeusement aux bombardements de 1945. C'est là que fut proclamée la constitution de la République démocratique allemande (RDA) quatre ans plus tard. Le bâtiment est désormais le ministère des Finances.

Plus à l'est se trouve toujours l'ancienne Banque du Reich, où furent gardés des biens juifs spoliés. Cet immeuble rectiligne abrita un temps le comité central du parti communiste est-allemand SED. C'est aujourd'hui le ministère des Affaires étrangères où est toujours stocké dans les coffre-forts une partie des réserves en or de l'Etat allemand.

La liste est longue de vestiges construits sous les nazis qui occupent toujours les fonctions qui leur furent assignées: aéroport de Tempelhof, ambassades du Japon et d'Italie, lanternes... La place Grosser Stern en plein jardin Tiergarten fut agrandie et agrémentée en 1938 de la colonne symbolisant la victoire de l'Allemagne sur la France en 1871, réhaussée à l'occasion.

A l'abri de tout regard en revanche, les vestiges du bunker d'Hitler --qui se trouvent sous un terrain où est fixée aujourd'hui une montgolfière-- est inaccessible. Construit dès 1936 à proximité de la chancellerie, il comprenait une trentaine de pièces exigües. La chambre d'Hitler était si petite qu'on pouvait à peine y mettre une chaise pour un visiteur, se souvient l'ancien téléphoniste Rochus Misch, qui a côtoyé le Führer.

Le plafond du bunker mesurait 4,50 mètres de large, les murs extérieurs 3,50 mètres. Les projets de l'ouvrir au public n'ont jamais vu le jour, peut-être de peur qu'il devienne un lieu de culte pour l'extrême droite. En 1990 fut découvert, sous l'ancien couloir de la mort du Mur, le bunker adjacent des chauffeurs d'Hitler.

Petite sensation: on mit au jour des fresques peintes par un chauffeur représentant des SS idéalisés, des aigles du Reich et une famille nazie idéale. Ce bunker a lui aussi été scellé.

Dietmar Arnold, historien membre de l'association Bas fonds berlinois qui organise des visites d'abris sous-terrains, est partisan de faire de ces emplacements des lieux de mémoire. Il n'y a pas d'endroit en Allemagne où l'esprit (des coupables nazis) est aussi bien préservé, selon lui. Le programme de construction de bunkers pour la population civile ne débutera qu'en 1940. Un an plus tard, on se résolut à ne construire que des bunkers non-souterrains pour des questions de coûts. Plus d'un millier furent bâtis, les vestiges de 350 d'entre eux sont encore visibles ou visitables.

L'un des derniers encore debout a servi après la guerre d'entrepôt pour fruits et légumes. Surnommé le bunker à bananes, il a depuis hébergé un club techno et des expositions.

Enfin, les ruines des bâtiments de plus sinistre mémoire --le tribunal du Reich et le siège de la Gestapo-- forment en plein centre-ville une colline herbue, bordée de panneaux de photos, pour entretenir la mémoire de l'horreur.

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Information prévention : Chute de hauteur – prévenir...


OPPBTP

L’OPPBTP vous accompagne dans votre métier en mettant à votre disposition un mémento prévention...
Visuel Dossiers partenaires

GeniaSet Split : La pompe à chaleur ultra silencieuse...


SAUNIER DUVAL

La nature nous offre de nombreuses sources de production économique et durable de chaleur. Les pompes à chaleur...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :